Raid popow dans les Ortles

Raid popow dans les Ortles

Il y a des moments comme ça où on se sent comme suspendu au dessus de tout, planant en état de grâce sur les thermiques du bonheur!La semaine que nous venons de passer dans le massif des Ortles avec Anaïs, Geoffrey, Quentin, Clément et Antoine restera assurément un grand souvenir!

En résumé :
– des kilomètres de ski dans la poudreuse
– des dizaines de minutes à crier notre bonheur dans la poudre
– du beau temps à ne plus savoir qu’en faire
– trop de montagnes et de glacier à contempler
– des rires et des rires
– des repas “à l’italienne”
– quelques litres d’alcool pour faire passer tout ça

Jour 1 : quelques heures de bagnole avant une petite douceur

C’est toujours passionnant d’aller découvrir un nouveau massif! Anaïs et la bande me font pleinement confiance pour élaborer un programme de 7 jours. J’ai choisi le massif des Ortles car ce nom me traînait dans la tête depuis quelque temps… J’ai peu d’infos sur ce massif en partant et évidemment s’agitent dans ma tête de guide les sempiternelles interrogations : est-ce le bon choix? Aurons-nous de bonnes conditions de neige? Et du beau temps? Est-ce que ça va plaire à la bande? N’y aura-t-il pas trop de monde?

Le meilleur moyen pour savoir c’est d’aller voir! Rendez-vous à Oulx avec tout le monde, surmotivé! La bonne humeur est bien là… le reste suivra! On attaque par une petite session bagnole jusqu’à Forni où nous dormons ce soir dans l’excellent refuge… Nous avons 2-3 h devant nous avant l’apéro alors pour se dégourdir les jambes je propose d’aller faire un tour en face du parking au pied du San Giacomo. “Et comme ça on va voir si la neige est encore bonne”. Quelques dizaines de minutes plus tard nous poussons nos premiers cris de joie dans une poudre parfaite, nous obligeant à faire une deuxième rotation! 500m de poudre à 2 pas du parking, tout ça est déjà bien prometteur et nous donne de l’élan pour la suite du séjour! Pour ne rien gâcher à l’affaire, le refuge (qui ressemble plus à un hôtel) nous réserve un copieux repas gastronomique à l’italienne! Pas mal pour un début!

Jour 2 : opération ponçage au San Giacomo

Nous partons faire connaissance avec les montagnes du secteur. Après le petit run d’hier soir, Le San Giacomo me paraît une option prometteuse et une belle façon de faire connaissance avec les montagnes du secteur… et accessoirement avec ceux du groupe que je ne connais pas! Nous montons par la voie normale et le vallon des 100 courbes. Au fil de la montée, pendant que mes compagnons bavardent joyeusement, j’ai les yeux perdus dans ces montagnes que je découvre et j’imagine 1000 programmes pour la suite du séjour! L’accès au sommet se fait par une courte arête de neige très esthétique. La profondeur du ciel bleu n’a rien à envier à celui des Hautes-Alpes… A la descente, le vallon des cent courbes nous propose encore de très belles traces à faire ce que nous ne nous privons pas de faire!! Nous poursuivons la descente par un très beau couloir-combe vierge de traces. Le San Giacomo tient ses promesses! Le raid pourrait s’arrêter là nous serions déjà content! Anaïs et Geoffrey sont chaud bouillant pour remonter… Les remontées seront d’ailleurs une quasi constante de notre semaine! Le reste de la troupe se charge de monter nos provisions de rhum au refuge Branca où nous resterons 2 soirs…

Avec Anaïs et Geoff nous remontons quasiment jusqu’au San Giacomo : nouveau run dans le vallon des cent courbes (quel joli nom quand même!) avant de rejoindre un autre couloir repéré à la montée, plus raide que le premier mais tout aussi vierge… Une attaque en douceur dans de belles pentes à 30° en poudre, évidemment! Puis on “plonge” dans une section de 150m plus raide où la poudreuse permet de descendre serein. Quelques virages sautés avant de rejoindre un large couloir où on peut de nouveau lâcher le ski. Neige démente jusque dans le fond de la vallée. Jouissance totale!

Le refuge Branca est perché au dessus de la vallée ce qui oblige à une remontée le soir… Nous arrivons pile poil dans le bon timing pour une bière au soleil avec le reste de la troupe. Douches, petites chambres, repas gargantuesques, ça a du bon les refuges italiens! Par contre il vaut mieux aimer les pâtes!

Jour 3 : élans alpins et popow au San Pedranzini

Aujourd’hui nous allons chercher bonheur un peu plus haut en direction du Tresero, une des courses classiques du secteur. J’ai quelques idées derrière la tête … Mes compagnons commencent à comprendre le mode de fonctionnement du guide : un examen approfondi de la carte, une petite collecte d’infos à droite à gauche au refuge, les yeux à fureter les faces et les montagnes à la montée… et ensuite une bonne dose d’improvisation en composant avec tout le monde!

