En avril 2016, un trio de choc, François, Lolo et Tom me contactait pour 3 jours de raid à ski dans le secteur des Cerces. La météo était apocalyptique. Pluie en altitude, sirocco, vent à 80km/h… malgré tous mes efforts pour annuler la sortie, j’échouais devant l’inflexible motivation des 3 compères. Ainsi était lancée de façon magistrale la grande tradition du raid hivernal pour la troupe. Dans le sillage de ces précurseurs sont venus se greffer chaque année d’autres aventuriers et nous avons visité le Queyras, Terre rouge, la Dent Parrachée…

Cette année, nous revenons sur un projet qui traîne dans les cartons depuis le début : le Mont Thabor! Plusieurs fois la météo programmé, la météo en a décidé autrement. Cette année, le créneau météo reste tout en suspens mais on décide de le tenter!

Jour 1 : de Valfréjus au refuge du Mont Thabor

Nous démarrons le raid depuis la station de Valfréjus qui nous permet de gagner de l’altitude sans trop forcer, toujours appréciable le premier jour! Nous débouchons au sommet de la station avec une visibilité fantastiquement nulle. Nous temporisons immédiatement dans le restaurant le plus proche… temporisation efficace certes, mais totalement dépourvue d’effet sur la météo environnante… Nous partons sur la piste à la queue leu leu. Heureusement, un peu plus bas le nuage se déchire et nous en profitons pour glaner quelques virages en poudreuse avant de mettre les peaux de phoque.

Belle montée jusqu’au refuge du Thabor. Les corps se remettent en branle. Certains muscles se redécouvrent une fonction! Avant d’arriver au refuge François et Lolo sont chauds pour un petit run pré apéritif.

Jour 2 : Monte d’abord au Mont Thabor

C’est un morceau de choix, presque légendaire, qui nous attend aujourd’hui. Le chemin pour le Thabor n’est pas le plus direct : il faut d’abord passer une première crête avant d’attaquer la longue montée jusqu’à la chapelle. Pas une bavante mais presque!  Disons qu’on a le temps d’admirer le paysage! Les dernières centaines de mètres sont durs, les organismes sont mis à rude épreuve… à 100m du sommet, le doute s’installe chez certains membre de l’expédition qui sont prêts à prendre la tangente… nous attendons Raph qui peine un peu pour décider. Raph tire la langue mais ne laisse planer aucun doute sur le fait d’aller au Thabor. Il emporte avec lui la décision pour le reste du groupe!

Nous atteignons le sommet, cueillis par un vent piquant. La vue est splendide et l’émotion palpable! Nous nous mettons à l’abri dans la glaciale chapelle sommitale, le temps d’avaler notre pique nique.

J’ai reperé pendant la montée un itinéraire bis pour la descente plus à l’abri du vent. Là où nous sommes montés la neige transformée et travaillée par le vent ne fait pas rêver. J’espère trouver un peu de douceur poudreuse… parce qu’en chier aussi à la descente serait vraiment rude pour le moral!

Nous attaquons dans les pentes repérées. Et la poudreuse est au rendez-vous! Yihahh! Nous devons supporter l’affront des 2 traces de JB, un copain guide, et son client… J’avais prévu de rejoindre ensuite l’itinéraire de montée mais en passant au dessus d’un petit couloir bien exposée, je ne résiste pas à la tentation d’aller voir.  Un coup d’oeil du haut d’un promontoire pour vérifier que ce n’est pas trop raide ou trop chargé… “c’est bon on va aller la dedans, c’est magnifique!”

L’itinéraire est vraiment très classe. On ski au milieu des falaises dans un couloir pas trop raide et assez large pour prendre ses aises… énorme!

A la sortie du couloir, il ne nous reste plus qu’à se laisser glisser dans la combe jusqu’à l’endroit de la remontée, inévitable.

Voilà, un monstre sacré qui tombe. Toute la bande peut s’abandonner à la satisfaction du devoir accompli! Toute? Non, un irréductible François est encore chaud pour un petit extra… nous partons roder tous les deux sur des crêtes non loin du refuge pour quelques virages poudreux de plus. Après ça, repos et apéro bien mérités!

Jour 3 : bouclage de boucle par monts et par vaux

Last day. Vent fort annoncé en altitude, on ne va pas trop monter. J’ai espoir de trouver du bon ski dans une combe sous le Grand Bagna et si c’est pas le cas, ça aura au moins le mérite de nous mettre sur la route du retour.

La météo est joueuse avec des moments dégagés et d’autres dans le nuage.

Test motivation au pied de la combe : tout le monde est chaud et la qualité de neige semble au rendez-vous. On monte 300m-400m la dedans jusqu’à l’endroit où les pentes se redressent. On attend patiemment le créneau lumineux pour descendre. La ptience paye et nous rayons sans scrupule cette belle combe qui n’attendait que nos spatules. Court repeautage et nouvelle pause dans la descente à attendre que le nuage aille voir ailleurs. Encore du bon ski avant de rejoindre la plate combe qui mène à la station.

Pin It on Pinterest

Share This