Couloir Nord du Rocher Blanc

Couloir Nord du Rocher Blanc

Bon qu’on se le dise, c’est dur de classer les journées en montagne. Et ça sert à rien. Mais il y a quand même des descentes qui sortent du lot!! Quand tout est réuni pour offrir un moment sublime où il n’y a rien à enlever, rien à ajouter… le couloir nord du Rocher Blanc et la combe de Marcel ferons la magie de notre journée!

D’abord un réveil à Saint Véran, pas le plus moche des villages et une montée trop « stylée » par la Marcelette et sa belle arête…

Couloir nord Rocher Blanc - Saint Véran

Couloir nord Rocher Blanc - Vue sur la Marcelette

Couloir nord Rocher Blanc - Barbu vs Viso

Une ptite pause bien grasse au soleil au sommet avant un run en face sud en poudre. Inespéré!

Couloir nord Rocher Blanc - Ptit run en sud

Couloir nord Rocher Blanc - Ptit run en sud, anais

Couloir nord Rocher Blanc - Ptit run en sud, geoffrey

Couloir nord Rocher Blanc - Ptit run en sud, en amoureux

Un joli bout de crête jusqu’au Rocher Blanc…

Couloir nord Rocher Blanc - Sur la crête, les zamoureux

Couloir nord Rocher Blanc - Sur la crête

Couloir nord Rocher Blanc - Au sommet

Un couloir en conditions de princesse!/span>

Couloir nord Rocher Blanc - Banzai

Couloir nord Rocher Blanc - Conditions uniques

Couloir nord Rocher Blanc - Geof dans le couloir

Couloir nord Rocher Blanc - Ca fume

Mais le meilleur c’est encore quand on sort du couloir, n’est-ce pas?

Couloir nord Rocher Blanc - On lâche les cheveaux

Couloir nord Rocher Blanc - Beauté

Couloir nord Rocher Blanc - Anaïs brode

Couloir nord Rocher Blanc - Muy bonito

Couloir nord Rocher Blanc - Geof à la trace

Et pas un gramme à jeter jusqu’à la piste de ski de fond!! Ha ha ha!

Couloir nord Rocher Blanc - Geof ouvre

Couloir nord Rocher Blanc - Splendide

Couloir nord Rocher Blanc - Parfait jusqu'en bas!

Evidemment tout ça avec des compagnons au top du top. Smile, bonne humeur et pépouze! Bon j’arrête, ça va en énerver certains!

Combo de couloirs en terre Queyrassine

Combo de couloirs en terre Queyrassine

Suite de notre petite exploration en règle des couloirs du Queyras toujours avec Anaïs et Geoffrey, le beau temps en prime par rapport à hier! On va pas chercher beaucoup plus loin et on reste fidèle au forfait randonneur de Saint-Véran qui nous permet de rajouter à notre journée une descente pas trop chère payeé..

Donc rebelotte! Nous voilà à nouveau sur les flancs de ChateauRenard mais cette fois on pousse jusqu’au couloir du même nom. Sylvain traîne aussi dans les parages mais préfèrera descendre par le versant SW très bon aussi ce jour. Pour nous, c’est le couloir nord. Le vent a pas chômé cette nuit et le haut du couloir est complètement lissé mais agréable à skier quand même… dans le bas, on retrouve la traditionnelle poudreuse même s’il faut quand même se méfier de petites zones changeantes!

Couloir ChateauRenard - Le couple en action

Couloir ChateauRenard - Geoffrey

On repeaute dans le vallon du Longet pour remonter jusqu’au Queyron. Le vent s’est calmé depuis ce matin, on commence à être pas mal! De là haut la bascule sur le vallon de Clausis se fait par les pentes SE et une très courte remontée au Col du Cornivier… descente moins bonne vue l’exposition mais rien d’éxécrable!

Couloirs - Vue du Queyron

Couloirs - Rouchon et Viso

Couloirs - Pente SE du Queyron

A nous la popow sous le Cornivier… même si un ou deux pièges sont glissés à l’intérieur. Surprise!

Couloirs - Sous le Cornivier

La journée n’est pas finie! Notre désir est de retourner roder dans la combe du Vel avec un peu plus de lumière qu’hier… le temps est magnifique, le vent est tombé… une belle invitation pour monter aux Sagnes Longues.

Couloirs - Montée aux Sagnes Longues

Couloirs - Sagnes Longues - Viso

Bonne petite pause en mode dorage de pilule au sommet, c’est pas dégeu.

On enclenche la suite des opérations. Couloir central d’abord, globalement très bon. Assez raide pour qu’Anaïs envoie ses petits virages sautés!

Couloirs - Sagnes Longues - Couloir central

Couloirs - Sagnes Longues - Anais

Couloirs - Sagnes Longues - Geoffrey

Puis en sortie de couloir on tombe dans le total délire poudreux. Le vent a complètement épargné la zone. Yihhah!

Couloirs - Sagnes Longues - Anais en finit avec le couloir

Couloirs - Sagnes Longues - Anais en finit avec le couloir

Couloirs - Sagnes Longues - Yihahh

Couloirs - Sagnes Longues - Geoffrey en finit

Couloirs - Sagnes Longues - Run en amoureux

Couloirs - Sagnes Longues - Traces

Couloirs - Sagnes Longues - Popow

Couloirs - Sagnes Longues - Bas de la combe du vel

Soirée conviviale aux Gabelous pour recharger les batteries avant un dodo bien mérité!

Couloirs - Sagnes Longues - Au lit les tourteraux

Couloirs du Queyras

Couloirs du Queyras

Deux ans après notre trip popow dans les Ortles, Anais et Geoff sont de retour mais en amoureux cette fois, suite à des rebondissements en série dans la bande!. Pas de raid au long court cette fois, on verra pour l’Autriche et la Norvège une autre fois! Par contre, être avec Anaïs et Geoffrey c’est une belle carte blanche qui s’ouvre sur quasiment tous type de projet! Couloirs, pentes raides, combes vierges et beaux vallons… Tant que ça se skie et que c’est bon, pas de problème!

 

Pour les sortir un peu de la Haute Savoie, une session Queyras s’impose! Aucun massif des Alpes ne peut rivaliser avec le Queyras! Surtout quand les conditions sont bonnes comme en ce moment!

Bon aujourd’hui qu’on se le dise c’est le printemps… sur le papier en tous cas car dans la montagne l’hiver ne semble pas disposé à laisser sa place!! Un bon petit vent frais nous cueille sur la montée à ChateauRenard et le soleil se fait voler la vedette par des résidus de nebbia italienne bien tenaces. Heureusement on chôme pas là haut et après 50m de déniv’ on bascule dans notre premier couloir du jour, la Baïonnette en condition plus qu’honnêtes! Une première partie juste bonne avec quelques irrégularités, la petite épaule et une suite complètement démente en poudre profonde!

Couloir Pente raide - Baionette - Anais

Couloir Pente raide - Baionnette - Anais

Couloir Pente raide - Baionnette - Geoffrey

Couloir Pente raide - Baionnette - Sur la petite épaule

Couloir Pente raide - Baionnette - Anais sur la petite épaule

Couloir Pente raide - Baionnette - Anais dans le bas du couloir

Couloir Pente raide – Baionnette – Anais dans le bas du couloir

Couloir Pente raide - Baionnette - Geoffrey fait voler la poudre

Couloir Pente raide - Baionnette - Vraoum

On rejoint le vallon du Longet où l’on croise quelques wagons de randonneurs attelés les uns aux autres! Nous levons aussi deux malheureux tétras enterrés sous la neige et qui par notre faute passe pas loin de l’arrêt cardiaque…

Couloir Pente raide - Baionnette - Le train du Longet

On suit la crête qui borde la rive droite du Longet en prenant quelques précautions faciles à mettre en œuvre avec notre petite équipe. Le vent a bien bossé dans le secteur et les accumulations sont à considérer avec attention. Nous rejoignons un couloir qui nous permet de descendre dans le vallon de Clausis. Pas de préoccupations nivologiques mais on ski quand même dans les règles de l’art le début du couloir : un part un avec des regroupements en lieu safe. Les 100 premiers mètres sont légèrement irréguliers, le reste une grande poudrerie qu’on ouvre à tour de rôle…

Couloir Pente raide - Clot Méa - Anais ouvre

Couloir Pente raide - Clot Méa - Geoffrey

Couloir Pente raide - Clot Méa - Anais contente

On va pas s’arrêter en si bon chemin, une courte remontée dans le vallon Clausis peut nous ouvrir les portes de la combe du Vel que j’imagine tout à fait al dente et vierge de traces… Ultime effort de la journée et nous voilà en haut du 3ème et meilleur run de la journée. Non pas que les autres étaient mauvais, loin de là… mais çui là tutoie la perfection! Il ne manquait que le soleil avec qui nous avons rendez-vous demain!

Couloir Pente raide - Clot Méa - Combe du Vel

Couloir Pente raide - Combe du Vel - Miam

Couloir Pente raide - Combe du Vel - Très très bon

Couloir Pente raide - Combe du Vel - La ligne

Couloir Pente raide - Combe du Vel - Faire voler la poudre

Couloir Pente raide - Combe du Vel - Faire voler la poudre encore

Couloir Pente raide - Combe du Vel - Traces

Pic de Cornivier et vallon du Vel

Pic de Cornivier et vallon du Vel

Pendant 3 jours nous guidons avec Sylvain une team de Pyrénéens haute en couleur, dans les tréfonds du Queyras! L’idée de base c’est de faire du bon ski avec si possible pas trop de montée et surtout de la descente… ça doit être faisable!

Pour ça, en l’absence d’une base d’héliski sur Molines en Queyras, la meilleure option c’est de jouer avec les possibilités des stations locales, et elles sont nombreuses!

L’effectif de départ s’est quelque peu érodé les jours précédents le départ. Au final nos 5 artistes seront bichonnés par deux guides. Un taux d’encadrement qui ouvre des possibilités, surtout vu le niveau de nos bonhommes sur les skis!

Pour ouvrir le bal de ces 3 journées, nous partons de Molines direction le Pic de ChateauRenard que l’on atteint par une courte montée en peau pour se chauffer. Certains organismes pourtant plutôt véloces à la descente semblent légèrement plus en difficulté à la montée! Enfin l’épisode montant est de courte durée, on retrouve rapidement un terrain adapté à tous à savoir la descente! Direction la Chapelle de Clausis!

Pic de Cornivier - Couloir nord - Vers la Chapelle de Clausis

L’euphorie est de courte durée. Ces sadiques de guides ont prévu une deuxième séance de torture ascensionnelle pour remonter au Pic de Cornivier. Tout est question de rythme!

Pic de Cornivier - Couloir nord - Une équipe qui monte!

Pic de Cornivier - Couloir nord - A la montée

Du Pic de Cornivier il va nous falloir opérer une terrible décision. La combe vierge à droite? Le couloir vierge au milieu? Allez va pour le couloir!

Pic de Cornivier - Couloir nord - Au boulot!

