4 jours dans les Ecrins

4 jours dans les Ecrins

Après notre première session de juin où nous avions pu faire connaissance, Caroline et François revienne pour 4 jours. La confiance règne et mes deux tourtereaux ne savent pas jusqu’au dernier moment à quelle sauce ils vont être mangés!!  Finalement, rendez-vous est pris à la Grave… On va faire un eu d’alpinisme “à la benne” comme on a rarement l’occasion d’en faire par chez nous.

Premier jour : remise dans le bain. Le Pic de la Grave. Les conditions sont exceptionnelles en cette fin de saison! Rien de difficile. On savoure la montagne tranquillement…

Vue sur le Pic de la Grave Au sommet du Pic de la Grave Les crevasses à la descente

Deuxième jour : on monte d’un petit cran la difficulté avec le Rateau ouest. Ca grimpe déjà plus!Heureusement qu’un bon casse dalle nous attend au sommet. Bonne pause gastronomico-philosophique au sommet…

François s'intérresse à la rimaye Des bons produits pour le moral des troupes Caroline et François heu-reux!

Pour les 2 derniers jours on s’éloigne des commodités de la Grave pour gravir un des beaux sommets du massif : l’Ailefroide Orientale. Loin des foules! Le Sélé est quasi désertifié, Raoul toujours aussi accueillant!! Moins de difficultés techniques qu’au Rateau Ouest mais un peu plus d’engagement physique. Un sommet qui se mérite! Encore de belles émotions partagés ensembles…

Juste le bon créneau Un couple au top! Bienvenue au Sélé

Allez les Janvier – Planche, j’espère que nos chemins se croiseront encore car ces moments ensembles étaient bien cools!

Stage Ailefroide – Pelvoux

Stage Ailefroide – Pelvoux

Descendu le jour même de Roche Emile Pic où se concluait avec Pascal et Jacques notre magnifique session dans le secteur du Glacier Blanc, je remonte illico au refuge du Sélé pour retrouver Alain et Tristan avec qui nous avons pour projet d’enchaîner Ailefroide Orientale et traversée du Pelvoux sur 4 jours.

Premier crux déjà pour le guide fatigué : éviter l’embuscade fatale dans la cuisine de Raoul…

Les conditions du moment sont incroyables. On chausse les crampons en contrebas du refuge et on ne les quitte pas de la montée en passant par le couloir. Tristan et Alain découvrent pour la première fois l’ambiance magique d’un couloir armés de 2 piolets chacun. C’est l’éclate! Nous sommes encore loin du sommet et la joie est déjà là! Au dessus du couloir, on reprend notre bon rythme. Petite pause avant la banane et on se lance sur cette incroyable courbure de neige… Le dôme sommital n’est plus qu’à quelques pas…

Et voilà! Nous foulons l’Ailefroide orientale. L’émotion est palpable pour tous. Vue 360° incroyable. Il fait bon. Une vraie invitation à rester là haut. Je retrouve aussi sur ce sommet mon pote et voisin Tibo qui du coup nous accompagnera aussi au Pelvoux.

A la descente nous passons par les vires, l’itinéraire estival classique qui se faufile dans un des contreforts de l’Ailefroide orientale. On quitte les crampons pour les quelques passages rocheux… En dessous des vires, la neige a un peu ramolli. Du coup on se laisse glisser sans crampons dans un large couloir qui mène jusqu’au pied du refuge. Tranquilos!

Alain et Tristan peaufinent leur acclimatation en restant dormir au refuge du Sélé. Rendez-vous est pris le lendemain au refuge du Pelvoux pour la suite du périple.

La traversée du Pelvoux est elle aussi en condition exceptionnelle pour la saison (y a pas de raison). On chausse les crampons 50 mètres au dessus du refuge. Toute la partie qui précède la bosse de Sialouze habituellement constituée d’éboulis et de dalles un peu fastidieuses de nuit sont d’agréables pentes de neige. Alain et Tristan sont en pleine forme, le rythme est bon. Tibo, notre photographe attitré, gravite autour de nous et nous shoote sous toutes les coutures… Nous arrivons au sommet de la pointe Puiseux de bonne heure. Encore de belles émotions pour tout le monde. Nous aimerions prolonger ces instants au sommet indéfiniment mais un petit vent nous rafraichit l’échine… et la descente est encore longue. La descente du plateau glaciaire du Pelvoux est un moment magique suspendu entre terre et ciel… Puis c’est la grande plongée vers la vallée. La zone des crevasses est avec ces conditions là une formalité! Une petite enjambée suffit à passer la vilaine mémère qui plus tard en saison imposera aux alpinistes quelques acrobaties… Quelques rappels plus tard on s’octroie une bonne pause au soleil histoire d’alléger le sac de nos victuailles… Il reste encore beaucoup de neige. On teste donc la descente par l’itinéraire d’hiver! Bien sympathique de s’éloigner des sentiers battus. Quelques gradins herbeux puis viennent les fameuses vires d’Ailefroide où il faut rester alerte… Le chemin nous mène directement à la terrasse du bistrot, sans transition!

Alain et Tristan, j’ai passé 3 journées excellentes avec vous. Ces instants ensemble étaient pour moi un régal! La façon simple et enthousiaste avec laquelle vous abordez la montagne, ces belles émotions partagées, votre émerveillement et votre bonne humeur permanent sont vraiment les plus belles récompenses pour un guide. Merci! Et j’espère à l’année prochaine pour un nouveau voyage.

Pin It on Pinterest