3 jours à Petra, la bariolée!

3 jours à Petra, la bariolée!

Avec Nico et Quentin, nous partageons pour une grosse dizaine de jours une aventure incroyable entre Pétra et le Wadi-Ramm.

Au programme, beaucoup de belles découvertes et de longues journées loin des sentiers battus à user nos mains et nos baskets sur le somptueux grès Jordanien, sur les traces d’itinéraires Bédouins et Nabatéens. Beaucoup de bivouacs aussi sous les magnifiques ciels étoilés du désert. Des litres de thé accompagnés de kilos de sucre! Et des Bédouins toujours aussi sympathiques et leur humour raffiné… Une plongée dans un univers où le temps s’écoule pas comme chez nous. Un seul regret : être obligé de rentrer!

Le voyage démarre par un petit tour de 2 jours et demi dans la fabuleuse cité antique de Petra, une des 7 nouvelles merveilles du monde…

Après un atterrissage à Amman et une petite grasse matinée (on est pas des bêtes!) nous filons à Wadi-Musa, porte d’entrée de Petra. Il nous reste quelques heures pour un premier contact avec ce lieu magique… L’heure tardive de notre arrivée nous permet d’être complètement en décalage avec les tours opérators et le gros des touristes. Dès les premiers mètres, c’est le choc! La beauté des lieux nous hypnotise… On ne sait vraiment plus où donner des yeux! Quentin n’est plus le seul enfant, nous sommes tous comme des gosses devant toutes ces merveilles! Au bout du Siq, cet étroit canyon, le Kazneh, un des temples les plus célèbres de Petra (Indiana Jones, Tintin) nous apparaît… On est scotchés! On flâne jusqu’à une heure tardive au milieu des temples aux milles couleurs… Retour par le Siq de nuit : seuls en un des lieux les plus touristiques du monde! Voilà pour le Petra “in” qui finira devant un buffet gargantuesque dans un resto de Wadi-musa.

Pour ce 2ème jour à Petra, on démarre tôt. On découvre le Siq avec une lumière nouvelle. Ensuite on prend la direction d’un High point au dessus du théâtre. Ce point haut s’atteint par de splendides escaliers taillés dans le gré par les Nabatéens. C’était pas des fainéants les bonshommes! Nous profitons du magnifique panorama dans une presque solitude. A la descente, milles surprises nous attendent encore… Des temples hallucinants, des roches colorées et bariolées comme Petra en a le secret, des sculptures dans la roche… Presque partout où se pose l’oeil, une surprise! A partir de là nous quittons le Petra “in” et nous laissons guider par nos envies… Visite d’un wadi plein de citronniers que nous nous promettons d’explorer complètement une autre fois… Finalement, nous prenons la direction d’Ed Deir… Nous laissons le chemin classique aux quelques touristes présents ce jour pour remonter un canyon apparemment pas souvent fréquenté… Pas de véritables difficultés à l’exception d’un court pas de désescalade. Nous rejoignons Ed Deir, ce somptueux temple, à une heure où même les bédouins ont déserté le lieu. Instants magiques. Nous flânons en chemin et passons encore pas mal de temps à explorer Qasr-El-bint… Retour de nuit par le Siq, pas un pelé!

Dernière virée à Petra avant de filer à Wadi-Ramm. On commence à prendre conscience de la dimension du massif dans lequel nous pourrions encore passer de longues journées! On explore de plus près les tombeaux et temples dans le secteur du tombeau de l’Urne. On découvre pleins d’escaliers cachés désertés par les touristes. Un vrai paradis pour les 3 enfants que nous sommes! On finit par trouver un vieux chemin qui monte sur le sommet au dessus du Siq et de là au Jebel-Al-Khutba où on sort la corde pour quelques escaliers bédouins… On est aux anges! Sur ce plateau perché, on croise Ali, un berger qui nous offre le thé et nous raconte le chemin qui l’a mené de l’alcool à la liberté de courir les montagnes avec ses chèvres… Il nous parle aussi de quelques chemins très peu connus, ça fait rêver… Nous l’abandonnons à sa vie libre et courons vers nos dures obligations : trouver et remonter le Wadi-al-Mudhlim, un canyon réputé étroit! Nous n’avions pu obtenir de renseignement objectifs, les gestionnaires du site nous ayant même refusé l’accès au canyon par son accès le plus facile sous prétexte de risques élevés liés aux crues soudaines et de piscines d’eau infranchissables. Rien de tout ça finalement! Un canyon hallucinant (et complètement sec) parfois large d’un mètre où effectivement il ne vaut mieux pas se prendre l’orage. On arrive juste dans le bon timing avec Mohammad notre fidèle taxi qui nous amène à bon train vers wadi-Rum où nous sommes attendus par Ali et Alia nos hôtes bédouins.

Pin It on Pinterest