Pic de Cornivier - Couloir nord - Regis à la besogne

Sous le couloir, la meute est lâchée dans de vastes champs de poudre très bien conservée même après 10 jours sans chute de neige!Deux trois messes basses plus tard avec Sylvain, nous proposons à la team une 3ème séance de peautage devant nous conduire à une combe potentiellement vierge. Malgré l’état dégradé de certaines fibres musculaires, c’est un oui collectif qui l’emporte et nous voilà repartis pour une petite demi-heure de remontée de quoi parfaire la cuissons des cuissots!

Et le jeu en valut la chandelle! La combe du Vel est totalement intacte! Rien à voir avec le vallon de Clausis que nous quittons, un peu trop rayé à notre goût! La bascule entre les deux vallons se fait par un court couloir qui s’ouvre rapidement sur de grands champs poudreux. L’ambiance est superbe!

Sagnes Longues - Combe du Vel - Yipah

Sagnes Longues - Combe du Vel - Ma c'est beau là!

Sagnes Longues - Combe du Vel - L'entrée dans la combeon

Sagnes Longues - Combe du Vel - Meute en action

Du ski 5 étoiles jusque tout en bas! De bon augure pour la suite!

Nous tenons à nous excuser auprès des participants à la sortie qui auraient pu se sentir lésés par la transformation du contrat « 500m maximum à la montée » en 877m! On tâchera de se faire une moyenne avec les jours suivants!

On sort pas du bois!

On sort pas du bois!

Dernier jour avec Ludovic. On va pas changer notre recette gourmande. Forêts pour la qualité de la neige, protégée du vent et pentes à moins de 30°, parfaites à skier avec cette neige préservée par le froid… En ratio plaisir/sécurité, on peut difficilement faire mieux.

Mon cerveau de guide en agitation permanente ne pourra quand même pas s’empêcher de chercher « encore mieux » que mieux. J’ai déjà identifié ce biais plus ou moins conscient dans mes prises de décision et celles de certains copains guides. L’envie de « sur-optimiser », de vivre et faire vivre l’instant parfait alors que d’autres plans, moins incertains sont déjà plus que très bien! La sensation de rareté nous conduit parfois dans ces travers…

En haut de cette pente, les incertitudes sont plus nombreuses que les 2 jours précédents et cela m’alerte. Tiens pourquoi tant de questions soudaines? Que sais-je vraiment de l’inclinaison de cette pente? De sa stabilité? Je sens que pour réduire ces incertitudes, je vais me coincer dans une non-stratégie qui consiste à aller voir et laisser la pensée rapide prendre les décisions… c’est le moment d’une pause! En reformulant tout ça et en discutant ensemble de la décision le choix nous apparaît simplissime : pourquoi descendre à l’ombre dans cette pente incertaine, avec obligation de devoir remettre les peaux alors que nous pouvons rester au soleil et skier en sécurité dans les bois que nous avons monté ce matin et éviter de rentrer trop tard pour Ludo qui a de la route? La défocalisation ça a du bon!

Le choix nous conviendra parfaitement tous les 2! On monte sous le Pic du Clocher versant Risoul. Petite pause au soleil à contempler les sommets autour de nous, dont le Mont-Orel, skié le même jour par mon cher acolyte. La descente sera largement à la hauteur de ses promesses et comblera nos désirs de poudre les plus enfouis (c’est mieux que de finir enfoui sous la poudre). Arrivés à l’altitude où nous devrions traverser vers la voiture, je propose à Ludovic de poursuivre la descente le plus bas possible… ce qui nous permet de faire encore 300m de très bon ski avant de gagner les chemins qui nous ramènent dans les premiers hameaux au dessus de Guillestre vers 1100m! Il y a longtemps qu’on avait pas skié aussi bas par ici!! Par la magie d’un ptit coup de stop nous regagnons la voiture facilement..

Merci à toi Ludo pour ton enthousiasme et ta confiance ces 3 jours! Et aussi pour les petites spécialités lorraines! A la revoyure!

Hold-up à Chateaurenard

Hold-up à Chateaurenard

Un premier mai atypique qui démarre avec 5cm de neige à la maison! Pierre est venu pour skier, c’est pas pour lui déplaire! Les malheureux vendeurs de muguet sur la route devait l’avoir un peu plus mauvaise!

Comme prévu par les saint-oracles, il a neigé et il neige encore. Sur la route de Saint-Véran, 10cm puis 20cm en arrivant à Pont-Lariane… ça s’annonce pas trop mal cette affaire! Quasiment personne du coup à Pont-Lariane aujourd’hui, forcément vu les conditions, ça calme un peu les ardeurs!

On monte d’abord au Col Longet avec une visibilité plutôt limitée!! Puis on bascule versant sud pour rejoindre le Pic de Chateaurenard… 30cm de fraîche au compteur, ça brasse un peu, d’autant que le vent sur le versant sud a bien maté la neige. Bref, tout ça nous occupe la matinée.

Couloir Nord de ChateauRenard - Visi plutôt limite au sommet

Pendant qu’on s’équipe et qu’on grignote, le soleil commence à percer à travers les nuages, on en demandait pas temps! Du bon hold-up en perspective!

On aborde prudemment l’entrée du couloir. Les sensations sont bonnes, pas d’indice d’instabilité préoccupant. Ensuite c’est l’orgie totale, la poudre nous vole dans les narines et on peut lâcher les cheveaux… le kif!

Couloir Nord de Chateaurenard - La grande boucherieCouloir Nord de Chateaurenard - Miam miamCouloir Nord de Chateaurenard - On peut tout lâcherCouloir Nord de Chateaurenard - Dégustation

Pas une miette à jeter, on savoure chaque virage jusqu’à la voiture, comblé par ce petit hiver qu’on a bien optimisé!

Couloir Nord de Chateaurenard - Parfait jusqu'en bas

Merci Pierrot d’avoir adhérer à 200% au style du guide et aux programmes improvisés! A la revoyure!

Cornivier et Sagnes Longues

Cornivier et Sagnes Longues

Quand météo france t’annonce du maussade et que tu te réveilles sous le grand bleu, ça fait plaisir!

Aujourd’hui on part comme d’habitude sans programme vraiment défini. Pierre me demande même plus le programme! On va roder dans le secteur des Sagnes Longues pour voir ce qu’on peut tricoter par là bas.

Nous montons d’abord vers le Cornivier qui s’impose comme une évidence! On profite de la vue et du ballet des nuages!

Cornivier - Le Viso joue à cache cacheCornivier - La nebia

Deux traces nous précèdent dans le premier couloir qu’on descend mais ça laisse de la place et la neige démente!

Cornivier - Premier runCornivier - Premier runLe Cornivier, un potentiel certain

On repeaute pour un deuxième run dans un couloir vierge toujours sur le Cornivier qui tient largement ses promesses! On prolonge le plaisir en skiant le plus bas possible!

Cornivier - Deuxième run dans un couloir vierge

Cornivier - Dans le couloir vierge

Cornivier - Pas vilain tout ça!

Forcément après une pure descente, on en veut encore! Du coup on remet le couvert, direction les Sagnes Longues, initialement pour le petit couloir nord… mais celui-ci vient d’être skié, la poudre fume encore!! Finalement je motive Pierre pour pousser un peu plus loin jusqu’au couloir NW… les efforts seront récompensés avec une descente parfaite du sommet à la voiture!! on en demandait pas tant!

Sagnes Longues - Couloir NWSagnes Longues - Couloir NW - des conditions pour se lâcherSagnes Longues - Couloir NW - Miam miamSagnes Longues - Couloir NW - des conditions pour se lâcherSagnes Longues - Couloir NW - Sous le couloir toujours très bon!Sagnes Longues - Couloir NW - Sous le couloir toujours très bon!

Là dessus il nous reste plus qu’à farnienter tranquillement le reste de la journée!

Grand Beal

Grand Beal

Première des 3 journées de ski avec Pierre en provenance directe d’Auvergne, surmotivé pour tâter du bon ski après une saison pas aussi bonne qu’espérée! Ca tombe bien, de la neige ici il vient d’en tomber et le beau temps revient!

Je propose à Pierre d’aller faire un tour dans un secteur bien sauvage à cheval entre Queyras et vallée de la Durance, le vallon de Pra-Reboul. A cette saison, la sanction pour accéder à la partie haute du vallon est bien moindre qu’en plein hiver puisqu’on se gare au terminus de la route, à 1950m, juste après le clot du Villan, là où démarre la neige, sans passer par les kilomètres de piste forestière. Impeccable!

Les conditions sont atypiques pour la saison. Il a bien reneigé, avec beaucoup de vent et le froid maintient des conditions hivernales… prudence donc!

Les conditions sont atypiques pour la saison. Il a bien reneigé, avec beaucoup de vent et le froid maintient des conditions hivernales… prudence donc!

On monte à bon train en direction du Beal sous un ciel azur sans la moindre imperfection! Une journée normale dans les Hautes Alpes quoi!

Beal Traversier - La montée c'est dur

Le Beal nous appraît dans toute sa majestitude, tel un monstre géant prêt à nous avaler… enfin on espère pas quand même!

2017Beal Traversier - Le Beal prêt à croquer Pierre

Beal Traversier - Le Beal dans toute sa splendeur

Nous montons d’abord au col juste à côté du Béal, pour jeter un oeil juste et voir s’il n’y a pas quelques bons moments à prendre en versant sud… et pour remettre mon Auvergnat sur de bons rails avant le couloir! Bonne pioche. Nous profitons de 300m de poudre à usage unique encore bonne pour nous mais probablement croûtée dès le lendemain, c’est le printemps quand même!

Beal Traversier - Première descente versant sud

Beal Traversier - Première descente versant sud

Après ce petite amuse bouche, on se dirige vers notre morceau du jour. La montée dans le couloir est bien facilitée par la qualité de la neige, une bonne poudre densifiée où la chaussure enfonce sans peine.

Beal Traversier - Dans le couloir

Nous finissons à pied les 50 mètres qui sépare du sommet avec une vue qui récompense bien cette débauche d’énergie!

Beal Traversier - La traversée sous le sommet

Beal Traversier - Pas degueu la vue

Quelques beaux virages sur la pente suspendue

Beal Traversier - Premiers virages sous le sommet

Puis on enchaîne sur le couloir en conditions excellentes.

Beal Traversier - Bibi dans l'coulor

Beal Traversier - Pierre dans le couloir

Beal Traversier - Sortie du couloir

Sur le reste de la descente on alterne de bonnes sections de poudre avec des zones un peu plus piégeuses, c’est là qu’on apprend le ski!

Beal Traversier - Sous l'oeil de la bête

Beal Traversier - De la bonne

Beal Traversier - Bon ça!

Raid à ski – Queyras

Raid à ski – Queyras

L’an dernier, François, Tom et Laurent était venus pour 3 jours de ski de randonnée entre Lautaret et Cerces. Le créneau météo que nous avions eu était pour le moins intéressant avec de la neige rouge à tous les étages et des passages de cols légèrement chahutés!

Cette année nous visons encore les Cerces mais par le versant Mauriennais. Le créneau météo s’annonce nettement meilleur que l’an dernier… mais à la dernière minute, les saint-oracles prévisionnistes retournent leurs vestes, les saligauds! Branle bas de combat, on va pas se laisser abattre! Direction le Queyras où la fenêtre météo semble grande ouverte. Un bon rab de route pour les 3 lascars venus de Paris… mais ce revirement remet notre deuxième Laurent dans la course (from Massilia).