Nous montons au soleil sur le vaste glacier de Forni en passant non loin de l’Isola Persa. 3 randonneurs tracent le glacier juste devant nous, sinon personne n’est encore passé cette année. Le ciel bleu et le soleil nous aveuglent encore aujourd’hui… Les montées dans ce massif se méritent et il est rare de s’en tirer à moins de 1400m de dénivelé dans la journée… Forcément ça tire un peu sur les organismes! Heureusement les sandwichs sont là pour parer aux petites fringales!

J’avais repéré hier de jolis pentes vierges à gauche du Tresero entre la punta Pedranzini et le Dosegu. Pour les atteindre, il nous faut traverser la Punta Pedranzini. L’occasion d’un beau petit trip alpin. L’arête ne présente pas de grosses difficultés mais est très aérienne. Tout ça avec un sac et des skis sur le dos, des chaussures de ski au pied… ça fait un ensemble déjà sérieux. Malgré les appréhensions, tout le monde s’en sort bien et nous sommes tous réunis au sommet de la Pedranzini!

La descente est très bonne même si la visibilité a un peu baissé avec les bourgeonnements de cet après-midi. Quel plaisir de faire sa trace sur de jolies faces!

Ceci étant fait, il nous reste une combe vierge repérée la veille à aller rayer sur le San Giacomo moyennant une courte remontée de 100m… La combe est au rendez-vous mais 2 skieurs nous ont devancés, c’est horrible! Obligés de passer derrière d’autres skieurs… Nous nous consolons en rayant copieusement cette combe, ne laissant aucune chance à nos successeurs!

J’avais même envisagé récupérer un autre petit couloir mais pour éviter la mutinerie nous optons pour un retour le plus rapide au refuge avec toujours cette petite remontée du soir!

Juste le temps de prendre l’apéro et nous glissons les pied sous la table. On commence à être dans le rythme! Seule ombre au tableau : la bouteille de rhum ne tombe pas vite et nous allons devoir la colporter demain jusque dans le Tyrol italien

Jour 4 : traversée du Palon de la Mare et impro popow

Aujourd’hui nous devons traverser vers l’autre partie du massif des Ortles de culture Tyrolienne pour aller dormir à la Martellerhütte (rifugio Martello). Hier nous avions convenu que l’option la plus courte serait la meilleure pour ménager certains organismes un peu entamés. Le plan A était donc de passer le col entre le Monte Pasquale et le Cevedale avant de descendre sur le glacier du Cevedale… Au moment du départ il me semble que cette option n’est pas si bonne que ça : pour un gain de dénivelé somme toute modeste, nous passerions à côté de ce qui me semble être une des courses immanquable du secteur… Avec en plus le risque de monter en plein caniard… Le plan B est vite adopté par la majorité. J’aime ces revirements de dernière minute! Et nous n’allons pas du tout regretter ce choix!

La montée au Palon de la Mare est plutôt efficace : la montée attaque directement depuis le refuge et il n’y a pas de longues sections plates. La météo est radieuse, il n’y a personne ou presque sur notre montagne, le pied! Casse croûte sommital devant un panorama de rêve avec vue sur les Alpes Autrichiennes, les Dolomites, la Bernina, l’Adamello et plein de montagnes dont nous ignorons les noms. On en profite pour alléger les sacs en vidant un peu le rhum… Le plan B qui consistait à traverser l’arête du Palon de la Mare au Cevedale par le Rossole est abandonnée. Ca n’a pas l’air très difficile mais nous devrions y progresser encordés, skis sur le sac et nous sommes un peu trop nombreux pour ça…

Il va donc falloir improviser pour boucler la traversée en restant dans un déniv’ raisonnable! En examinant la carte et les montagnes il me semble qu’un passage par la Forcola (au dessus du refuge Larcher Cevedale) est envisageable. Plan C donc!

Excellente pioche! Après du ski tonique sur les 150 premiers mètres du Palon, décapés par le vent, on rejoint une large combe où la neige est parfaitement préservée… Rapidement nous quittons les traces et un beau vallon totalement vierge attend nos spatules! Un run aussi bon qu’inattendu pour tout le monde! Tout ça dans une solitude parfaite… Le rêve!

La remontée à la Forcola passe bien mieux que prévu, surement grâce aux endorphines secrétées dans la descente! Du col il ne nous reste qu’à se laisser glisser dans la belle popow Tyrolienne qui n’a pas pris une ride depuis 10 jours qu’elle est tombée.

Après ce beau hold-up et malgré la fatigue, ce soir l’humeur est festive! La bière et le rouge coulent à flot et le rhum ne résistera pas à nos assauts! Pas de pâtes au menu chez les Tyroliens mais un dessert et des couettes épaisses qui méritent le détour!

