Semaine Freerando

Semaine Freerando

C’est en doublette cette semaine que nous guidons un groupe de passionnés de ski de randonnée et de poudreuse dans le fabuleux et peu connu massif de l’Embrunais !

Je seconde l’ami guide Sylvain Pascalou dans la rude tache quotidienne qui consiste à trouver à peu de substance poudreuse à se glisser sous la semelle.

L’idée de la semaine pour le groupe est de se remettre en selle avant leur saison de randonnée. L’objectif clairement avoué est d’optimiser le ratio montée / descente en usant, à défaut de produits dopants efficaces, de moyens mécanisés.

Après 15 jours d’anticyclone, les adeptes des powder alert ont délaissé toutes les stations… les commerçants entament leur litanie habituelle et font des incantations à la neige. Les sentences péremptoires des loueurs de ski (« vous ne trouverez plus de poudreuse ») sèment le doute dans les esprits incrédules…

Avec Sylvain on sait bien que ces périodes de beau temps sans neige sont souvent bénites pour l’amateur de poudreuse et qu’avec un peu d’imagination (ou pas!) on trouve toujours de quoi faire de belles signatures éphémères dans la montagne. On est pas à Chamonix ici dedieu !

 

Le camp de base pour la semaine est à Risoul. Nous faisons les 3 premières journées sur la station. Nous avons l’étrange impression d’être les seuls skieurs sur le domaine. Pendant ces 3 journées nous ne verrons pas âme qui vive en dehors des pistes. D’un jour sur l’autre on peut repérer tranquillement nos futures descentes sans crainte de se la faire chiper par d’autres spatules… Rapidement on voit que la qualité de la neige est toujours au rendez-vous et dès les premières descentes des effusions de joie s’échappe du groupe. Les journées à Risoul passeront bien vite au rythme des sessions peignage de poudre, montée-descente, pique nique, sieste, rigolade, recup’ au chalet… et un finish grandiose face au soleil couchant avec vue sur le lac de Serre-Ponçon.

Pour les deux dernières journées, même s’il y aurait bien de quoi faire encore sur Risoul, sans recroiser une seule de nos traces, nous élargissons notre horizon vers d’autres stations.

D’abord les Orres ou le grand vallon nous offrira deux magnifiques descentes et un pique nique au bord de l’eau… puis Crévoux d’où on ne revient jamais déçus ! Inoubliables instants dans les bosquetous du Pi’ Haut et sur l’arête de la Ratelle où la nature nous a offert un ballet de lumière et de nuages féerique… avant une dernière descente top quality !

Merci à tout le groupe pour la confiance totale qui nous a été accordée, pour la bonne humeur inébranlable et les moments de rigolade!

Et merci à la montagne de nous avoir planté un décor parfait !

 

Rodage à Ceillac

Rodage à Ceillac

Deux lascars bien motivés pour cette virée improvisée à Ceillac et son élevage de couloirs! On commence par une montée au soleil qui nous amène pas du tout où on avait prévu mais c’est pas grave, ça à l’air très bon aussi!

Gas trouve l’exercice trop facile et en profite pour larguer un ski dans le couloir qu’on mettra un peu de temps à retrouver!!

Désespéramment seuls pour tracer ces océans de poudre, nous nous attelons à la tâche sans broncher! La remontée d’un long couloir et sa descente nous occuperons une bonne partie du reste de la journée, de quoi louper les gosses à l’école, comme prévu! Indignes parents skieurs, prêts à troquer leurs progénitures pour une poignée de poudre!

Free Rando aux Orres

Free Rando aux Orres

Ca faisait déjà un bon bout de temps qu’on devait faire connaissance avec Alexandre, c’est maintenant chose faite! Le courant passe de suite, on se retrouve à blaguer sur un télésiège comme deux vieilles copines au bout de quelques minutes!

En purs adeptes de la freerando, nous jouissons d’une montée sans effort au sommet du domaine des Orres. Malgré la fraîcheur du jour, les premiers rayons de soleil ont commencé à décailler les pentes est que nous voulons descendre en direction du Petit Vallon. En quelques virages on déconnecte de la station, de la civilisation… nous ne sommes plus que deux amas cellulaires temporairement conscients jouissant de plaisirs gravitaires!

Comme d’habitude le programme se bâtit au fil de la spatule et nous finissons au sommet de la Tête de l’Aupet qui ferme le vallon en direction de l’Ubaye… De là nous attend une descente de plus de 10 km jusqu’aux Ribes où un sursaut d’intelligence nous a fait déposer une voiture, comme ça au cas où! Du très bon ski dans la descente par endroit, un cadre fantastique et une solitude totale… Encore une journée stressante!

Pin It on Pinterest