Jour 1 : Refuge de la Blanche par le Pic de Chateaurenard et le Traversier

Après le Pic du Demi l’an dernier non loin du Pic Ombière, on va passer deux nuits au Refuge de la Blanche pour rester dans notre thématique houblonneuse!

Pour compenser le temps passé aux préparatifs, on monte par les remontées de Saint Véran ce qui nous permet d’accéder à moindre frais au Pic de Chateaurenard, pour un p’tit casse croûte à 3000m!

Après un mini-run de chauffe, on remonte au Pic Traversier. Notre horaire un peu décalé nous permet d’être bien tranquilles là haut.

Raid ski Queyras - Pic Traversier

Malgré notre horaire un poil tardif la neige est encore excellente sur cette face SW. Dans les derniers 100m avant la route ça vire quand même un peu au ski nautique!

Raid ski Queyras - Pic Traversier - Bonne neige malgré l'horaire tardifRaid ski Queyras - Pic Traversier - Pause contemplative

Remontée tranquille jusqu’au Refuge où nous profitons de la terrasse encore inondée de soleil pour quelques petites tournées de cervezas pas volées. De quoi se mettre bien pour la sieste!

Jour 2 : Tour des Toillies

Bon on peut pas dire que les saint-oracles prévisiologistes nous aient complètement mentis aujourd’hui… mais quand même ils ont été un peu optimistes. Rien de catastrophique pour nous, et puis faut dire que comparé à l’an dernier, on a de la marge!!

Notre objectif du jour, le tour des Toillies, cette pyramide rocheuse élancée qui règne sur le vallon de la Blanche, une sorte de mini Cervin! Pour ça il nous faudra passer le Col Blanchet, skier en Italie, remonter au Col de la Noire et finir par une descente sur le refuge.

Nous trouvons notre rythme de croisière pour monter au Col Blanchet pendant que Lolo fait du fractionné.

Raid ski Queyras - Tour des Toillies - Sous la Tête des ToilliesRaid ski Queyras - Tour des Toillies - Arrivée au Col Blanchet

Du col Blanchet, nous plongeons en Italie. Evidemment, la neige n’a pas décaillé aujourd’hui… ça secoue un peu les chaussettes. Mais le manteau neigeux est relativement lisse dans ce secteur, et la pente tranquille ce qui permet de faire du bon ski quand même.

Raid ski Queyras - Tour des Toillies - Ski en Italie

On skie jusqu’au lac d’où on attaque la remontée vers la France par un couloir un peu raide que nous franchissons skis sur le sac (sauf lolo qui en profite pour expérimenter les conversions chaussures serrées!). Nous sommes doublés par un mirage italien surgit de nulle part et qui disparaîtra aussitôt. Unique rencontre humaine de la journée autour de la Tête des Toillies.

Raid ski Queyras - Tour des Toillies - Petite remontée de couloir

Belle ambiance dans ces grands espaces à cheval entre l’Italie et la France. Nous surprenons un malheureux lagopède qui décampe encore plus rapidement que l’italien. C’est bien beau tout ça mais où sont les italiennes?

Raid ski Queyras - Tour des Toillies - Près des lacs frontaliers

Nous amorçons une longue traversée-remontée vers le Col de la Noire. Emporté par l’élan, je fais faire à mes compagnons un petit crochet supplémentaire… Nous atteignons finalement le col où le vent s’est bien levé! Dépeautage sportif qui n’est pas sans rappeler celui de l’an dernier au Col du Chardonnet!

Le descente jusqu’au refuge est excellente alternant poudre tassée et poudre ramenée par le vent. Une bonne omelette et une bière, rien de tel pour se remettre d’une journée dans la montagne!

Jour 3 : Col de la Noire – Tête du Longet – Saint Véran

Ce matin au réveil, la météo est grandiose! Le programme n’est pas vraiment calé! J’ai plusieurs idées d’exit plus ou moins gourmandes. Finalement nous partons sur l’option la plus ambitieuse en dénivelé… mais nous serons récompensés à la hauteur des efforts par du ski 4 étoiles et des paysages de carte postale!

Raid ski Queyras - Tête du Longet - L'équipe au départ

Nous attaquons par une petite montée de chauffe de 450m jusqu’au Col de la Noire dans une ambiance bien moins hostile qu’hier!

Raid ski Queyras - Tête du Longet - Lolo et son rythme régulier!Raid ski Queyras - Tête du Longet - Toillies toujoursRaid ski Queyras - Tête du Longet - Arrivée au Col de la Noire

De là l’idée est de skier en direction de l’Ubaye avant de remonter sur la tête du Longet. La première descente de 500m est un vrai festival de moquette à poil soyeux! De quoi se mettre d’humeur légère de bon matin.

Raid ski Queyras - Tête du Longet - Ski dans le grand largeRaid ski Queyras - Tête du Longet - Dans la carte postale!Raid ski Queyras - Tête du Longet - Moquette du matinRaid ski Queyras - Tête du Longet - Moquette du matinRaid ski Queyras - Tête du Longet - Moquette du matin

A présent nous sommes au fond du trou. Nous n’avons d’autre choix que de remonter la pente jusqu’à la Tête de Longet, notre porte de sortie. Le soleil cogne aujourd’hui, heureusement une petite brise climatisante descend dans notre vallon… Nous tombons aussi sur une source d’eau providentielle qui nous sauveras d’une déshydratation annoncée!

Raid ski Queyras - Tête du Longet - Longue remontée vers la tête du LongetRaid ski Queyras - Tête du Longet - Longue remontée vers la tête du LongetRaid ski Queyras - Tête du Longet - Longue remontée vers la tête du Longet

Lentement mais sûrement, fidèles à notre rythme de croisière, nous grignotons pas à pas les mètres qui nous sépare de notre sortie. Au détour d’une conversion on se rend compte soudain qu’on est arrivé! Ca fait plaisir!

Raid ski Queyras - Tête du Longet - Finito!Raid ski Queyras - Tête du Longet - La team (moins Laurent)

La suite s’annonce plus réjouissante : une descente de 1300m dans le vallon du Longet où du très bon ski nous attend alternant poudre tassée, moquette et neige transformée! Ca fait du bien de se dérouiller la spatule après une longue montée!

Raid ski Queyras - Tête du Longet - Laurent dans la poudre tasséeRaid ski Queyras - Tête du Longet - Y a de la place!Raid ski Queyras - Tête du Longet - Ski en bandeRaid ski Queyras - Tête du Longet - Tout bonRaid ski Queyras - Tête du Longet - On trouve même un peu de poudreRaid ski Queyras - Tête du Longet - On trouve même un peu de poudreRaid ski Queyras - Tête du Longet - On trouve même un peu de poudreRaid ski Queyras - Tête du Longet - On trouve même un peu de poudreRaid ski Queyras - Tête du Longet - Excellent jusqu'en bas!

En bas du vallon nous rejoignons la piste de ski de fond qui ne fait pas que descendre (!)… je file récupérer la voiture à Molines pendant que la bande m’attend au Cros un bon Coca à la main! Une journée qui se mérite!

Un grand merci à tous les 4 pour votre souplesse (logistique j’entends!) et pour votre adhésion à mon fonctionnement artisanal (au sens noble du terme, bien sur). C’est pour moi la plus belle façon (et la plus sûre accessoirement) de pratiquer ce métier! Rendez-vous l’année prochaine, Adèle n’a qu’à bien se tenir!

Maït d’Amunt et Pelvas

Maït d’Amunt et Pelvas

Dernier jour de ski avec Max. Après 2 journées excellentes on finit dans la lancée par 2 très bonnes descentes dans le secteur d’Abriès.

Départ tranquille à l’ouverture des remontées d’Abriès complètement désertifiées! On gagne à moindre frais le fond du vallon d’Urine puis le Col. Max à la grosse caisse aujourd’hui et en profite pour se faire pousser un peu le cardio. 239 dit la montre! Heureusement c’était les calories!

Du col, j’aperçois la face NE du Pelvas que je n’avais pas mis au programme mais qui pourrait être un bel objectif pour aujourd’hui. En plus une bonne trace est déjà faite et la neige semble bonne. Max est tout de suite chaud!

Belle montée skis sur le sacs avec une neige prometteuse. On s’arrête 50m sous le sommet sur une excellente plateforme de pique nique. La suite au dessus ne me paraît pas envisageable sans un minimum de matériel!

Pelvas - Couloir NE - En avant!Pelvas - Couloir NE - Au milieuPelvas - Couloir NE - La montée se mérite

Bonne descente sans ce couloir resté en neige froide, on peut se lâcher sous l’oeil du Viso!

Pelvas - Couloir NE - Sous l'oeil du maestroPelvas - Couloir NE - Sous l'oeil du maestroPelvas - Couloir NE - On peut lâcher un peuPelvas - Couloir NE - Très bon!Mait-d'Amunt - Fin du couloirMait-d'Amunt - Fin du couloir

Nous voilà en jambe pour la suite! La journée est magnifique, ça serait dommage de ne pas en profiter! Je propose à Max de monter à la Maît d’Amunt pour descendre dans la face NW, une des très belles descente du Queyras.

La remontée est magnifique. Derrière nous le Pelvas que nous venons de skier, le Viso bien sûr, maître des lieux et 2500m sous nos spatules la plaine du Pô qui se bat avec la grisaille! Qu’on est bien sur notre perchoir!

Mait-d'Amunt - Belle vue sur le Pelvas Mait-d'Amunt - Fin de la montée à la Maît Mait-d'Amunt - Max heureux Mait-d'Amunt - Max heureux

Max savoure ces moments a leur juste valeur! Je suis heureux de contribuer à son bonheur (et au mien au passage!)

Après 100m avec un peu de relief nous retrouvons de la bonne poudre tassée. Je laisse le soin à Max d’ouvrir la voie et de déguster ce petit cadeau de la Maït! Rien à jeter jusqu’en bas!

Mait-d'Amunt - Cherchez le skieur Mait-d'Amunt - Excellent! Mait-d'Amunt - Excellent! Mait-d'Amunt - Tout bon jusqu'en basMaît d'Amunt - Très très bon!

Merci à toi Max de m’avoir suivi (presque) aveuglément, de m’accorder toute la confiance et la liberté pour composer au mieux avec la montagne!

Pointe des Marcelettes

Pointe des Marcelettes

Toujours avec Maxence aujourd’hui et toujours dans le Queyras, une vraie base pour le ski de randonnée! Après la moquette d’hier au Pic du Cros, je lui propose aujourd’hui de partir à la recherche d’une autre sorte de neige à la Pointe de la Marcelette. Grâce à une précieuse informatrice je sais que les espoirs d’y trouver des restes de poudreuse sont bons!

Et de toute façon, rien que la montée à la Marcelette vaut son pesant de cacahouètes

Pointe de Marcelette - Une belle chenille sur l'arête

Pointe de Marcelette - Notre informatrice!

