Freerando Bardonecchia

Freerando Bardonecchia

L’heure du rendez-vous annuel avec mes Norvégiens préférés a sonné! Pour ne rien changer aux habitudes, le programme initial vole en éclat peu de temps avant le départ… conditions de neige un peu capricieuse dans le sud des Alpes, on remonte un peu vers le Nord!

Comme mes voyageurs arrivent à Turin, nous démarrons par deux journées à Bardonecchia. Cette modeste station Piémontaise à deux pas de la France offre un gros potentiel de hors pistes et de freerando et reste peu fréquentée par les freerideurs en tous genres! Nous aurons tout le loisir de tracer pendant deux jours des hors pistes assez facilement accessibles depuis la station!

Jour 1 : du côté de la Mulatière

Après une arrivée bien tardive de Tor, Karl et Eddi dans le sympathique, sauvage et fantomatique village de Rochemolles, la première journée de mise en jambe ne se fera pas sous le signe du soleil, mais c’était prévu… aujourd’hui la tempête sévit sur le nord de la France et des Alpes. Nous en recevons quelques débordements, mais les conditions restent acceptables, on verra même poindre le soleil!

Nous partons en direction de la Mulatière par une courte montée en peaux de phoque pour s’offrir une belle combe épargnée par le vent… dès les premiers virages, la poudre vole, c’est plutôt prometteur!

Freerando Bardonecchia - Karl dans les premiers virages poudreux

Freerando Bardonecchia - Tor dans les premiers virages poudreux

Freerando Bardonecchia - Karl sous la Mulatière

Freerando Bardonecchia - Eddi

Un court retour à peaux de phoque nous ramène directement sur le restaurant, point de passage obligé de nos ébats skiants! Si l’amour de la bonne neige et de la montagne nous anime, celui de la bonne chair n’est pas en reste non plus!!

Freerando Bardonecchia - Retour

Freerando Bardonecchia - La team à nouveau réunie

Un peu de bord de piste pour finir la journée et nous regagnons le hameau de Rochemolles… de bière en verres de rouges jusqu’au génépi, les retrouvailles sont joyeusement célébrées et laisseront quelques séquelles le lendemain!

Rochemolles - décoration

Rochemolles

Jour 2 : du côté de Jafferau

Pour cette journée on se concentre sur l’autre secteur de Bardonecchia. J’avais prévu un ambitieux programme à base de descente sur vallée sauvage, remontée en peaux de phoque et arrivée directement sur Rochemolles… mais la descente prévue me semble bien ravagée par le vent et je sens que l’état de fraîcheur des troupes n’est pas le meilleur qu’on ait connu… je décide donc de roder sur les hors pistes du coin pour voir ce qu’il y a de bon à se mettre sous la spatule…

Un premier hors piste de proximité pour se chauffer avant de partir sur un itinéraire plus sauvage. Je suspecte les mélézins au dessus de Rochemolles d’être de bons réservoirs à poudre. Le suspens reste entier. Au dessus de la forêt l’accès en neige dure et pleine de relief n’est pas prometteur du tout! Eddi et Tor me suive en toute confiance comme d’habitude mais se demandent par quel tour de passe passe on va pouvoir faire du bon ski dans le secteur!!

Dès les premiers mélèzes et même avant c’est le délire! Pas une trace et une poudreuse AOC contrôlé, bio et locale dans une forêt née pour être skiée!

Le retour par la piste plate est un peu longuet, Tor et Eddi découvre que les distances donnée par un guide ne sont pas toujours à prendre au pied de la lettre!! Fifteen minute qui disait! En tous cas on sait où on va skier cette aprem!

Après le lunch on retrouve Karl pour un run tous ensemble, enfin jusqu’à ce qu’on perde définitivement Karl pour le reste de la journée! On reste dans les forêts mais un peu moins loin…

Pour clôturer les festivités, je propose à Tor qui en redemande encore de faire un dernier run encore plus lointain dans le mélézin du bonheur et regagner directement le hameau de Rochemolles… divine descente vierge de toute trace!