Jour 5 : retour à pasta land mais d’abord un peu de popow!

L’objectif du jour est de rallier le refuge Pizzini. Pas d’entourloupe aujourd’hui, Antoine et Clément m’implorent le chemin le plus court! Pendant qu’ils temporisent tranquillement au refuge nous partons rayer une superbe combe vierge repérée la veille non loin de la Cima Marmotta. Le vent souffle fort aujourd’hui et pas mal de nuages circulent dans le ciel… La moins bonne journée niveau météo. Malgré tout la visibilité reste bonne, on a connu bien pire.

Après avoir cueilli nos 500m de poudreuse matinale, nous reformons le groupe et partons en direction du refuge Casatti. “Seulement” 600m de dénivelé mais de la longueur (5km) pour remonter le long glacier du Cevedale. Vu les conditions du jour et cette longue montée, je ne propose même pas d’aller au Cevedale de peur de me faire lyncher sur place… Nous faisons une bonne pause gourmande au refuge Casatti à 3200m avant d’attaquer la descente sur Pizzini, à pied d’abord puis sur de la neige bien moins mauvaise que prévu!

Bel accueil au refuge par les deux frangins Claudio et Mauro… et des doses de pâtes toujours hallucinantes pour attaquer les repas!

Jour 6 : Apocalypse snow!

Déjà plus que largement comblés par les journées que nous venons de passer, nous étions loin d’imaginer que des descentes encore meilleures nous attendaient aujourd’hui!

Le vent souffle encore fort aujourd’hui. L’idée est d’aller traîner les spatules dans les faces nord des Monte Forni et de voir sur place ce qu’il y a de bon à faire. Un programme ouvert, laissant comme d’habitude une large place à l’improvisation!

Première descente depuis le Paso di Zebru Sud. Les conditions sont au rdv : peu de traces, neige parfaite et à l’abri du vent. Ca s’annonce bien. Du bas de la descente, le programme devient évident : la large combe qui monte à la Cima Centrale n’est miraculeusement pas tracée. Idem sous la Cima Occidentale. On a du pain sur la planche pour rayer tout ça proprement.

Nous montons d’abord à la Cima Centrale par la magnifique combe glaciaire. L’idée de départ était de traverser de la Centrale à l’Occidentale. Vu d’en haut la traversée me semble envisageable mais un peu longue et je ne suis pas sur que l’on puisse descendre facilement sous l’Occidentale… Quelques signes de fatigue dans l’équipe : nous n’insistons pas! Une fantastique descente n’attend que nous!

Nous ne perdrons pas une miette de ce qui sera peut-être la plus mémorable descente de la semaine, même si c’est dur de choisir entre tous ces beaux moments! Les photos parlent d’elles mêmes. Orgasme collectif! L’ennui c’est que les pentes de l’Occidentale nous font de l’œil et comme il n’y a personne dans ce massif pour faire les traces, nous nous devons de faire le job. Remontée donc en comité réduit en direction de l’Occidentale. Et deuxième orgasme du jour dans les derniers rayons de soleil qui éclairent cette face!

Neige démente jusqu’au repeautage… Ben oui c’est pas tout mais pour retourner à Pizzini il nous faut repasser un col (Passo del Zebru Nord)… Rude pour les gambettes! Mais la motivation bière permet de surmonter ces moments là… En remontant, je remarque encore d’autres couloirs et combes prometteuses… que nous n’aurons probablement pas le temps d’aller visiter… sniff sniff… Heureusement Claudio et Mauro nous consolent avec des bonnes doses de pâtes que nous agrémentons de chianti et de vins locaux

Jour 7 : pour finir proprement!

Vu la route qui nous attend et vus les longues journées accumulées, on écarte rapidement l’option qui consistait à retourner écumer la popow vers les Monte Forni… J’avais repéré en début de semaine un joli couloir qui descend droit sur le parking de Forni depuis le San Giacomo… La journée démarre par une descente pour une fois… Bon pas de la popow là mais de la bonne trafole gelée, on avait oublié que ça existait! De quoi bien remuer les chaussettes! On passe par la voiture pour se délester du matériel. Antoine et Clément en profite pour se soustraire à cette dernière montée, ils ont leur dose visiblement!

Retour donc sur les flancs du San Giacomo que nous aurons au final bien écumé! Le couloir a vu quelques visites mais surtout celle du vent qui ne l’a pas laissé indemne. Pour ce dernier run on alterne très bonne popow avec des zones un peu cartonnées mais toujours bonnes à skier. On est plus dans le 6 étoiles d’hier mais on savoure quand même le ski et la superbe ambiance du lieu.

Pour achever le raid comme il faut on se devait de terminer par un plat de pâtes au refuge Forni qui savent vraiment y faire en la matière!

Pin It on Pinterest