Pointe de Marcelette - Fin de la montée pour Maxence

La montée au sommet se mérite mais est récompensée par un panorama bien classe et une pause sandwich dans de l’herbe à l’abri du vent! Pas pire! Moments sympathiques partagés en bonne compagnie.

J’opte pour une descente dans un des couloirs de la Marcelette où nous sommes sur une partie précédés par Marie et son client. Quelle terrible punition que de devoir skier dans les traces des autres!!

Pointe de Marcelette - Superbe

Pointe de Marcelette - On boude pas le plaisir

Pointe de Marcelette - Très bon

Pointe de Marcelette - Déjà un peu raide là!

Pointe de Marcelette - On rejoint les traces de nos prédécesseurs

Pointe de Marcelette - Poudre tassée au pied des couloirs

Allez faut tenir bon, demain on remet ça!

Découverte du ski de randonnée

Découverte du ski de randonnée

Changement de secteur et changement de délire! Après 3 jours dans les Cerces avec une bande bien sympathique, je retrouve Maxence qui profite de ses vacances dans le secteur pour découvrir le ski de randonnée. Pour cette première journée nous allons traîner nos spatules dans le secteur de Brunissard, un coin qui regorge de possibilités!

Nous partons pour une rando loin des foules qui nous mène à franchir un col sans nom proche du Pic du Cros. Max se familiarise tranquillement avec ces nouvelles sensations et monte à bon train.

Col sans nom Pic du Cros - Tranquilles à la montée

800m de montée pour cette première expérience c’est déjà pas mal! On se cale au col pour un bon pique nique laissant le temps à la combe sous nos pieds de moquettiser tranquillement

Col sans nom Pic du Cros - Des skis inspirants!

Puis nous devons bien nous résigner à notre triste sort. Max se sacrifie pour passer en premier, bel effort!

Et dire que demain il va nous falloir remettre ça!

Col sans nom Pic du Cros - Moquette power

Perfectionnement glace à Ceillac

Perfectionnement glace à Ceillac

Julien arrive d’Auvergne pour tapoter du glaçon pendant 3 jours. Nous ne savons pas encore à ce moment là que nous finirons le séjour sur des skis à aligner les descentes dans la poudreuse à la crête de la Seyte!

Jour 1 : Sombre héros, Y de gauche et Easy rider

Julien s’était présenté modestement comme un presque débutant… pourtant dès les premières moulinettes dans sombre héros il faut se rendre à l’évidence : les bougre ne sera pas facile à fatiguer!

Nous nous chauffons bien sur ce bout de cigare rien que pour nous

Cascade glace Ceillac - Sombre héros - Quelques moulinettes pour se chauffer!

Ensuite nous partons cavaler dans le Y de gauche. Julien prend la tête et moi je me laisse guider en donnant même parfois quelques conseils!

Cascade glace Ceillac - le Y de gauche - A l'attaque

Cascade glace Ceillac - le Y de gauche - Julien dans le Y de gauche

L’affaire est très vite pliée d’autant que suite à un bouchon nous esquivons la dernière longueur difficile.

Julien m’accorde une petite pause pour manger avant de partir pour Easy rider, une belle cascade très encaissée. Ju passe devant,c’est lui qui est là pour apprendre!

Cascade glace Ceillac - Easy rider - Julien dans la première longueur d'Easy rider

Cascade glace Ceillac - Easy rider - Julien dans la deuxième longueur d'Easy rider

Easy rider fini, je vois que Julien n’est pas encore rassasié. Retour donc dans la dernière longueur du Y de gauche que nous avions esquivée pour terminer le travail proprement!

Jour 2 : Formes du Chaos et Y de droite

Journée spéciale aujourd’hui. Une chute de neige est annoncée, on es plus habitué! J’oublie tous les plans avec risque d’avalanche et nous voilà de retour à Ceillac.

On se dirige vers les Formes du Chaos pour voir s’il y a moyen de moyenner quelque chose malgré les conditions probablement moyenne dans cette cascade à gros débit.

Julien part devant pour les 2 premières longueurs. La neige impose un peu plus de nettoyage qu’hier et rend la lecture de la glace moins facile. Mais l’ambiance fait vraiment plaisir avec les arbres plâtrés!

Cascade glace Ceillac - Forme du Chaos - Julien dans L1

Cascade glace Ceillac - Forme du Chaos - Au premier relais

Une deuxième longueur un peu plus raide. Julien randonne!

Cascade glace Ceillac - Forme du Chaos - Julien en tête dans la deuxième longueur

Au dessus ça se complique un peu comme prévu. De la cascade ne subsiste qu’une croûte sur toute la partie centrale. Heureusement sur la rive droite c’est encore grimpable en sécurité avec un passage original! Je reprends la tête pour ne pas envoyer Julien dans du terrain potentiellement délicat…

Julien en finit avec le crux.

Cascade glace Ceillac - Forme du Chaos - Sortie du crux

Julien repasse devant et me tracte jusqu’au sommet de la cascade, enfin presque puisque nous faisons encore un joli ressaut pour terminer.

Cascade glace Ceillac - Forme du Chaos - Julien repart en tête dans la 4ème longueur

Évidemment je me doutais qu’il en fallait plus pour fatiguer mon Auvergnat alors après un ptit casse dalle on se dirige vers le Y pour la branche de droite que Julien s’envoie en tête intégralement bien sur!

Heureusement à la fin du Y Julien m’en demande pas plus! Ca m’arrange car j’avais plus grand chose en réserve à lui proposer!

Initiation rando dans le Queyras

Initiation rando dans le Queyras

Deux journée avec Laurence et Christophe qui sont venu s’offrir une belle parenthèse avec les skis de randonnée au pied! Une découverte totale de l’activité pour eux

Première journée : ski de randonnée au départ de Ceillac (Tête du Girardin)

Pour cette première journée, on démarre de Ceillac avec un petit coup de pouce des remontées mécaniques qui nous propulsent directement au lac Saint-Anne. Nous mettons les peaux de phoque et trouvons en même temps une solitude qui ne sera troublée de façon très éphémère que part un randonneur solitaire

Nous montons en direction du Col de Girardin. La montée est facile avec juste deux ou trois conversions sous le col. La vue sur l’Ubaye et la Font-Sancte est juste magnifique! Et en se tournant un peu, les Ecrins, les Cerces et la Haute Maurienne ne sont pas en reste!

Tête du Girardin - Vue 4 étoiles sur le Chambeyron

L’arête qui mène au sommet du Girardin est toute pelée par le vent, du coup ça monte un peu plus raide et ça tire un peu plus dans les jambes. Avec les rafales de vent, l’ambiance est au rendez-vous! Gros contraste avec l’ambiance printanière de la vallée!

Tête du Girardin - Sur la crête du Girardin

Tête du Girardin - Fin de la première montée pour Laurence

La cabane du Girardin nous offre un abri providentiel, plein soleil!

Tête du Girardin - Voilà un lieu impeccable pour manger!

Bien rasassiés, nous basculons versant Ubaye pour une première descente au soleil… Pour Laurence et Christophe, première expérience de ski hors de pistes, il faut trouver de nouveaux repères! La neige bien transformée est correcte à skier mais demande quand même un peu d’expérience!

Tête du Girardin - La cabane du Girardin haute perchée

Tête du Girardin - Sur la crête du Girardin

Tête du Girardin - Belle vue sur l'Ubaye

Nous remettons les peaux de phoque pour remonter au Col de Girardin.

Tête du Girardin - Remontée sous le col Girardin

Il ne nous reste plus qu’à redescendre jusqu’au Lac-Saint-Anne avec les derniers rayons de soleil.

Tête du Girardin - On trouve encore de la poudreuse

Tête du Girardin - Christophe sous le col Girardin

Tête du Girardin - Dans les dernières lueurs du jour

La piste rouge nous ramène directement jusqu’au Refuge de la Cime pour une nuit paisible!

Tête du Girardin - Voilà un endroit parfait pour passer la nuit

Jour 2 : variation autour du Longet

Pour cette deuxième journée, nous nous décalons d’une vallée avec un départ du Pont-Lariane en direction du Longet. Le vallon du Longet est une grande classique du ski de randonnée, réputée et fréquentée à juste titre. L’ambiance au pied des couloirs nord qui descendent de Chateaurenard est magnifique

En ouvrant un tout petit peu les yeux, nous ferons à 2 pas de ce vallon notre trace tranquillement sur une crête voisine. Plus nous montons plus la crête devient aérienne avec de jolis couloirs qui plongent à notre gauche.

Vers la Tête du longet - Section un peu raide

Vers la Tête du longet - Le plaisir de faire la trace

Vers la Tête du longet - Dans notre coin sauvage

Vers la Tête du longet - La dernière montée un peu raide!

Le vent qui souffle en rafale nous invite à faire notre casse croûte plus bas dans le vallon. En montant j’ai repéré deux sections en très bonne neige qui devraient nous ravir!

Dans 2 styles différents, une section en poudre et une section en moquette! Mes 2 compagnons prennent confiance!

Vers la Tête du longet - De la poudreuse!

Une bonne pause casse croûte au soleil sur une banquette providentielle et nous nous laissons glisser jusqu’à la voiture!

Merci à vous deux pour ces deux journées!

Un ptit coup de cascade à Ceillac

Un ptit coup de cascade à Ceillac

Adrien et Marion était venu l’été dernier découvrir l’alpinisme à l’occasion d’un stage de 3 jours. Ils sont de retour aujourd’hui pour aller faire leurs premiers pas en glace.

Je leur propose d’aller faire un tour à Ceillac où le Y est en très bonne conditions.

Nous sommes tranquilles aujourd’hui, seulement 2 ou 3 cordées loin devant nous.

Après une petite explication des bases techniques, nous partons directement mettre ça en pratique dans le Y de droite. La glace bien sculptée se prête parfaitement à une initiation en douceur, mais quand même déjà un peu exigeante pour les bras!

Initiation cascade de glace - Ceillac - Dans la branche de droite

Initiation cascade de glace - Ceillac - Chacun sa variante

Marion est comblée par cette première expérience et je sens qu’Adrien ne serait pas contre encore un peu de glace!!

Après manger nous remettons le couvert avec Adrien dans la branche de gauche avec une dernière longueur plus exigeante

Initiation cascade de glace - Ceillac - Adrein en termine avec la branche de gauche

Bravo à tous les deux!

P1040837

Couloir de Chateaurenard

Couloir de Chateaurenard

Quand je présente à mes amis les deux plans du jour, 1000 mètres de rando d’un côté ou un couloir accessible en seulement 100m de peaux de phoque, la réponse ne se fait pas attendre!

L’idée de skier un couloir avec peu de montée séduit tout de suite le groupe! Evidemment nous verrons sur place si les conditions le permettent mais les infos données la veille par un ami guide me semblent prometteuses.

Aujourd’hui mon frangin se joint à la bande pour cette bonne petite opération.

Du sommet de la station de Saint-Véran, 20 petites minutes de peaux de phoque nous mènent au sommet du Pic de Chateaurenard où nous nous accordons un léger petit en-cas pour se donner de l’entrain avant le couloir.