Freerando Bardonecchia - Tor descente sur Rochemolles

Freerando Bardonecchia - Tor dernier run

Freerando Bardonecchia - Arrivée sur  Rochemolles

Freerando Bardonecchia - Maison Rochemolles

Fin des deux journées Piémontaises, on passe la frontière pour rejoindre la haute Maurienne.

Val Maira en mode alone!

Val Maira en mode alone!

Cette année, rien ne semble se mettre en travers de la route de Patrick pour venir skier quelques jours dans la région! Nous ferons une première journée à deux dans le secteur du Lautaret avant de migrer dans le Val Maira (depuis le Col de Larche), en récupérant au passage Christophe et Raphaël.

Tour de L’Aiguillette du Lauzet

Nous attaquons par une première journée dans les Cerces au départ de l’Alpe du Lauzet… le temps est annoncé estival, on s’attend à une montée en tee-shirt dès 7h du matin. Que nenni! Le regel est bien là et dans l’ombre du vallon de l’Aiguillette du Lauzet il fait plutôt frais! Comme d’habitude, le programme se compose en partie au fil de la journée. On gagne les crêtes qui donnent sur le vallon du Chardonnet et en attendant que notre descente versant sud ouest décaille parfaitement, on se fait un premier petit run versant Chardonnet. La moquette est aldente! On rebascule versant Aiguillette… où la neige dure a laissé place aussi à une moquette à poil court. Perfetto! 1300m de déniv’ quand même aujourd’hui pour cette reprise! Descente impeccable jusqu’à 2000m, un peu moins ‘peccable en dessous, heureusement il reste plus grand chose. En tous cas, on parvient à glisser jusqu’en bas, et ça pour une fin avril c’est classe! La journée se conclue en beauté par un bon petit resto au Casset… C’est le printemps, pas de doute!

Tour de l'Aiguillette du Lauzet - Sur fond d'Ecrins

Tour de l'Aiguillette du Lauzet - Sur fond de Cerces

Tour de l'Aiguillette du Lauzet - Moquette versant Chardonnet

Tour de l'Aiguillette du Lauzet - Beaux paysages

Col de Larche – Punta Signora – Col de Feuillas – Viviere

J’avoue avoir un peu hésité à maintenir ce programme dans le val Maira… L’altitude modeste des lieux, du refuge notamment (1700m), me faisait avoir quelques doutes sur les conditions vues les chaleurs actuelles. La journée de la veille à l’Aiguillette du Lauzet m’aura finalement conforté dans ce choix. C’est comme ça qu’on se retrouve complètement à contre courant dans un Val Maira totalement désert malgré de superbes conditions!

Christophe et Raphaël nous ont rejoint pour les 3 jours qui suivent. Au départ du Col de larche, nous attaquons par une montée sèche de 800m en direction de la Pointe Signora. L’occasion d’une petite remise à niveau à base de 288 conversions! L’arrivée sur la crête bien cornichée est magnifique

Pointe de la Signora - En haut

Pointe de la Signora - Presque en haut

Première descente sur le Lac de l’Orrenaye par de belles pentes soutenues…

POinte Signora - Raphael se lance

POinte Signora - Patrick on the moquette

POinte Signora - Christophe en splitboard

On remet les peaux direction l’Italie via le Col de Feuillas… La remontée au soleil pique un peu les jambes et les yeux. Aujourd’hui encore 1200m de déniv’, ça fait son petit effet! Du Col de Feuillas, on bascule dans le vallon d’Enchiausa par une courte pente raide. J’espérais trouver de la neige encore pas trop revenue sur la partie NE du vallon. Loupé! Un bon vallon gluant nous attend! Bon ça suffit à nous faire glisser sans trop forcer mais c’est pas l’éclate quand même… on se console avec le paysage qu’on a le temps d’observer avec notre petite vitesse!

