Couloir sud de la Grande Sagne

Couloir sud de la Grande Sagne

Suite des aventures avec Nico et Tom. Après la Tête de gaulent hier, une autre bonne journée au programme aujourd’hui, le Couloir de la Sagne. Avec la belle nuit claire on peut peut-être enfin compter sur un peu de regel.

Départ 5h du Pré… on monte à bon train. On chausse les crampons à 2400m. Bingo, le regel est là! Devant nous 1000m de couloir de plus en plus raide, y a plus qu’à!

Sur cette belle neige on évolue vite et en confiance. Les 400 derniers mètres du couloir sont plus raides. Nico et Tom sont armés de 2 piolets. Le soleil gagne petit à petit le couloir mais nous nous restons à peu près tout le temps dans l’ombre. Bon timing! Au milieu on s’amuse à prendre un petit passage sec qui permet d’éviter la goulotte du couloir qui canalise de temps à autre de petits cailloux…

Couloir de la Sagne - Sortie du couloir
Couloir de la Sagne - Les franginsCouloir de la Sagne - Passage mixte

Vers 10h nous sortons au Col et la vue s’ouvre vers le Nord. Passage magique entre Glacier Noir et Glacier Blanc. Ne reste plus qu’à descendre la pente soutenue côté Glacier. Les 2 rimayes sont complètement bouchées… encore quelques efforts pour traverser le glacier et remonter jusqu’au refuge et on peut s’affaler sur la terrasse la bière à la main en attendant une bonne omelette pour requinquer son montagnard!!!

Couloir de la Sagne - Au col de la SagneCouloir de la Sagne - Traversée du Glacier Blanc

Après midi farniente aux Ecrins… ambiance intime, on est 15 au refuge… demain les gardiens en attendent 140!

Arete Sud Tête de gaulent

Arete Sud Tête de gaulent

Nico et Tom font maintenant partis des habitués! C’est notre 5ème session ensemble depuis 2o12! Habituellement nous partons au mois d’août lorsque la montagne est toute sèche! Mais cette année, les deux frangins optent pour la montagne du début de saison, pour voir la différence… et de la neige cette année il en reste!

Pour se dérouiller un p’tit peu les bras, on part visiter l’arête sud de Gaulent, une belle petite  »arête » calcaire. En fait il s’agit plutôt d’une course hybride à mi chemin entre arête montagne et grande voie moderne. L’essentiel des difficultés se déroule dans le 4 sup mais quelques sections fleurtent avec le 5sup/6a. Tom grimpe régulièrement en salle mais Nico a un peu lâché la grimpe depuis qu’il vit à la montagne… la confiance dans les pieds n’est plus là!! Mais ça passe en prenant le temps… ça tombe bien, aujourd’hui chose rare en ce moment pas d’orages au programme!

Nous sortons cette belle arête en 3h de grimpe avant d’attaquer la descente dans du terrain à chamois avec un rappel… puis droit dans les pentes jusqu’à la bagnole…

arete sud tete de gaulent - Nico et la neige derrière

arete sud tete de gaulent - Tom et le gaz

arete sud tete de gaulent - Les frangins dans le crux

Une p’tite dernière à ski!

Une p’tite dernière à ski!

Je repars dans la foulée avec Quentin et Jeremy. Quand je dis dans la foulée, je n’exagère pas!! Erika et Julien nous regardent préparer nos sacs en attendant que je libère ma voiture avec laquelle ils rentreront… et je m’expédie un jambon-beurre à la sauce italienne avant de reprendre le Skyway que je viens de descendre… c’est que vue la météo du week-end, j’ai proposé à Quentin et Jérémie d’avancer notre programme d’une journée et de tenter le Mont blanc par les 3 Monts dès demain… petite différence et non des moindre par rapport aux jours précédents, nous sommes à skis!!

Notre traversée du jour commence par une descente… à cette heure de la journée la neige commence à être bien revenue mais c’est quand même sacrément bon de se laisser glisser tranquillement dans la montagne…

Longue remontée jusqu’au refuge des Cosmiques où c’est la grande foule ce soir : au moins 12 personnes!! Les téléphériques en rade ça a du bon!

