Barre des Ecrins

Barre des Ecrins

Dernier volet de notre séjour dans les Ecrins avec un morceau de choix pour Adrien et Manu : la Barre des Ecrins.

Nous partons dans les premières cordées. Il fait chaud ce matin, 12°C au thermomètre du refuge des Ecrins, ça promet!

Malgré ces chaleurs caniculaires, l’absence de vent et un ciel parfaitement dégagé ont permis à la neige de regeler dès 3000m. Nous prenons un bon petit rythme à la montée. Je veille à économiser les forces de mes compagnons qui vont avoir un peu d’énergie à fournir sur l’arête!

Arrivée à la brêche Lory, un italien est en train de s’affairer dans le premier ressaut. N’ayant pas pris le temps de lire le terrain, le malheureux est engagé dans une variante bien plus dure est très mal protégée, tout ça avec ses crampons au pied. Peut être du V.

Avec Manu et Adrien, nous prenons un chemin plus orthodoxe, la voie classique qui contourne en écharpe ce ressaut. Du relais où je suis, je vois perler les gouttes de sueur sur le front de l’italien qui vocifère à qui peut bien les comprendre quelques jurons accompagnés de cris indiquant une chute imminente. J’encourage timidement l’italien par quelques “allez, allez!” car le malheureux a probablement compris qu’une chute n’était pas ce qu’il y avait de plus indiqué pour son intégrité physique. Finalement, dans un dernier râle, il s’extrait de sa fâcheuse posture et gagne le relais qu’il visait (qui sert en fait à la descente!)… C’est avec grand étonnement que nous verrons, une deuxième cordée d’italiens (amie de la première) s’engager à son tour dans cette variante morbide avec également beaucoup de labeur et de frayeur…. alors qu’ils ont bien vu avec quelle relative facilité nous avons esquivé le premier ressaut!

Bref, faut pas chercher à comprendre!

Passé ce premier ressaut, nous déposons nos armes métalliques et partons chevaucher cette belle arête qui aboutit sur le point culminant des Alpes du Sud.

Pour leur deuxième course d’arête, Manu et Adrien se débrouille pas mal du tout, surtout dans les passages les plus raides. Nous sommes un peu plus lents dans les sections plus faciles où le pied montagnard fait toute la différence. Mais qu’importe, aujourd’hui le temps est splendide, on est pas pressés. Pas de stress!

Nous atteignons la croix un peu avant les italiens qui à notre grand étonnement ont tout parcouru en crampons!

Manu et Adrien ne sont pas peu fiers de cette ascension pas volée… un beau rêve qui se réalise!

Barre des Ecrins

Barre des Ecrins

Je retrouve au refuge des Ecrins Nina et Adam venus d’Angleterre pour gravir quelques 4000m dans les Alpes. Ils sont déjà foulé le Dôme mais rêve aujourd’hui de partir sur les traces de Whymper, premier ascensionniste de la Barre des Ecrins.

Au réveil, un bref coup d’oeil par la fenêtre pour vérifier que la journée démarre sous de bons hospices : et hop, une apparition éphémère de la lune (presque pleine) qui quelques instants plus tard disparaît à nouveau derrière les montagnes. Nous partons dans les premiers sous un tapis d’étoiles. La neige crisse  sous les crampons. Mes compagnons sont en pleine forme et heureux d’être là. Ca s’annonce très très bien tout ça!

La montée du Dôme est avalée à bon train et je suis en train de franchir la rimaye quand le soleil pointe le bout de son nez. Nous décidons de prendre une petite variante pour rejoindre l’arête. Au lieu de prendre la voie normale par le ressaut rocheux de la brêche Lory, nous montons directement dans les pentes environ 100m à gauche. Les pentes sont un mix de glace et de neige qui chauffe un peu les mollets mais une demi-heure plus tard, nous sommes sur l’arête. Là, Nina découvre la suite de l’itinéraire, très aérien et décide sagement de ne pas continuer… Nous l’installons confortablement au soleil et partons avec Adam survoler le final! Adam est un grimpeur expérimenté, efficace et sûr. Notre progression sur l’arête est rapide et fluide, ponctuée de temps à autre par les exclamations d’Adam : “Gosh, it’s really fantastic” ce que l’on peut traduire dans le sud par “Putaing ça en jette” ou plus prosaïquement “Bigre, c’est de toute beauté”.

Qu’il est plaisant de parcourir la montagne avec des gens qui savourent la joie d’être en ces lieux!

A 7h30, nous nous congratulons au sommet! Heureux!

I met Nina and Adam at the Ecrins Hut. They are coming from England to climb some “4000m” in the Alps. They have already climbed the “Dôme des Ecrins” but they dream this year to follow the tracks of Edward Whymper, first ascensionnist of the “Barre des Ecrins”.

3 o’clock in the morning, I just have a look through the window to check the weather : the moon (quite full) just appears a few minutes before to disappear behind the moutains.

We start to walk whith a fantastic starry sky. The snow scrapes under the crampons. Adam et Nina are in a good trim and happy to be there. All that is very good!

We climb the normal route of the “Dôme” in a very good rythm. I’m scaling the rimaye when the sun rise above the skyline. We decide to climb a little variant to go to the ridge. Instead of the normal route, we climbed a slope approximately 100m at the left in a mix of ice and snow. Calfs are warming but we join without any problem the ridge, half a hour after. Nina decide that she wont continue to climb with us because she find that the ridge is to impressive for her. Prudent decision. We let her on a sunny place and continue our ascent. Adam is a good climber, expert, efficient and safe. We climbed the ridge fastly and our progression is fluid. Sometimes I can hear Adam :” Gosh, it’s really fantastic” which can be translated in south french speaking : “Putain ça en jette!” or “Bigre, c’est de toute beauté”.

It’s really a great pleasure to be in moutain with people that enjoy to be there!

It’s 7h30 when we congratule at the summit. Happy!

Pin It on Pinterest