Je sens monter un peu de tension chez mon ami Karl qui aime bien se mettre un peu la pression et je sens que rien que le mot « couloir » éveille chez lui des terreurs hitchcockiennes!! Mais je connais bien le gaillard maintenant, il ne manque pas de ressources. Le couloir se prête bien à une découverte en douceur de l’univers de la pente raide : une inclinaison toujours inférieure à 40° et de plus en plus faible en descendant, donnant sur un grand champ de neige, de la place pour tourner et une neige plus que tolérante ce jour!!

J’accompagne Karl pour ce couloir initiatique. Après quelques débuts hésitants dans les premiers 100 mètres, il finit par lâcher les chevaux sur le reste du couloir. Faut dire que plus on descend, plus la neige est bonne! Le final est divin, dans une poudre tassée parfaite nous offrant un agréable rebond…

Retour à Molines. L’appel de la terrasse au soleil, bien plus généreux que ce matin, a raison de 2/3 de mes amis Norvégiens! Seul Tor fait front et se motive pour une deuxième rotation. Jacob est évidement de la partie.

L’affaire est bien rodée, on sait ce qui nous attend! 3 personnes sont passées dans le couloir entre temps mais il reste encore largement assez de place… Tor déguste chaque virage de ce finish

Free-rando à Abriès

Free-rando à Abriès

Hors piste Abries

Aujourd’hui, Abriès nous tend les bras! Petite station nichée au fin fond du Queyras, Abriès offre plein de possibilités plus ou moins secrêtes dans un cadre vraiment pas dénaturé!

Petite surprise du jour : 20cm de fraîche au sommet de la station, de quoi bien recouvrir les traces des jours précédents! Quelques runs forestiers pour se mettre en jambe avant de basculer sur Valpreveyre. Du ski de rêve sur les 2/3 de l’itinéraire, après c’est un peu plus lourd…

Une matinée bien remplie qui nous dépose pile-poil pour notre resto du jour, on déconne pas avec ça siouplait! 1h30 après ous voilà repartant légèrement alourdis et enivrés pour notre petit skitouring digestif de l’après-midi. Heureusement on peut redémarrer en douceur par une sieste sur le télésiège et une descente tranquille dans les bois vers Valpréveyre.

Là on ne rigole plus… Va falloir peauter et monter dans ce bois prometteur! Même Karl qui avait déjà imaginé un stratagème pour se débiner ne résiste pas à l’appel de la popow qui sonne dans toute la forêt!

On prend la montée tranquille et la qualité de la neige agit comme un très bon stimulant sur la génépi team! Nous sortons du bois dans le bon timing…

Aucun commentaire sur le reste : des cris, des gloussements de plaisir, des rires… et des photos bien plus rares!

Avec une arrivée just in time pour récupérer le dernier bus avant de rapatrier dans notre nid douillet… La journée se conclue à merveille devant quelques bières et une excellente croziflette queyrassine! Autant dire que personne n’a fait de vieux os ce soir!

Ski de rando à Maloqueste

Ski de rando à Maloqueste

Après avoir bien exploré la Vallouise à Puy-St-Vincent et à Pelvoux, on part en direction du Queyras pour nos 3 dernières journées ensemble. L’an dernier, nous avions conclu notre séjour par un petit raid en étoile depuis la Blanche. Cette année les conditions ne me semblent pas les meilleures en altitude où le vent à sévit, on partira donc de la vallée pour voir ce que les forêts ont de bon à nous proposer

Notre camp de base sera à Aiguilles au Yak avenir, un lieu douillet et chaleureux où étonnamment nous serons pendant deux soirs les seuls à profiter des petits plats de Thomas!

Mes compagnons connaissent déjà les charmes du Queyras et sont pleins d’entrain pour y goûter à nouveau!

Pour cette première journée, un petit retour d’est est prévu dans la journée, on est preneur! Finalement pour cette journée le retour d’est sera un peu radin avec nous!

Pfff, c’est horrible! Nous devrons nous contenter de 40cm de poudre tassée dans les bois, une visibilité meilleure que prévue et… une descente vierge de traces (malgré une généreuse trace à la montée)!

Raid ski Queyras

Raid ski Queyras

Après nos 3 jours déments entre Lautaret et Ubaye, nous prenons la direction du Queyras avec André et Patrick pour un tour de 4 jours sur le fil de la frontière italienne… Tranquillité, super neige, bons refuges. On boude pas notre plaisir!

Jour 1 : montée au refuge Agnel. Météo mitigée aujourd’hui. C’est pas un problème, notre ambition du jour est « seulement » de monter au refuge Agnel! Tant qu’à faire, on espère que le mauvais temps sera productif et nous posera une petite couche de poudreuse! A la faveur d’une vague éclaircie, je pars faire un petit tour au Pic de Caramantran au dessus du refuge… Un petit run en solitaire avant l’apéro.

Jour 2 : traversée vers le refuge du Viso par l’Aiguillette d’Asti et la gorge de Ruine. Belle ambiance au réveil ce matin. 10cm de fraîche sont tombés dans la nuit et il fait grand beau! Pas mal ça! Il n’y a quasiment personne au refuge et nous sommes les seuls à partir en direction du Viso… Montée splendide vers la brèche de la Ruine dans les lumières du matin avec la mer de nuage… Le vent souffle bien à la brèche et toutes les crêtes fument aujourd’hui! On fait pas de vieux os! On s’élance sur notre première descente dans une neige de cinéma! Du coup je propose à mes comparses de descendre plus bas que prévu… Trop dur de s’arrêter quand c’est si bon! 500m de poudre matinale, ça détend! Belle remontée ensuite jusqu’à l’Aiguillette d’Asti dans ce vallon sauvage entièrement vierge de traces… La montée se mérite avec un final raide où la neige file un peu sous les skis nous obligeant à finir à pied… Au sommet, le vent est tombé, comme une invitation au casse croûte! La croûte nous la casseront au sommet mais aussi dans les 150 premiers mètres de la descente… Le vent a un peu martyrisé la neige dans les zones exposées… On se sent tout de suite moins bons! Heureusement rapidement on retrouve de la neige plus flatteuse à base de poudre sur fond dur! Nous poursuivons la descente le long de la crête de Mouloun. L’endroit est de toute beauté et l’itinéraire se faufile de façon astucieuse dans ce secteur au premier coup d’œil pas spécialement taillé pour le ski… Jusqu’à la gorge de Ruine la qualité de neige est démente. La gorge est encore bien enneigée mais pas pour longtemps. 100m de border cross dans cette profonde gorge et nous voilà au bord du Guil comblés par cette descente de caractère! Ne reste plus qu’à remonter au refuge du Viso! 400m au soleil pour rendre encore meilleur la bière face au Viso et l’incontournable petite sieste au soleil… Superbe accueil, gardien aux petits oignons et un piano pour ne rien gâcher à l’affaire!

Jour 3 : Rocca del Castello – Pas du Sellard – Rifugio Jervis. Journée en deux temps aujourd’hui. Ce matin, on se dirige naturellement vers la Rocca del Castello avec pour vague intention de skier un couloir. Finalement le couloir ne semble pas si bon mais par contre les pentes que nous avons remontées, elles, le sont! 500m de pur bonheur entre poudre sur fond dur et moquette, on déguste. Retour au refuge du Viso où on s’octroie une bonne pause, l’occasion d’user un peu les transat de la terrasse et de tester les omelettes de Paulo et son fondant au chocolat! Ainsi requinqués, on peut partir sereinement vers le Pas du Sellard d’où nous basculerons en Italie. La Pas du Sellard est moins couru que le Col Sellière et j’espère bien qu’on y fera les premières traces… C’est qu’on devient fine bouche maintenant! Bingo! Le vallon s’offre à nous vierge de traces. Il va encire falloir supporter ça! Bonne poudre tassée jusqu’à 2300m où il faut trouver un passage entre les barres pour « sortir » du vallon et rejoindre le Lago Lungo… Ensuite, la neige est plus revenue, faut dire qu’après notre large pause au refuge du Viso nous sommes un peu tard pour la moquette… Enfin ça reste quand même bien skiant et on gagne rapidement le fond du Val Pellice. Les 3km de plat jusqu’au refuge Jervis passent mieux que prévu en pas de patineur. La neige est présente jusqu’à 300m du refuge… Nous débarquons à Jervis dans une ambiance complètement hors du temps… Nous sommes seuls dans le refuge qui a plus une allure d’hôtel… A nous le canapé, la chaleur du poêle, la douche et les bières qu’on enchaîne joyeusement! Avant un repas magistral où chaque assiette (3 quand même sans compter les antipastis) est une célébration de la gastronomie italienne que nous arrosons comme il se doit d’un petit vin local!

Jour 4 : Col d’Urine et Valpreveyre. Pour ce dernier jour, la météo est plus maussade que prévue. Nous profitons d’un petit déjeuner gargantuesque avant de se lancer sur notre dernière étape. L’étape du jour attaque par un portage d’une heure au dessus du refuge. Nous remontons le vallon en direction du Col d’Urine avec un vent soutenu de face, pas des plus agréables. La neige n’a pas regelée, pas très prometteur tout ça! Le ciel se bouche et rapidement il devient évident que nous ne monterons pas à la Maït d’Amont notre objectif initial… Passé le col nous fuyons donc vers la France où nous attend du ski finalement très correct de ce côté là. Nous descendons jusqu’à Valpréveyre sans déchausser! Grâce à la voiture déposée là quelques jours plus tôt, nous gagnons facilement notre dernière étape, le charmant petit resto de Ville Vieille pour finir de belle façon cette fantastique semaine que nous avons passés ensemble

C’était un plaisir de se re-trouver les skis au pied cette fois. Merci pour tous ces bons moments et pour votre totale adhésion à mon fonctionnement à l’impro! Rendez-vous l’année prochaine!

Pow pow dans le Queyras

Pow pow dans le Queyras

Aujourd’hui encore on choisit de rester à l’écart du retour d’est qui a sévit du côté de la frontière Italienne. Les conditions en face nord sont parfaites en ce moment et le manteau bien stabilisé, ce qui n’empêche pas de prendre des précautions. En s’éloignant à peine des classiques bien tracées, on trouve des combes entières et des couloirs vierges de tout passage. On s’en donne à cœur joie du côté du Rocher blanc puis de la pointe des Avers avec une neige excellente d’en haut jusqu’en bas! 2000m de dénivellée plus tard, on aimerait continuer mais nos cuisses nous disent stop!

P’tit tour à la Jacquette

P’tit tour à la Jacquette

L’idée du jour est de se faire un plan tranquille avec Ju sans forcément aller se fourrer dans le retour d’est. On part du Ceillac en quête de moquette du côté de la Jacquette… Finalement on se laisse tenter par un petit run poudreux dans le vallon du Pis resté bien froid! Un pur régal avant de remonter à la Marcelette et la redescente sur Ceillac dans 10cm de poudre sur fond dur… Not so bad!

Initiation poudreuse

Initiation poudreuse

Un we de ski de randonnée en mode découverte pour la plupart des participants, tous bons skieurs… Conditions très contrastées! Première journée sur une neige béton pas très dure à skier mais qui secoue un peu les chaussettes! Le lendemain changement complet de décor, au cœur du retour d’est dans 60cm de poudreuse : trop de neige en haut mais une section intermédiaire excellente!