Fini les levés 7h cette fois c’est 1h… demain est une belle journée sur le papier mais on veut mettre toutes les chances de notre côté et avoir la meilleure neige possible. Deux inconnues et non des moindres au compteur : quelles conditions de neige aurons nous au Maudit? Comment Jérémie et Quentin vont réagir à l’altitude avec une acclimatation très sommaire?

Au réveil, un nuage farceur enveloppe l’aiguille mais il me semble avoir vu scintiller les étoiles juste au dessus. Go! Deux cordées nous emboîtent le pas et resteront solidaires de nous… solidaires mais derrière! Comme ça c’est mieux pour profiter de la trace du guide!

Les premières pentes du Tacul sont peu raides puis ça s’incline progressivement plus… Rapidement nous mettons les skis sur le sac par solidarité avec Quentin qui est en splitboard, ces gros engins pas faciles à manier… une fois tout ça sur le dos c’est plus lourd! On rejoint l’épaule du Tacul l’heure du premier bilan de la journée… entre altitude et jetlag, Quentin accuse un peu le coup.

La vue sur les pentes du Maudit est implacable : c’est sûrement pas là que Quentin va se refaire une santé, mais si on passe le Maudit, on pourra toujours basculer sur les Grands Mulets par les Corridors… On traverse donc jusqu’au pied des pentes du Maudit où on déchausse les skis. Là, au bout de quelques mètres il faut se rendre à l’évidence, ça va trop brasser à pied. Si on monte c’est skis aux pieds. La croûte porte bien lorsqu’on est à ski mais cède lorsqu’on est à pied. On essaye une conversion… Quentin n’avance plus et ses 2 enclumes le cloue sur place avant même la première conversion. La décision est sans appel : demi-tour!

Quentin remonte jusqu’à l’épaule où il nous attend pendant qu’avec Jeremy nous nous dirigeons vers le Mont-Blanc du Taxul qui nous fait de l’oeil. L’ambiance et la vue sont magnifiques a
Aujourd’hui. 50m sous le sommet on pose les skis et on finit à pied par un petit passage de mixte. Magique!

On redescend à ski jusqu’à Quentin puis on encape dans la face nord du Tacul… les conditions de ski sont tops avec 5cm de fraîche sur fond dur. Jeremie et Quentin sont de bons skieurs/snowboarders, l’affaire ne traîne pas! On fait des pauses quand même pour en profiter!

Au pied de la pente on taille à droite toute direction Torino… la neige est juste parfaite, petite moquette où on lâche complètement les chevaux! Le kif… on se laisserait bien tenter par une descente de la vallée Blanche mais entre le chantier des crevasses qui nous attendent plus bas, les 5 km de mer de glace déneigés et la remontée des échelles bien lestés… je tranche pour un retour sur Torino.

Une rude remontée de 300m nous attend… On déleste Quentin au maximum pour remonter dans les temps pour récupérer la navette qui nous ramène sur Chamonix… et oui il y a toujours un train, une navette, une dernière benne à attraper dans ce pays, il faut s’y faire!

Des efforts payant qui nous permettent d’attraper la navette du matin!!

 

Mont-Blanc du Tacul - Ski - A l'allerMont-Blanc du Tacul - Ski - Montée vers le sommet du TaculMont-Blanc du Tacul - Ski - Jérémie sous le TaculMont-Blanc du Tacul - Ski - PanoramiqueMont-Blanc du Tacul - Ski - Ski sur l'épaule du taculMont-Blanc du Tacul - Ski - Début de descenteMont-Blanc du Tacul - Ski - Ski dans la face nord du taculMont-Blanc du Tacul - Ski - Quentin à la descenteMont-Blanc du Tacul - Ski - Vallée en moquetteMont-Blanc du Tacul - Ski - Retour vers Torino

 

Une préparation cosmique

Une préparation cosmique

A peine redescendu de 4 jours sur le Mont-Blanc, je repars avec Julien et Erika qui ont pour projet de gravir le Mont-Blanc sur 6 jours, 3 jours de préparation et 3 jours d’ascension. Nous faisons ensemble la préparation. L’idée et de faire une préparation en douceur en se fatiguant le moins possible (mais un peu quand même!)