Col de Feuillas - Go

Vallon d'Enchiausa - En bas la glue nous attend

En bas on retrouve plus de traces, du coup ça glisse mieux et on arrive sans forcer jusqu’au charmant hameau de Vivière, petit coin de paradis au coeur du Val Maira. C’est là qu’on crêche! Le refuge de Vivière est un endroit incroyable. Pour le cadre, pour l’accueil et les fourneaux de Fabrizio, la beauté et le confort du bâtiment entièrement rénové à l’ancienne… Les pastas de Fabrizio viendrons à point pour reconstituer les stocks de cuisses abandonnés dans la montagne! Une longue après-midi nous attend, rythmée de siestes, de sauna, de bains de soleil et autres séances de tortures… jusqu’au repas du soir, un grand moment de gastronomie à l’Italienne. On a de la peine à se sentir dans un refuge!

Viviere - Le réconfort des pastas de Fabrizio

Viviere - Sauna

Viviere - Refuge

Viviere - Bains de soleil

Viviere – Punta Eco – Bric Cassin – Viviere

Aujourd’hui on part fureter la moquette vers le Col de la Gardetta. On monte au frais par le tranquille vallon de la Gardetta. La vue du Col sur le roc de la Meija est juste magnifique. Les invitations au ski fusent dans tous les sens. combien de vie faudrait-il pour effleurer chacun de ses sommets? Pour nous aujourd’hui, ça sera déjà la Pointe Eco juste au dessus du col avec un final bien aérien.

La madonna

Vallon de la gardetta

Punta Eco - Vue sympathique

Roc de la Meja

Punta Eco - Final aérien

Punta Eco - Selfie de groupe

Première descente en top moquette sur fond de paysage de rêve. Y a pire!

Punta Eco - Christophe

Punta Eco - Patrick

Punta Eco - Raphael

On remonte au Bric Cassin histoire d’empiler nos 1200 mètres syndicaux et cueillir au passage cette jolie pente Sud ouest en cours de moquettisation qui fait de l’oeil à nos spatules. On attend une petite demi-heure que la cuisson de la pente se termine puis on se jette à toute berzingue dans cette magnifique descente!

Bric Cassin

Bric Cassin - Raphael

Bric Cassin - Le splitboarder

Bric Cassin - Moquette démente

Bric Cassin - Moquette démente

Pour le programme de l’après-midi on se casse pas trop la tête : gnocchis de Fabrizio, sieste, sauna, resieste. De quoi se mettre en forme pour les bons petits plats de notre hôte!

Viviere – Col de la Scaletta – Cime Peyrassin – Col de Larche

L’idée de départ était de rentrer en bouclant par la Pointe Oserot. Mais les infoss su la praticabilité de la route du Col de la Maddelena sont incertaines… la perspective de se retrouver coincés côté italien à 10 km de notre voiture nous motive moyennement! On part donc en direction du Col de la Scaletta et de la cime de Peyrassin. Après 3 ou 4 jours de randonnée, ça tire un peu dans les guiboles. On fait une première courte descente de 350m sous la tête d’Enclause avant de remonter à la Cime Peyrassin. Ca commence à puiser sérieusement, il est temps d’arriver! Le jeu en vaut la chandelle! La descente s’annonce très belle et nous ramène quasi directement à la voiture.

Cime Peyrassin - Christophe

 

Cime Peyrassin - Christophe

Cime Peyrassin - Patrick

Cime Peyrassin - Montée

Cime Peyrassin - Vallon de l'Orrenaye

Cime Peyrassin - Vallon de l'Orrenaye

Cime Peyrassin - Fin de la montéeCime Peyrassin - Au sommet

Cime Peyrassin - C'est parti pour la dernière!

Cime Peyrassin - Jump

Ce beau petit raid s’achève al Rifugio della Pace où on s’échoue bien assoiffés et rassasiés de moquette et de belles images. Merci à tous encore une fois pour la totale confiance!

Pin It on Pinterest