Ouverture à la tête Sainte Marguerite

Ouverture à la tête Sainte Marguerite

Le 6 mars 2011

Vallon du petit tabuc, 7ème!

Décidemment cette année je suis aimanté par ce coin! C’est donc pas un hasard si à force d’y trainer mes guêtres, le nez toujours fourré en l’air à regarder les montagnes, une ligne m’est soudain apparue évidente.

Et il aura pas fallu longtemps à Sylvain Audibert alias Pascal, de passage dans le coin, pour se laisser hypnotiser (ha! ha!) par ce sympathique projet.

Le projet consiste à remonter la Compagnie des glaces jusqu’avant la longueur de glace finale. De là bifurquer à droite pour atteindre par des rampes de neige et un couloir la rampe mixte parallèle à la voie qui existe déjà, la Marguerite effeuillée.

Tracé de la Marguerite Défouraillée, nouvelle vois à la Sainte Marguerite

Le tracé de la Marguerite défouraillée (800m, TD+, M4+, IV+)

La voie s’appelle la Marguerite défouraillée et en voici le topo.

Topo de la Marguerite défouraillée

Lorsque nous quittons la Compagnie des glaces, un léger flottement s’installe : la rampe de neige dans laquelle nous espérions gambader s’avère être du mauvais gobelet plaqué sur des dalles. Les 100 premiers mètres prendront une bonne heure, le doute s’installe.

La rampe d'accès

Dans la grande rampe de neige juste avant d'attaquer la session couscous!

Nous sortons heureusement de cette ignoble couscoussière, la neige redevient portante et on avale rapidemment le couloir d’accès à la rampe du haut. Ca nous rebooste!

Le couloir qui mène à la rampe de la Marguerite défouraillée

Le couloir qui mène à la rampe. Pour un peu ça skierait!

 

Le couloir qui bute sur la rampe de la Marguerite défouraillée

La fin du couloir qui nous mène au pied des difficultés

Très bonne surprise arrivé à la rampe : elle est entaillée sur une longueur de corde par une goulotte bien accueillante et très esthétique.

Sylvain en traversée pour accéder à la rampe de la Marguerite défouraillée

Au pied de la rampe

 

Nicolas Draperi dans un des passages difficiles en mixte de la Marguerite défouraillée

Un des crux en mixte de la voie, M4-M5 bien protégeable

Suit une longeur de varappe, un bon IV sup à protéger sur pitons (une cornière laissée en place au début).

Sylvain Audibert, au départ du IV+ dans le haut de la Marguerite défouraillée

Sylvain, au départ du IV+

 

Sylvain Audibert dans la longueur en IV+

Sylvain dans le IV+ au niveau du cornière abandonné!

 

Le relais au dessus du IV+ de la Marguerite défouraillée

Sylvain au relais après le passage en IV+

Nouvelle surprise au départ de ce relais : une rampe facile se dévoile au dernier moment!

Rampe en mixte facile en haut de la Marguerite défouraillée

Rampounette de dernière minute après le IV+

Plus haut une longueur mixte donnera un peu de fil à retordre à Pascal. Nous sommes passés juste derrière ce petit éperon où Pascal pose, dans une partie non visible sur la photo.

 

Traversée dans le haut de la Marguerite défouraillée

Trouverons nous de quoi se faufiler derrière ce mur?

En haut de cette longueur, le couloir de neige à gauche est très attirant!

Nicolas Draperi dans le couloir final de la Marguerite défouraillée

Mais où cela peut-il bien nous mener?

Et nous extrait à peu de frais de la face 50m sous le sommet! Un petit bout d’arête et voili! Une affaire rondement menée!

Il est possible de sortir plus directement et plus difficilement au sommet en allant rejoindre la Marguerite effeuillée, mais c’est peu logique car ça oblige à rechercher la difficulté.

Sylvain Audibert et Nicolas Draperi au sommet de la Marguerite Défouraillée

Les Pascals, une triste cordée

Goulotte grassi, tête Sainte Marguerite

Goulotte grassi, tête Sainte Marguerite

Escapade 100% Lozérienne à la tête Ste-Marguerite avec le Matiou et l’père Antoine avec pour objectif la goulotte Grassi.

Première goulotte pour les deux frangins qui s’en sortirons plus que bien même dans le ressaut Hillary (un bon petit ressaut mixte dans le haut de la goulotte). J’étais pas très inquiet, un Lozérien ça bartasse et ça passe!

Soucieux de rentrer tôt, nous avons opté pour un départ très matinal à 10h du Casset!

Tout s’est super bien goupillé pour les deux gugusses qui randonnent tout le long comme s’ils avaient fait de la goulotte toute leur vie.

Mathieu était là pour s’entraîner avant son départ pour le Népal ou il partait ouvrir le plus grand canyon du monde avec l’Himalayan Canyon team. Apparemment l’expé est une réussite. Chapeau les gars! Faut aimer ça l’eau à 6°C!

En guise de conclusion, ce petit mot de Mathieu : “mais la goulotte c’est juste un canyon que tu remontes et qu’est plein de neige, au fait, hein?”

Pin It on Pinterest