Récit et photos sur le site d’horizon-rando

Pointe des Marcelettes

Pointe des Marcelettes

Une journée de ski de randonnée démente pour attaquer notre petite session de 3 jours avec Guillaume et Manu. A la base la thématique c’était la cascade de glace mais vu la disette actuelle de glace, l’adaptation prime! Très bonne pioche sur ce sommet aérien avec un vallon du Chatelard en grande partie vierge de traces… Je laisse la plume à Guillaume sur le site du : Dahu libéré

Variantes autour du Pic Traversier

Variantes autour du Pic Traversier

Sortie familiale avec le frangin aujourd’hui, ça fait plaisir! On part sans grande prétention chercher une hypothétique bonne neige en altitude sachant que la pluie a sévi assez haut… Les remontées mécaniques de Saint-Véran nous propulsent à moindre frais au dessus de 2500m. On prend ensuite la direction du Pic de Traversier, pris d’assaut ce jour par de très nombreux randonneurs… Le radar à poudreuse et traces vierges se met en route. En s’éloignant un peu on trouve un premier court couloir qui après une entrée un poil caillouteuse nous offre du très bon ski!

On décide de remonter pour faire le couloir d’à côté mais pendant la montée, un autre couloir qui descend sur le Vallon de Clausis nous fait du gringue. Entrée prudente, le couloir est un peu chargé dans le haut mais il y a des points de jonction très safe… Du ski excellent jusqu’au verrou de Clausis…

Le ski qui n’était finalement qu’un prétexte pour passer une journée ensemble s’est avéré bien meilleur que prévu!

Raid à la Blanche

Raid à la Blanche

Après 3 jours de poudre depuis les stations des Hautes-Alpes on se dit que ça serait peut-être bien d’aller voir comment est la poudre dans le Queyras! On largue donc les amarres avec Tor, Eddi et Karl pour une petite navigation au gré de la poudre autour du Refuge de la Blanche

Premier jour : nous pêchons. Les remontées de Saint-Véran nous font de l’œil. Du sommet de la station, après un petit run excellent dans la poudre en sud, nous gagnons le Pic de Chateaurenard pour la pause pique nique. La météo est avec nous, bien mieux que prévu! La neige est restée excellente à skier sur toutes les orientations. Petite gourmandise du jour : premières traces sous le Pic Traversier, not so bad comme on dit! Soirée bien arrosée dans le chaleureux refuge de la Blanche, mes compagnons tiennent bien sur les skis et à l’apéro!

Deuxième jour : on commence à perdre le fil du temps après tous ces kilomètres de belles descentes… et aujourd’hui encore nous ne serons pas déçus! Journée en deux temps. Col de la Noire : run parfait avec une montée dans le bleu du matin et une descente mi-ombre, mi-soleil… Chacun semble trouver aujourd’hui du bonheur pur, cristallin sans une miette d’artifices… Les raisons pour chacun d’être là à pousser des grands cris de joies dans la neige sont toutes uniques. A force de se connaître depuis 5 jours déjà, nous communiquons moins, mais mieux. L’amitié s’installe. Certaines confidences chargées d’émotion donnent à ces instants une note quasi religieuse. Des moments précieux!

Le premier run se finit sur la terrasse du refuge et un solide ravitaillement

D’autres océans de poudre nous attendent pour l’après-midi qui est une parfaite réplique de la matinée avec des skieurs un peu plus fatigués mais guronzés par la promesse d’une autre descente parfaite. Et ce fut divin… avant du vin, et du génépi, encore un peu trop ce soir!

Troisième jour : départ du refuge en direction des Sagnes Longues, point culminant du séjour à plus de 3000m. La traversée mamelonnante du cirque est magnifique, toute scintillante! Puis la pente se redresse jusqu’à la longue arête sommitale de plus en plus plate, caractéristique des Sagnes longues. Le vent nous cueille copieusement… Avec des pointes à 80km/h, on se fait un peu secouer… Bizarrement le sommet est épargné du vent et nous sommes comme dans l’oeil du cyclone. De notre perchoir nous voyons plusieurs groupes qui montent dans notre direction… Nous avons un peu d’avance et nous aurons donc la primeur des traces aujourd’hui!! Du ski à la hauteur des jours précédents, rien à jeter! Après le traditionnel restau, le retour à la civilisation fut un peu compliqué avec pèle mêle une voiture hors d’état de rouler, des avions mal bookés, des billets de trains décalés d’un jour… Bref un joyeux bazar que mes 3 compères affronte avec humour!

Entre Lautaret et Queyras

Entre Lautaret et Queyras

Pour l’anniversaire de Marion, Arnaud a réuni quelques potes pour une découverte du ski de randonnée… Nous ne nous connaissons pas mais le contact passe plutôt vite!

La petite bande découvre la rigueur et la ponctualité de leur guide, ainsi que ses programmes minutés!!

Premier jour. Briançon. Point de rassemblement. Un petit coup d’œil circulaire sur les montagnes m’encourage à prendre la direction du Lautaret, c’est là qu’il fait le plus beau! La neige ne sera peut-être pas fraîche mais nous aurons de quoi se rincer l’œil! L’ambiance est printanière : nous montons en tee-shirt et traversons dans le bas 2-3 bandes d’herbe. C’est plus ce que c’était les hivers à la montagne! Le terrain se prête bien à la découverte du ski de randonnée quelques conversions faciles. L’occasion pour chacun de développer son style! L’ambiance au sommet est un peu plus hivernale avec un vent soutenu qui nous invite à rapidement prendre la direction de la vallée… Heureusement que Claire est là pour nous donner les noms des sommets car moi je suis perdu au milieu de toutes ces montagnes qui se ressemblent! A la descente, la neige est très variable allant de poudre parfaite à croûte infâme… Pédagogique mais pas très flatteur! Nous occupons les dernières lueurs du jour à s’entraîner à la recherche ARVA….

Jour 2. Largage des amarres pour deux journées avec nuit en refuge… La neige est annoncée, enfin! Entassé dans le fourgon nous prenons la direction du Queyras en direction d’un refuge tranquille d’où l’on pourra faire du bon ski. Depuis Saint-Véran, nous gagnons par une longue approche le refuge de la Blanche. L’occasion de papoter un peu sur le chemin! Ptit break au refuge avant d’attaquer le Col de la Noire. La visibilité est bien meilleure que prévue et les 15 cm tombés dans la journée nous assurent une descente onctueuse! La poudre vole même s’il faut encore faire gaffe aux cailloux dans le secteur. Bizarrement tout le monde se sent meilleur que la veille! Ce soir nous partageons le refuge avec une bande de skieurs nordiques… A priori c’est pas eux qui nous soufflerons les belles traces demain, on est tranquille!

Jour 3. Petite session poudreuse matinale au Col Blanchet et un beau p’tit coup d’œil sur les montagnes italiennes. Aucune trace à part celle des lièvres variables, des hermines et du lagopède qu’on aura même l’occasion de voir à deux reprises aujourd’hui! Il est 11h quand nous repassons au refuge avec déjà 500m de poudre sous les spatules. Pour prolonger le plaisir, on remonte l’après-midi en direction du Pic Traversier. Le Traversier est un chouette sommet, bien aérien. D’un côté de douces pentes à 30° par où nous sommes montés et de l’autre un à-pic de 150m dominé par des corniches… Tout le monde se demande un peu par où qu’on va skier! « Il va falloir sauter mais c’est pas très haut, moins de 10m ». A cet instant, je sens que certains membre du groupe s’inquiète pour la santé mentale du guide et pour leur intégrité physique… En fait une traversée aérienne mais sans danger le long de la crête mène rapidement aux pentes tranquilles qui permettent de faire la jonction avec le Col du Longet. Tout le monde se détend! Et c’est parti pour une belle descente en poudre jusqu’au Pont de Lariane avec un final dans la forêt bien ludique. Excellent! Tout le monde a son compte et l’ambiance est plutôt déte,du dans la voiture. Timing pile poil qui nous permet même de boire un coup avant de poser Luc à son train

Goulotte de Coste Glas

Goulotte de Coste Glas

En ces temps de canicule automnale, on trouve quand même de la bonne glace à se mettre sous le piolet! Guillaume est fin motivé pour parcourir un bel itinéraire… Je connais un peu le bonhomme maintenant et même s’il n’a pas de véritable expérience de la cascade de glace, j’ai toute confiance! Nous décidons de partir sur la goulotte de Coste Glas en sortant au sommet… une vraie course quoi! Je laisse la plume au Dahu libéré himself qui raconte ça très bien!

L’article du Dahu-libéré

Raid ski en étoile

Raid ski en étoile

Je guide pour 3 jours Pierre et Noémie au départ de Molines en Queyras. Initialement partis pour 3 jours d’itinérance, l’option en étoile s’impose finalement d’elle même au vu des conditions changeantes… Etant dans la vallée on peut s’adapter au mieux aux conditions et aller chercher la poudre là où elle est!

Premier jour : superbe rando à la Pointe de la Marcelette avec une poudre tassée divine à skier! Récit et photos ici.

Deuxième jour : petit retour d’est, il neige toute la journée! L’occasion d’écumer tous les hors pistes de Saint-Véran avec un final grandiose au couloir Nord de Chateaurenard. Récit et photos ici.

Dernier jour : on se décale plus à l’est pour voir si le retour d’est a été plus généreux dans le Haut-Guil. Bingo! 40cm de poudre nous attendent au Pic de Ségure! Du velour! Récit et photos ici.

Face Nord de Peyre Nière

Face Nord de Peyre Nière

Un trip ski au dessus de Fontgillarde avec Mister Big Fat. On tricote un tour entre Peyre Nière et Fond de Peynin au gré de la bonne neige rencontrée, alternant poudre tassée, moquette et un peu (mais si peu) de croûte… Au final on avale plus de dénivellée que prévu! Itinéraire suivi : montée à Peyre Nière depuis le Coin – descente par la face Nord jusqu’à la cabane – montée au Fond de Peynin – descente du traiangle qu’on vient de monter – remontée! – descente versant S du Fond de Peynin jusqu’à Pont Lariane.

Récit complet et photos sur le nouveau site dédié au ski Horizon-Rando

We initiation ski de randonnée

We initiation ski de randonnée

Des conditions pas tout à fait idylliques pour un we de découverte du ski de randonnée dans le Queyras! Mais l’équipe que je guide est surmotivée et affronte vaillement la rudesse du climat local!

Pour la première journée, nous montons au Col Agnel avant de redescendre au refuge du même nom pour une petite soirée chaleureuse au coin du feu.

Le lendemain nous partons dans le jour blanc en direction du Col de Chamoissière, l’occasion de présenter à mes compagnons les techniques d’orientation! Bonne petite descente dans la poudre tassée avant de regagner la vallée.

Récit complet et photos sur le nouveau site horizon-rando

Pointe des Marcelettes

Pointe des Marcelettes

Le Queyras offre en ce moment des conditions idylliques. La poudre est là, juste la bonne quantité… Et une fois n’est pas coûtume cet hiver elle est plutôt stable! Pas le choix donc, c’est un devoir d’aller honorer ces conditions providentielles! Il faut bien s’occuper de faire toutes ces traces sinon qui les fera?

