Couloir des Sorciers et traversée de la Rouye

Couloir des Sorciers et traversée de la Rouye

Après notre petit tour du propriétaire à l’Olan la veille, on se dirige aujourd’hui vers un objectif moins copieux (sur le papier!) à deux pas du refuge : le couloir des Sorciers suivi de la traversée de la Rouye.

L’approche depuis le refuge est très rapide et nous sommes à pied d’œuvre dans le couloir de bonne heure! Environ une centaine de mètre à 40° voire plus, de quoi chauffer les mollets et le mental!

Au collu au sommet du couloir nous surprenons une harde de chamois sur le versant est. Faut dire que dans ces coins, ils ne sont pas emmerdés tous les jours. Notre course du jour n’est d’ailleurs pas une grande classique. Pas facile de grandir dans l’ombre de l’Olan!

Pourtant malgré l’attention qu’il faut porter au caillou dans quelques zones, c’est une course séduisante avec une belle ambiance aérienne, du rocher de bonne facture dans les passages grimpants, une vue plongeante sur le Valgaudemar et un vrai sommet pointu! Nous on a aimé!

Couloir sorcier - Traversée rouye

Couloir sorcier - Vue plongeante sur le valgaudemar

Couloir sorcier - Traversée rouye - vers la fin

Pilier Anne à l’Olan

Pilier Anne à l’Olan

Après deux bonnes journées de crapahutage autour et sur les Bans, on prend la direction du Valgaudemar un autre coin bien sauvage des Ecrins. La star locale ici c’est l’Olan qui saute immanquablement aux yeux de l’alpiniste depuis la vallée…

Fidèle à notre début de semaine, on poursuit notre tournée des refuges déserts ou presque… ce soir nous partageons le refuge de l’Olan avec deux autres alpinistes. Murielle l’aide gardienne nous bichonne, on mange comme à la maison! Ca a du bon l’Oisans sauvage.

Je propose à Alain de gravir l’Olan par le Pilier Anne, de traverser ensuite les 3 sommets et redescendre par la voie Escarra… de quoi faire cogiter mon compagnon de cordée partagé entre doute et excitation! De toute façon rien ne nous engage de façon définitive, on pourra toujours repartir sur la voie normale si besoin!

Finalement la décision sera prise devant l’obstacle, nous partons pour le Pilier Anne! Nous nous connaissons bien avec Alain et je sais sur quelles ressources je peux compter! Après une remontée de névé sans crampons me permettant de me connecter avec mes ancêtres guides tailleurs de marche, nous attaquons les deux premières longueurs de “oiseau de passage” qui donnent accès au Pilier Anne. Ce sont les deux longueurs clés du jour. Un collègue guide présent la veille au refuge, très fort grimpeur, croyant rassurer Alain lui a dit : “Oh t’inquiètes pas c’est V-Vsup maximum!”, un niveau dont Alain est loin d’être coutumier… Heureusement il n’en est rien, ça n’excède pas le IVsup et c’est déjà très bien en grosses chaussures dans l’ombre du matin!

Dès le premier relais nous passons au soleil, ça a du bon les faces sud-est! Les deux premières longueurs franchies, Alain est rassuré et nous filons à corde tendue en direction du Pilier Anne. La suite jusqu’à l’épaule sud sera plutôt vite expédiée! Derrière nous, le ballet des nuages se met en place pour nous offrir un beau spectacle au sommet!

Olan - Pilier Anne - Deuxième longueur

Olan - Pilier Anne - Sortie du pilier

On enchaîne sur la traversée jusqu’au sommet Nord, point culminant, une vraie partie de montagnes russes! Et nous voilà au sommet pour une bonne grosse pause bien méritée!

Olan - Pilier Anne - Traversée

Olan - Pilier Anne - Sommet

L’Olan n’a pas de porte de sortie évidente, même la voie normale se mérite! Mais rien ne nous presse, nous avons bien avancé et en plus nous redormons au refuge alors on profite de l’ambiance “nebbia” du jour…

Olan - Pilier Anne - Descente voie normale

Quelques désescalades plus tard nous voilà rendus sur le glacier. Neige continue jusqu’au refuge y a plus qu’à glisser jusqu’à la terrasse du refuge! Vive le mois de juin!

Pin It on Pinterest