4000m du Mont-Rose

4000m du Mont-Rose

Après l’ascension du Mont-Blanc en 4 jours l’an dernier, Chloé et Cyrille sont de retour cette année avec Clarisse et Quentin. Cette année nous partons sur les flancs du Mont-Rose pour y gravir quelques sommets. Ca sera l’occasion aussi pour Quentin et Cyril de faire leurs premiers pas en autonomie en course de neige, le terrain s’y prête à merveille!

Jour 1 : de Staffal au refuge Quintino Sella

Nous démarrons à Staffal par une rude montée en téléphérique et télésiège jusqu’au col de Bettaforca. De la commence une longue marche d’approche jusqu’au refuge Quintino Sella à 3600m…de quoi s’occuper un bout de l’aprem! J’ai juste le temps de faire la sieste avant l’apéro des guides, une institution locale pas prise à la légère!

Jour 2 : ascension de Castore et exercices de sauvetage en crevasses

Démarrage tranquille ce matin. Pas de stress, nous redormons là!! Notre objectif du jour est Castor, un sommet qui pointe à 4200m d’altitude et qui s’atteint par une belle arête neigeuse. De quoi s’acclimater comme il faut! Les conditions sont ultra clémentes et nous flânons une bonne demi-heure là haut. Avant de redescendre au refuge, nous prenons du temps pour mettre au point la stratégie de sauvetage en crevasses que nous espérons ne jamais devoir mettre en œuvre… Au refuge, nous frôlons l’incident diplomatique quand nous osons demander du rab de pâtes à nos amis italiens…

Jour 2 : de Quintino Sella à Gnifetti par le Naso du Lyskamm

Après deux nuits à Quintino Sella, il est temps pour nous de larguer les amarres. Nous partons en direction du Naso du Lyskamm, notre passage obligé pour basculer vers le refuge Gnifetti. Le passage clé du jour est une course section rocheuse suivi d’une pente où la glace affleure presque. Du terrain varié où tout le monde apprend et où l’altitude pimente l’exercice! Un vent bien frisquet nous accompagne jusqu’au sommet à 4200m. Juste derrière le sommet, on est à l’abri du vent et le soleil nous inonde de chaleur!

Je n’ai pas pu m’empêcher de lorgner en montant sur cette arête de rocher qui remonte en direction du Lyskamm oriental. Faut dire que le rocher, c’est plutôt rare dans le coin! Je propose à Quentin et Cyril un aller retour sur cette arête, faut bien les occuper les bonshommes! Évidemment ce n’est pas le caillou du Verdon mais c’est l’occasion pour les gars de découvrir l’assurage en mouvement dans du terrain relativement facile… Nous sortons non loin du sommet oriental du Lyskamm sur cette impressionnante arête à plus de 4500m. Le temps de faire tomber un gant du mauvais côté et nous désescaladons ce que nous venons de monter en bon conquérant de l’inutile.

Nous retrouvons les filles au sommet qui nous ont patiemment attendu pendant plus de 2h! Ne reste “plus qu’à” se laisser descendre, ou presque jusqu’au refuge Gnifetti où nous appréhendons sérieusement l’étape du repas… heureusement les assiettes sont plus généreuses que la veille et nous pouvons partir sereinement à la sieste!

Jour 4 : de Gnifetti à la cabane Marghuerita

Ultime journée de notre voyage au pays des 4000m. Nous montons en direction des plus hauts sommets du Mont-Rose. La météo au réveil n’est pas des plus engageantes : il bruine. Le temps de nous équiper et la bruine s’arrête. Le passage clé en ce dimanche, c’est de sortir du refuge avec toutes ses affaires!

Pendant toute la montée, les nuages sont nombreux et le froid plutôt mordant. Arrivé au pied de la Zumstein, nous bifurquons vers la pointe Gnifetti où trône la cabane Margherita, bien plus excités par l’idée d’un thé bien chaud dans la chaleureuse cabane que par un sommet plein zef.

Nous nous réfugions pendant 3/4 d’heures dans la plus haute cabane d’Europe. Pendant ce temps, les nuages se déchirent et nous profitons d’un panorama de rêve. A la descente, je propose aux garçons toujours motivé de faire un petit crochet par la Pointe Parrot pendant que les filles commencent leur descente… nous profitons seuls de ce magnifique bout d’arête, face au Lyskamm avnt d’entamer une descente rapide vers le refuge Mantova où nous retrouvons Chloé et Clarisse. Fin de ce beau périple avec une météo quasi parfaite et des compagnons au top!