Pour ces deux jours, je traîne la spatule dans le secteur de Saint-Véran qui offre une quantité d’itinéraires incroyables et plutôt confidentiels. Pour accomplir avec le maximum d’efficacité mon dur labeur de rayeur de pow, j’use tantôt du téleski, tantôt de la peau de phoque.

Récit complet et photos sur Horizon-Rando

Raid dans le Queyras

Raid dans le Queyras

Je guide pour 3 jours une bande d’énervés dans les confins du Queyras. Les jours se suivent et ne ressemblent pas! Une première journée dans le beau et la moquette, une seconde journée dans une ambiance changeante autour du refuge de la Blanche et enfin un final en apothéose dans une poudre made in Japan en plein coeur du retour d’est. Le tout agrémenté de bons gueuletons, de bonnes rigolades et d’une cohésion de groupe à toute épreuve! Pas tous les jours évident ce métier!

Le compte rendu complet du raid est visible sur le site d’Horizon-Rando

Ski Beal Traversier

Ski Beal Traversier

J’ai trouvé un moyen simple de pas se prendre la tête pour choisir mes randos. Je regarde tout ce que je vois de la maison et que je ne connais pas et j’y vais! Première cible, le Béal Traversier que j’aperçois discrètement quand je fais la vaisselle. Je n’ai jamais remonté ni en hiver, ni en été le long vallon de Pra Reboul. Bon c’est sur, il y a de la piste mais c’est pas totalement inhumain de monter là haut, il suffit de débrancher un peu le cerveau… Tant qu’à faire j’opte pour une traversée par les Esparges Fines histoire de rendre aussi visite à ce petit sommet haut perché.

Récit complet et photos sur le site de Horizon Rando : ici

Ski au Pic Beaudouis

Ski au Pic Beaudouis

Sortie entre collègues aujourd’hui! Avec le Sylvano on part du côté de Clapeyto au dessus de Brunissard sans objectif précis. Le vent souffle en tempête aujourd’hui on verra bien ce que l’on peut faire! On s’oriente vers le Pic de Beaudouis un sommet bien classe avec des pentes bien soutenues. Pour nous ce sera une boucle : montée par les chalets de Clapeyto puis par le vallon qui mène au col des Ayes et la face SW et descente par la face S…

Récit complet de la sortie et photos sur le site de Horizon Rando : ici

Combe du Malazen, j’ai pas de peaux!

Combe du Malazen, j’ai pas de peaux!

Si vous cherchez l’affreux qui a saccagé la trace de montée dans la combe du Malazen, ne cherchez plus!

Tout avait pourtant commencé sur de bons hospices avec la promesse d’une sortie pas trop fatigante avec de la bonne poudre à la clé! C’était sans compter sur un terrible décollement de peaux à 200m de la sortie de la combe! Finish à pied les skis sur le dos : c’est bien ça permet de se rappeler le côté pratique des skis dans la neige, de temps en temps! Mon compagnon du jour me gratifiera seulement de quelques moqueries mais restera plutôt fair-play, je l’en remercie!!

A la descente, on innove par une descente inédite avec du bon ski à la clé mais aussi un peu de bartasse! Mais bon c’est ça l’aventure!

Col de Péas

Col de Péas

Aujourd’hui je retrouve Marie et Jean-Luc pour leur faire découvrir les joies du ski de rando. On se dirige vers le col du Lautaret. Horreur! Un nuage humide, tout droit venu de l’Isère semble scotché sur le secteur. De quoi pourrir une moquette ça! Du coup revirement de situation total, on part aux Fonds de Cervières. Le regel a été très bon cette nuit et malgré notre départ finalement tardif (8h), les conditions sont bonnes. On prend la direction du Col de Péas. Marie et Jean Luc découvrent la joie des conversions! Pas évident ce fichu mouvement! Tranquillement nous arrivons vers 10h30 au col ou un petit banc d’herbe nous attend. Nous laissons cuire une petite demi-heure cette belle moquette qui nous attends. L’occasion de profiter de ces instants privilégiés en montagne, tous seuls!

11h : c’est parti. La neige est revenue à point! Un régal de skier là dedans! Comme bien souvent en ski de rando, la descente est vite avalée… c’est sur on skie moins qu’en station mais quelle sensation de liberté! Nous déchaussons 2 fois avant de skier les 50 derniers mètres légèrement moins bons que le reste!

Pic de Rochebrune

Pic de Rochebrune

Une belle équipe de voyageurs est réunie aujourd’hui pour se dégourdir la spatule sur la belle moquette Briançonnaise. Certains reviennent d’un stage vino rosso et prosciutto en Sardaigne, d’autres d’un séminaire tapas y cervezas à Madrid. Un objectif, un seul : taper des grandes courbes sur de la moquette à poil court… mais avant il faut monter. Les organismes peinent un peu à se mettre en route mais bien vite la magie de la montagne opère et tout se met en branle. Le second souffle nous conduit au sommet du Pic de Rochebrune où nous profitons bien peinard d’un panorama de rêve. Quelle vie!

Descente un peu bouletteuse dans le couloir puis on se pose pour laisser encore un peu de cuisson à cette belle moquette…. Enfin c’est le moment, on lâche les chevaux…. Jouissance! En finaudant un peu dan la forêt, le ski reste très correct jusqu’à quelques centaines de mètres de la voiture. Là, ces fichus tapis d’herbes nous contraignent à une sieste forcée… Dur, dur.

Vers le Pic de Malrif

Vers le Pic de Malrif

Dernier jour du raid épicurien. Il a fait très beau de 22h à 4h du matin. Malheureusement au réveil, à 6h30, c’est plus la même. C’est déjà bâché même si la visibilité reste correcte… Le départ vers le Grand Glaiza n’est pas très euphorique mais la bonne humeur est toujours là dans le groupe, c’est l’essentiel. Le beau temps de la nuit a permis un excellent regel, c’est toujours ça!

Le plafond nuageux joue au yoyo entre 2800m et 3100m. L’idée du Grand Glaiza est rapidement abandonnée. Au bout du plat, on s’oriente vers un couloir sur la crête comprise entre le Pic de Malrif et le Petit Rochebrune. Lorsqu’on arrive au pied du couloir, la météo s’emballe un peu : la visibilité tombe, la neige s’en mêle. On lève le camp! Malgré l’ambiance météo, on fait du bon ski avec les 2 cm de fraîche sur fond dur. Un peu plus de visibilité n’aurait pas été du luxe quand même.

Le temps d’évacuer le refuge se mettent à tomber de belles galettes de neige et on se demande même si on va rester bloquer au Fonds de Cervières… Le raid épicurien se conclut comme il se doit au restaurant devant une bonne bière!

Merci à tous les 3, c’était un régal ces 3 jours en votre compagnie!

Grand Vallon

Grand Vallon

Ambiance très humide ce matin au réveil! Il a flotté toute la nuit et ça continue… Pas idyllique tout ça.  M’enfin faut voir le bon côté des choses, ça permet de faire une petite grasse matinée et ça c’est pas du luxe! Le CAF de Coudon ne partage pas mon optimisme quand aux possibilités d’éclaircies et dès la fin de la pluie, ils lèvent le camp. Qui sait? Un rayon de soleil et à nous les 30 cm de poudre au sommet! Mon enthousiasme laisse sceptique mes épicuriens…

Finalement, sur le coup des 10 heures, l’arrivée des éclaircies se confirment et nous partons vers la Cime du Grand Vallon, plus pour la ballade que pour faire du grand ski. Vu du bas, il ne semble pas avoir neigé tant que ça, ou le vent à déjà tout emporté! Sur les 200 premiers mètres, la neige nous laisse peu d’espoir de bon ski. Puis finalement plus on monte, plus c’est bon avec une longue section en poudre tassée… On pousse jusqu’au sommet, tout soufflé par le vent et on part sans attendre pour ces 600m de poudre tassée où enfin on peut se lâcher et pousser des grands cris! L’acharnement est récompensé! Ca prend de la vidéo dans tous les sens et Odette goûte la neige : tout va bien! C’est un mini hold-up

Dans les 200 derniers mètres comme prévu ça se gâte. José nous fait une petite démonstration sur l’art de gérer les transitions de neige. Quelle gifle!

Dans l’euphorie, nous avons complètement laissé de côté l’idée de pique niquer. Du coup c’est au refuge qu’on s’offre un modeste en cas à base de crozets et de sandwichs accompagné d’un petit coup de rouge histoire de bien préparer la sieste..

Sortie de la sieste, un petit coup de Kite plouf avant d’aller à la cabine téléphonique de la vallée au bout de la plaine du Bourget. Quelques coup de fil pour rassure et prendre la météo. Encore une fenêtre météo qui ressemble plus à une meurtrière! Une chose est sure : va plutôt falloir se lever tôt.

Mais il en faut plus pour nous abattre et c’est devant une belle entrecôte saignante que nous nous préparons mentalement pour le lendemain!

La suite du raid épicurien

Petit Rochebrune

Petit Rochebrune

Premier jour de ce raid épicurien avec Odette, Marcel et José! 3 jours à jongler autant avec la météo et les conditions de neige qu’avec les bons mots et les bons vins! Trouver les fenêtres météo qui s’ouvre et se ferment au moindre courant d’air n’est pas une mince affaire! Après un départ bien assez matinal, on dépose notre barda au refuge des Fonts après une approche très exigeante puisqu’un névé persistant sur la route nous oblige à 25m de portage! Ce modeste local d’hiver de 9 places semble déjà bien occupé : nous dénombrons 5 duvets! Va falloir se serrer!

Nous partons aujourd’hui en direction du Petit Rochebrune et ses 3078m. 1000m de dénivelée pour cette première journée que nous parcourons en … un certain temps. Le calcul n’est pas facile car il y a une heure de décalage horaire dans ce vallon… Bref pendant que certains offrent aux vents un peu de textile, d’autres vivent hors du temps!

Le premier panorama sur le Queyras n’est pas des plus inoubliables. Entre deux volutes nuageuses, on devine parfois le nuage suivant qui arrive! Mais bon, à l’abri du vent on arrive quand même à pique niquer donc tout va bien.

La descente attaquée un poil tard s’avèrera un chouya collante sur le bas. Mais il n’y a pas de mauvaise neige, seulement des mauvais skieurs… Enfin dans certaines neiges quand même tous les skieurs sont mauvais!

Il nous reste un bout d’après midi pour une petite initiation Kite avec José qui a emmené sa voile. Bien sympathique d’apprendre à rester dans la fenêtre, de faire travailler sa voile et surtout de faire des Kite plouf!

Sur la fin d’après midi débarquent nos compagnons de refuge le CAF de Coudon. Le courant passe assez rapidement. Les échanges à base apéritive créent immédiatement une saine ambiance de rigolade. Ce ne sont pas des tristes au CAF des couillons même si à l’évidence leur régime gastronomique est très loin d’égaler le notre!

Notre premier repas sera d’une frugalité monacale : salade de tomate, crozets inondés de parmesan, saucisses locales, chocolat et un petit génépi pour pousser tout ça! C’est rude la montagne.