La planète Chamoniarde est sinistrée en ce début de saison : tramway du Mont-Blanc fermé et Aiguille du Midi HS. Ca sera notre chance! Plutôt que d’aller s’entasser à Torino, je propose à mes deux tourtereaux d’aller au Refuge des Cosmiques où l’on devrait être plutôt au calme vues les circonstances…

Pour ça il nous faut d’abord traverser le massif par le tunnel puis prendre le rutilant Skyway, sorte de téléphérique-parc d’attraction bon pour extraire le maximum de devises des poches des touristes! Que les Ecrins semblent loin dans ces moments!

Du sommet d’Helbronner, nous démarrons dans un brouillard à couper au couteau… Puis les nuages s’écartent et la vue s’ouvrent un peu sur les alentours. Aucune trace fraîche ne part en direction des Cosmiques, ça sent la solitude!

Effectivement, nous ne serons que tous les 3 au refuge ce soir et le secteur est désert comme jamais je ne l’ai vu en été (c’est le coin le plus fréquenté du massif habituellement)… Manu le cuisinier Italien nous concocte des petits plats comme au resto. On est bichonné! Dortoir d’amoureux pour Erika et Julien et chambre privative pour moi… ça a du bon les téléphériques cassés!

Grasse mat’ jusqu’à 7h et on part faire un peu d’exercice sur l’arête des Cosmiques redevenu totalement sauvage… Première course d’alpinisme pour Julien et Erika. L’altitude aidant, il leur faut quand même puiser un peu pour vaincre les passages d’escalade et de désescalade… et vaincre aussi les petites appréhensions au moment de se balancer dans la corde et de se laisser mouliner!

Les nuages se déchirent au fur et à mesure qu’on monte. Le spectacle est superbe!

Arête des Cosmiques - Fin de l'arête

Arête des Cosmiques - Vue vers le Mont-Blanc

Arête des Cosmiques - Belles conditions mixtes

Arête des Cosmiques - Jorasses et Dent du Géant

Arête des Cosmiques - Ptite pause

Arête des Cosmiques - Erika et Julien

On arrive tranquillement sur la terrasse de l’Aiguille, totalement déserte avant de rentrer sur le refuge. Programme chargé l’après-midi à base de sieste et de farniente… Et ce soir c’est la grande foule, nous sommes 5 pour 4 gardiens!

Réveil tranquille encore ce 3ème jour… aujourd’hui on rentre sur Torino avec en prime le beau temps! On parcourt le glacier dans sa partie la plus tourmentée…

Traversée Vallée Blanche - Pas mal la vue

Traversée Vallée Blanche - Devant le Grand Capucin

Après ces 3 jours de préparation, Julien et Erika retournent se reposer une nuit dans la vallée avant de partir pour leur ascension en 3 jours qu’il réaliseront avec mon collègue haut alpin Sylvain… malheureusement pour eux la météo les contraindra au demi-tour sur la première bosse de l’arête!!

Mont-White au dessus des nuages

Mont-White au dessus des nuages

Après un premier Mont-Blanc parfait avec un créneau météo juste miraculeux, je retrouve une nouvelle bande à Tête Rousse, sans même passer par la vallée… Chloé, Cyrille, Pierre et Fred sont accompagnés par Charles un copain guide.

Mes compagnons ont choisi une option en 4 jours pour optimiser un peu l’acclimatation qui est souvent la clé de la réussite là haut… Pour ça ils passent d’abord 2 nuits à Tête Rousse avec une petite journée de préparation autour du refuge pour caler les détails techniques et cramponner un peu. En ce moment les conditions sont excellentes sur la montagne, le couloir du Goûter est tout en neige et fait beaucoup plus rêver qu’en pleine canicule, lorsque des pans de montagne s’abattent sur des alpinistes qui se débattent! Dans ces conditions le sinistre surnom de « couloir de la Mort » semble légèrement surfait!