Ski d’été au Mont-Rose

Ski d’été au Mont-Rose

Après le Mont-Blanc l’an dernier, la bande est de retour avec deux nouvelles recrues et un deuxième guide pas au sommet de sa forme mais tout à fait fonctionnel! On reste dans la thématique des Monts- couleurs haut perché. Cette année il sera Rose. Pas de premier séjour d’acclimatation cette fois, on y va à la hussarde!

Notre stratégie pour minimiser le temps en altitude est simple : nous descendrons à skis, un choix qui fait l’unanimité, ou presque, dans le groupe! Il faut dire que le Mont-rose versant italien se prête très bien au ski de rando même en plein été : un telepherique qui amène jusqu’à la neige, des dangers objectifs modérés en début d’été et de vastes étendues glaciaires plutôt faciles à skier.

Nous passons deux nuits à Citta di Mantova qui s’atteint après une courte marche le premier jour. Après avoir fait le plein de minestrone et de polenta et essayer avec plus ou moins de réussite de grappiller quelques heures de sommeil, nous voilà en direction de la Pyramide Vincent, un sommet sans difficulté technique, perché à 4200m d’altitude. En ce dimanche, le flot d’alpiniste qui prend la direction des plus hauts sommets est quasiment ininterrompu!! Nous trouverons plus de calme du côté de la Pyramide Vincent et les skis nous permettent de prendre de la liberté avec les traces des piétons. Petit bonus pour nous, la neige est tombée récemment la haut et nous profiterons d’une première partie de descente excellente, dans une divine poudre tassée!

Nous splitons le groupe ici. Clémence et JB sont encore un peu énervés pour prolonger la journée avec moi pendant que le reste de la bande finit de descendre avec Sylvain vers un repos bien mérité. Nous montons jusqu’à la Ludwighohe, un joli sommet neigeux malgré un nom imprononçable!! Nous laissons les skis 1m50 sous le sommet, decapé par le vent. Un saut de rimaye et quelques virages plus tard, nous voilà au pied du Corno Nero. Ce sommet s’atteint par une longueur de neige bien raide et une petite traversée d’arete un brin technique et plein gaz! De quoi ravir JB et Clémence. Nos skis nous attendent à la rimaye. Nous n’avons plus qu’à nous laisser glisser presque sans forcer dans une neige de mieux en mieux au fur et à mesure qu’on descend! Que c’est bon le ski!

Réunion d’équipe sur la terrasse ensoleillée pour une petite session gnocchi / salade / ravioles i tutti quanti… pas pire!

Ultime journée : nous visons les panoramas de la haute altitude. L’inconnu étant évidement la réaction des uns et des autres à l’altitude après notre furtive journée d’adaptation. Nous montons sur un rythme régulier jusqu’au col du Lys. En nous écartant un peu du col, nous profitons d’une vue d’une rare beauté sur tout l’arc alpin du Viso aux alpes Autrichiennes…. et quelques sommets star comme le Mont Blanc, le Cervin et le Grand Paradis… En effectif réduit nous prenons la direction de la Pointe Zumstein… l’altitude commence à se sentir pour certains. Le souffle court, le coeur qui bat la chamade… au pied de l’arete sommitale, deux nouvelles défections dans les rangs… Nous finirons donc à 7 sur ce petit bout d’arete pas très difficile mais à l’esthétique imparable… et plutôt aérienne! Ensuite grâce au ski nous perdons de l’altitude rapidement. Jusqu’au col du Lys, la neige cartonnée demande un certain touché pour être appréciée mais ça ne fait que s’améliorer. En dessous du col ça devient franchement bon, on s’écarte largement des traces de montée pour faire nos traces entre les crevasses. Des petits cris de joie ponctue notre descente!

Le plaisir est intense. Court comme souvent à ski de rando, mais sacrément bon! Nous manquons une pause à l’entrée du couloir de descente pour récupérer des affaires déposées avant de filer vers le téléphérique. Une skieuse italienne nous fait une belle frayeur en loupant son premier virage dans cette section à 40° et partant en glissade tête la première vers les rochers en dessous…. un ange gardien viendra l’arrêter in extremis à deux doigts du drame. Séquence émotion qui met tout le monde dans de joyeuses dispositions pour descendre!!

Quelques minutes de dérapages plus tard et une glissade collante sur le glacier, et on déchausse les skis presque dans le téléphérique. L’aventure 2019 se termine comme il se doit devant un petit gueuleton avec vue sur les montagnes!

Pin It on Pinterest