Pilier Livanos – Archiane

Pilier Livanos – Archiane

Après l’escalade résolument “moderne” d’hier dans No pasaran au Glandasse, changement complet de registre aujourd’hui. Nous partons pour une vieille classique du Vercors à Archiane : le Pilier Livanos ouvert en 1959.

Georges Livanos. Le Grec. Un monument de l’escalade et de l’alpinisme. Très actif dans les Calanques et dans les Dolomites il signe à Archiane un chef d’oeuvre avec ce pilier. L’escalade est homogène et très belle tout du long, l’itinéraire se faufile toujours au plus facile, l’ambiance est là… Rien à jeter. On pensait pas prendre autant notre pied. Merci Georges, si tu nous entends, tu es notre idole! Pour ma part je trouve ça plus joli du point de vue de l’escalade que la Paroi rouge même si l’ambiance y est moins prenante. Et puis elle parcourt l’ensemble de la falaise.

Attention tous les pitons présents dans la voie ne sont pas certifiés Livanos lui qui disait : “Quand je garantis un piton, on peut y pendre un porte avion dessus“. Notamment le premier piton de la deuxième partie au dessus des vires. D’ailleurs ce piton ne doit pas lui appartenir puisqu’il expliquait qu’ils enlevaient toujours tous leurs pitons, pas forcément par engagement écolo mais plus pour embêter ceux qui passent derrière

La fatigue d’hier se fait un peu sentir mais nous sortons en 4h15 sur le plateau, comblés par cette très belle ascension. La encore, nous avons en tête la galéjade du maitre : “le meilleur horaire c’est celui qui consiste à arriver à 70 ans! “.

Décidemment toujours le mot juste ce Georges…

Allez deux dernières pour la route.

Parlant de sa conception de l’escalade : “Pour moi l’idéal, c’est de partir d’en bas, d’arriver en haut et de revenir en bas. Et pas trop vite… “

Et enfin probablement la plus connue : “Mieux vaut un piton en plus qu’un homme en moins, surtout si cet homme c’est moi! “.

Paroi rouge et Pluie en août – Archiane

Paroi rouge et Pluie en août – Archiane

Petit pélerinage avec Sylvain à Archiane pour parcourir une des grandes classiques du Vercors, la Paroi rouge, ouverte dans les années 1960 par Leprince Ringuet auteur aussi d’une très belle autre classique au Glandasse, le pilier Leprince Ringuet. Cet itinéraire est pour le moins “couillu” puisqu’il se faufile dans une paroi déversante, un peu comme la voie des Parisiens aux trois Becs.

Pour accéder au départ de la voie il y a plusieurs options : soit monter par la grande vire qui traverse toute la falaise d’Archiane, soit gravir la première partie par une des voies qui existe.

Nous optons pour la deuxième solution par Pluie en août une voie “moderne”. Celle ci ne nous laissera pas un souvenir impérissable. Une première longueur sympathique en dièdre et une troisième très jolie sur du beau rocher gris. Le reste très moyen, sans intérêt… M’enfin bon ça nous dépose sur la vire, c’était ça le but!

Suite des aventures dans la Paroi rouge. Nous traversons trop à gauche et démarrons dans ce qui semble être une voie sans trop de conviction. Je monte quinze mètres. Il me manque 5-6 mètres pour me rétablir sur la vire mais sans pitons c’est vraiment trop banzaï et pas facile du tout! Il s’avère que c’est le départ des copains d’abord une voie d’artif. Longueur donnée en 6c. Retour au point de départ et en se concentrant un peu on trouve la longueur de jonction avec la vire qui mène au départ de la paroi rouge.

L’escalade est sympathique bien que moins jolie à mon goût que le Pilier Livanos mais l’ambiance est hallucinante!

Notre ascension se déroule sans accrocs. L’évènement du jour sera la rencontre avec un vautour et son oisillon qui ont élu domicile à R2. Sylvain sera contraint de négocier ferme avec la maman pour qu’elle le laisse manoeuvrer et me faire monter. Pour déranger le moins possible tout ce beau monde, nous décalons notre relais le plus qu’on peut et tâchons de ne pas trop trainer. Pendant que je grimpe la longueur suivante, l’oisillon regarde Sylvain terrorisé pendant que la mère qui à pris les airs d’un coup de thermique nous surveille de prêt! Ambiance…

Pin It on Pinterest