Le suspens météo reste entier jusqu’à la dernière minute… pas toujours évident pour nous les guides de prendre une décision avec une météo aussi instable. Nous attendons le dernier bulletin après le repas du soir pour décider de l’heure de lever : si nous tentons le sommet ça sera 1h30, sinon ça sera 7h pour « juste » monter au refuge du Goûter. Pas tout à fait pareil!

Le nez dans nos petits smartphones nous essayons de lire entre les lignes des bulletins météo que nous avons… tout ne converge pas, mais une fenêtre semble quand même se dessiner, on tente, ça sera donc 1h30, tant pis pour la grasse mat’!

Après 2 jours passés à Tête Rousse, Chloé, Cyrille, Fred et Pierre ont un peu la bougeotte et l’idée de tenter le sommet demain les motive!

1h30 : je glisse un œil à moitié ouvert par la fenêtre du dortoir… le refuge est dans les nuages mais j’aperçois furtivement quelques étoiles. Ca sent bon!

Le couloir du Goûter est avalé à bon train… nous nous posons quelques minutes sur la terrasse de l’ancien refuge pour boire et manger. Un petit vent frais souffle et les nuages restent de la partie pour l’instant… Nous shuntons la pause au Goûter pour entamer la montée au col du Goûter. En chemin, nous croisons deux cordées parties du Goûter ce matin qui rebroussent chemin : trop froid, trop de vent… brrr, pas motivant ça!

Avant d’arriver au Col du Goûter, nous traversons un passage hostile : vent de face, visibilité nulle… le sommet ne semble pas gagné! Mais aujourd’hui, la montagne n’appartenait pas forcément aux plus matinaux! Vers le Col du Goûter le nuage se déchire de plus en plus et le sommet se dégage, le soleil nous réchauffe instantanément et le vent tombe d’un coup. OK on prend!

Pierre accuse un peu le coup lui qui s’est engagé au dernier moment dans ce projet sans véritable préparation (mais une solide constitution de base!)… l’altitude ne pardonne pas… nous partons tous les deux vers le Dôme du Goûter pendant que Charles continue vers le sommet avec Cyrille, Chloé et Fred.

Le spectacle est vraiment fantastique aujourd’hui. De grosses masses nuageuses venues d’Italie débordent sur le Col du Midi. Tacul et Maudit sont enveloppés dans la ouate mais le Mont-Blanc trône en plein ciel et l’arête des Bosses est parfaitement dégagée! Plutôt que de descendre tout de suite au refuge avec Pierre, nous prolongeons le plaisir là haut. On papote tout en rejoignant le sommet du Dôme du Goûter, bien plus qu’un lot de consolation aujourd’hui avec cette ambiance magique… la déception est très vite passée et Pierre savoure ces instants. Le sommet n’était-il finalement pas qu’un prétexte pour être là, pour se remplir de ces merveilles que la montagne nous offre?

Pour Chloé, Cyrille et Fred, le sommet sera atteint aujourd’hui! Nous nous retrouvons tous au refuge du Goûter pour y passer un bout d’après-midi et la nuit avant de redescendre vers la verdure et la civilisation!

Un petit assortiment de photos prises par notre barbu de photographe, la classe!

Couché Soleil Tete rousse

mont-blanc - brumes matinales

mont-blanc - cyrille le barbu photographe

mont-blanc - Nico dans le rôle du guide manouche

mont-blanc - Bande de givrés

mont-blanc - Pierre heureux!

mont-blanc - Aiguille du midi

mont-blanc - bon ok ça ne prouve rien!

mont-blanc - Chloé

mont-blanc - le sommet

mont-blanc - Charles

mont-blanc - summiters

mont-blanc - Fred

mont-blanc - glacier de Bionassay

mont-blanc - montée à Tête Rousse

Pin It on Pinterest