La suite du raid épicurien…

Turge de la Suffie

Turge de la Suffie

Le vent a pas mal soufflé cette nuit. C’est ce que l’on constate à la montée vers le col de Chaudemaison avec Rémy et Tibo. La poudre a été bien soufflée par un bon petit vent d’ouest. Malgré tout la descente sera excellente avec quelques centimètres de fraîche sur un fond dur. Des conditions propices au lâchage! Dans la première pente sous la Turge, quand même 30 cm de poudreuse à l’abri du vent. De la jouissance à l’état pur. on a pas la vie facile. Arrivée à la voiture sans déchausser. Que demande le peuple?

Grand Peygu

Grand Peygu

Le Grand Peygu est une magnifique pyramide qui attire inmanquablement l’oeil quand on remonte vers le col de l’Izoard. On espère ce jour avec Rémy y trouver une neige transformée. La fraîcheur dans la montée permet à la neige de ne pas transformer trop vite, idéal pour nous qui sommes un peu tard! Au sommet le vent ne nous incite pas trop à lézarder et on se jette rapidement dans la descente. La neige est agréablement transformée et de petites coulées sans conséquences se déclenchent à chaque virage. Du bon ski même s’il y a mieux!

Pic de Ségure, c’est sur!

Pic de Ségure, c’est sur!

La neige c’est pas trop ça cette année dans le Sud. L’ambiance est plutôt aux longues siestes dans les près… Alors quand un pote t’appelles en te disant : « y parait qu’ils ont pris 80cm au Viso, ça doit être méga bon! », c’est d’abord l’incrédulité qui t’envahit. Mais bon, sait-on jamais. Allons faire un petit tour dans le Queyras. 10 cm ça serait toujours bon sous les spatules…

Direction donc le Pic de Ségure avec Sylvain, élément plus que moteur du projet. A 10 km de l’objectif, rien! Pas la moindre trace de neige… Mais on sait que ces fameux retour d’est sont très localisés. A Ristolas, c’est déjà nettement plus réjouissant : 10cm au parking, ça sent bon. Cette rando n’est pas très confidentielle mais l’avantage c’est que la trace est faite! Au fur et à mesure qu’on monte, c’est le festival de popow : jusqu’à 50cm! Wahh!

A quelques encablures du sommet, on rattrape nos braves traceurs. Sylvain reprend les opérations en main 2 minutes, le temps de faire voomer un bon stade de football. Signal très clair pour nous : on s’arrête là! D’autant que de plus en plus de monde s’ammasse dans ce secteur craignos. Ca sent le fait d’hiver : cassos! Tant pis pour les 100 derniers mètres, ce qui nous attends est déjà largement suffisant!

Col de la Lauze

Col de la Lauze

Direction le Queyras aujourd’hui pour une petite virée avec le frangin à la recherche de la poudreuse perdue! Cette denrée commence à se faire effectivement un peu rare avec le redoux… Et les versants sud n’ont pas encore assez chauffé pour se moquettiser! Cerise sur le gâteau, le vent à complètement cartonné voire durcie la neige au dessus des forêts. Trouverons nous aujourd’hui de quoi satisfaire nos spatules?

Après quelques heures de montée en forêt et après avoir renoncé à remonter la combe des Près de la Lauze (pas tracée et nous obligeant à une traversée foireuse) nous sortons au Col de la Lauze ou nous cueille une petite bise ravigotante! Nous tentons un timide assaut sur la face Nord du sommet de la Lauze mais la neige est bien trop dure avec qui plus est pas mal de relief. on est pas là pour en chier! Du coup retour sur le col pour un bon petit pic-nique, pas volé.

La descente sera plus qu’honorable avec de la poudreuse sur quasiment 500m de déniv… Inespéré. Bon certes, pas la poudre de cinéma qui rentre dans les narines mais du très agréable à skier quand même… Dans le bas de la forêt, pas vraiment taillé pour le ski, on suit la piste forestière qui nous ramène tranquillement vers le bas de la vallée et ses terrasses de café ensoleillées!

Ski – Pic Ouest de Côte belle

Ski – Pic Ouest de Côte belle

De retour d’une session cascade de glace à Chamonix et dans le val de Cogne, me revoilà sur les familières terres Hautes Alpines pour un peu de ski de rando. Je suis aujourd’hui avec une joyeuse équipe de Provençaux : Bruno, Oliv’ et Damien. Le choix de la course est discuté jusqu’au dernier moment. Il semblerait que le Queyras ait été arrosé par un récent retour d’Est. Si poudreuse nous cherchons, c’est par là bas qu’il faut diriger nos spatules. Par contre, la plus grande vigilance sera de rigueur. Nous optons pour Côte Belle avec un repli sur l’Arpelin si les conditions nous font trop peur.

Le ton est vite donné dans le groupe : ça blague, ça chambre! Bref une belle équipe de phénomènes. L’heure d’approche sur la piste de fond passe vite! Arrivé au pied de la belle côte de Côte Belle, on observe 6 skieurs qui descendent par l’itinéraire que nous visons. Aucune précaution à la descente, ça ski banzaï! Et la trace de montée coupe toutes les pentes entre l’Arpelin et Côte Belle plutôt que de sagement s’en écarter. Il nous faut donc en retracer une partie. Dès le début de la montée, nous prenons de grandes distances de délestage. Le risque marqué aujourd’hui justifie ces précautions. Il y a peu d’accumulations sur notre trace. Le manteau est homogène et repose sur un fond dur où l’on sent les vieilles traces. Mais la quantité de neige fraîche n’est quand même pas anodine (une 30 aine de cm). Dans le haut une centaine de mètres sous le col, le vent à ravagé la neige, complètement cartonnée et durcie par endroit. Nous nous rejoignons tous au col pour une petite pause. La vue sur le Queyras et les Ecrins s’ouvre juste après notre arrivée! On profite même de quelques tièdes rayons de soleil… Celui ci ne suffira pas à nous réchauffer… Heureusement, sortie d’on ne sait où, une petite fiole de grappa grecque nous évitera de congeler sur place!

Cette petite pause est l’occasion de faire l’état des lieux des troupes. Apparemment il y a encore un peu d’énergie à revendre. C’est donc parti vers le sommet (ski sur le dos!). On suit l’élégante arête de neige qui gagne le sommet. C’est la grande classe. L’ambiance est feérique!

Nous descendons prudemment les premiers 100 mètres à ski sur une neige dure complètement soufflée. Ensuite nous retrouvons la fraîche. On skie d’abord par petite section pour le maximum de sécurité mais aussi pour épargner les cuisses. La neige alourdit les spatules et il faut déjauger en se mettant pas mal en arrière. C’est sport mais l’équipe est aux anges dans cette belle combe vierge! En guise de cerise sur gâteau d’anniversaire, nous laissons Bruno tracer tout le bas de la descente qui devient de mieux en mieux. Monstre bon!

Ensuite on finit par une petite sessions popow en forêt avant de rejoindre la piste…

Fin de chantier devant quelques bières comme il se doit! Merci les gars pour cette belle journée de ski.

Petit Puy – Couloir Sud

Petit Puy – Couloir Sud

Suite à la petite exploration d’avant hier dans les contreforts est du petit Puy on se motive de nouveau pour ce beau vallon des Ayes. Nous avalons à nouveau les 6 km de piste et ce coup là, nous nous engageons pour notre plus grand bonheur dans le couloir S du Petit Puy. Vers 9h30 dans le bas du couloir, nous passons au soleil et c’est en tee-shirt que s’effectuera la montée. Y a plus de saison ma pov’dame! Belle petite ambiance dans ce couloir pas raide. On le remonte skis aux pieds jusqu’à 100m du col. Petite pause d’une demi-heure pour bien laissé décailler tout ça. Obligé de contempler encore une fois ces montagnes à perte de vue. Quelle vie pas facile!

Descente tip top dans de la bonne transfo et même de la poudre dans les bois du bas. Puis rebelote avec les 6km de piste qui passent quand même vachement mieux à la descente!

Petit Puy, couloir NE

Petit Puy, couloir NE

Avec Sylvain on se motive pour un petit tour de ski dans le vallon des Ayes. Ce vallon se mérite : il faut en préambule avaler 5 km de piste avant d’attaquer la « vraie » montée. Partis initialement pour le couloir Sud du petit Puy, on se réoriente suite à une petite mistake et un magistral oubli de carte vers un autre objectif. On monte « à vue » vers la face est du petit Puy. Y a l’air d’avoir du bon ski! C’est finalement dans un large couloir orienté NE que nous finissons. Nous nous arrêtons 100m sous la crête, pas motivé du tout par le final en neige carton.

Neige un peu variable dans le couloir puis dès les pentes en dessous une poudre tassée de rêve. Nous poussons des grands cris, c’est le bonheur!

Mélézin – Ski

Mélézin – Ski

Pour démarrer l’année en beauté, nous partons avec Gab et Vincent à la recherche d’un peu de poudreuse que le gros redoux aurait épargné. Avec la douceur des deux derniers jours, le manteau s’est humidifié jusqu’à plus de 2000m et la poudreuse en forêt s’est bien alourdie.

Dans la partie haute de l’itinéraire avant la croix, nous remontons dans les restes de plaques à vent. Dans ces zones qui ont été arrachées par les avalanches, la neige est béton, l’occasion de faire quelques conversions intéressantes! L’arrivée à la croix est magique : un petit rayon de soleil nous accueille et la vue sur les Ecrins est pas vilaine.

Première descente : on redescend jusqu’au Mélézin avec du ski délicat dans le haut et de belles portions de poudre tassée en forêt au dessus du village.

Au village, on s’en remet pour 400m de montée jusqu’au départ de la traversée…

Ce coup là on descend dans la combe qui étonnamment n’est pas tracée. La neige est bien préservée dans cette combe. le ski devient carrément bon! On commence même à pousser des cris!

400m de pur bonheur…

… et un peu de labeur dans la forêt avant de rejoindre sagement la piste qui nous ramène au parking.

Au final une sortie bien agréable avec plus de poudreuse que prévu et un petit sommet à la clé! Et 1600m de déniv’ quand même! Merci les gars

Arpelin – Ski de rando

Arpelin – Ski de rando

Le ski est une activité diabolique! Une véritable drogue! Une sortie suffit pour replonger dedans… Le long sevrage de l’été et l’automne n’ y fait rien. J’avais presque oublié que j’étais skieur. Presque oublié ces purs moments de bonheur et d’ivresse vécus. Et pourtant dès les premiers instants de glisse, c’est tout qui se remet en place, comme si une partie de moi-même m’étais rendue!

Me voilà en route pour l’Arpelin aujourd’hui au départ du Laus. La piste est eneigée. Certains l’ont pris en 4*4 pour éviter une heure de faux plat. Tant mieux pour eux. Mais cela dégrade pas mal la piste pour ceux qui n’ont que leurs gambettes pour monter là haut. C’est toujours le même bonheur que d’aller dans ce vallon très prisé des Briançonnais. Le versant Nord de l’Arpelin déjà pas mal skié réserve encore de belles sections vierges. Cerise sur le gâteau : le bas de la combe NE qui rejoint l’itinéraire de montée est en poudre bien légère, un vrai délice!

Pin It on Pinterest