Val Maira en mode alone!

Val Maira en mode alone!

Cette année, rien ne semble se mettre en travers de la route de Patrick pour venir skier quelques jours dans la région! Nous ferons une première journée à deux dans le secteur du Lautaret avant de migrer dans le Val Maira (depuis le Col de Larche), en récupérant au passage Christophe et Raphaël.

Tour de L’Aiguillette du Lauzet

Nous attaquons par une première journée dans les Cerces au départ de l’Alpe du Lauzet… le temps est annoncé estival, on s’attend à une montée en tee-shirt dès 7h du matin. Que nenni! Le regel est bien là et dans l’ombre du vallon de l’Aiguillette du Lauzet il fait plutôt frais! Comme d’habitude, le programme se compose en partie au fil de la journée. On gagne les crêtes qui donnent sur le vallon du Chardonnet et en attendant que notre descente versant sud ouest décaille parfaitement, on se fait un premier petit run versant Chardonnet. La moquette est aldente! On rebascule versant Aiguillette… où la neige dure a laissé place aussi à une moquette à poil court. Perfetto! 1300m de déniv’ quand même aujourd’hui pour cette reprise! Descente impeccable jusqu’à 2000m, un peu moins ‘peccable en dessous, heureusement il reste plus grand chose. En tous cas, on parvient à glisser jusqu’en bas, et ça pour une fin avril c’est classe! La journée se conclue en beauté par un bon petit resto au Casset… C’est le printemps, pas de doute!

Tour de l'Aiguillette du Lauzet - Sur fond d'Ecrins

Tour de l'Aiguillette du Lauzet - Sur fond de Cerces

Tour de l'Aiguillette du Lauzet - Moquette versant Chardonnet

Tour de l'Aiguillette du Lauzet - Beaux paysages

Col de Larche – Punta Signora – Col de Feuillas – Viviere

J’avoue avoir un peu hésité à maintenir ce programme dans le val Maira… L’altitude modeste des lieux, du refuge notamment (1700m), me faisait avoir quelques doutes sur les conditions vues les chaleurs actuelles. La journée de la veille à l’Aiguillette du Lauzet m’aura finalement conforté dans ce choix. C’est comme ça qu’on se retrouve complètement à contre courant dans un Val Maira totalement désert malgré de superbes conditions!

Christophe et Raphaël nous ont rejoint pour les 3 jours qui suivent. Au départ du Col de larche, nous attaquons par une montée sèche de 800m en direction de la Pointe Signora. L’occasion d’une petite remise à niveau à base de 288 conversions! L’arrivée sur la crête bien cornichée est magnifique

Pointe de la Signora - En haut

Pointe de la Signora - Presque en haut

Première descente sur le Lac de l’Orrenaye par de belles pentes soutenues…

POinte Signora - Raphael se lance

POinte Signora - Patrick on the moquette

POinte Signora - Christophe en splitboard

On remet les peaux direction l’Italie via le Col de Feuillas… La remontée au soleil pique un peu les jambes et les yeux. Aujourd’hui encore 1200m de déniv’, ça fait son petit effet! Du Col de Feuillas, on bascule dans le vallon d’Enchiausa par une courte pente raide. J’espérais trouver de la neige encore pas trop revenue sur la partie NE du vallon. Loupé! Un bon vallon gluant nous attend! Bon ça suffit à nous faire glisser sans trop forcer mais c’est pas l’éclate quand même… on se console avec le paysage qu’on a le temps d’observer avec notre petite vitesse!

Col de Feuillas - Go

Vallon d'Enchiausa - En bas la glue nous attend

En bas on retrouve plus de traces, du coup ça glisse mieux et on arrive sans forcer jusqu’au charmant hameau de Vivière, petit coin de paradis au coeur du Val Maira. C’est là qu’on crêche! Le refuge de Vivière est un endroit incroyable. Pour le cadre, pour l’accueil et les fourneaux de Fabrizio, la beauté et le confort du bâtiment entièrement rénové à l’ancienne… Les pastas de Fabrizio viendrons à point pour reconstituer les stocks de cuisses abandonnés dans la montagne! Une longue après-midi nous attend, rythmée de siestes, de sauna, de bains de soleil et autres séances de tortures… jusqu’au repas du soir, un grand moment de gastronomie à l’Italienne. On a de la peine à se sentir dans un refuge!

Viviere - Le réconfort des pastas de Fabrizio

Viviere - Sauna

Viviere - Refuge

Viviere - Bains de soleil

Viviere – Punta Eco – Bric Cassin – Viviere

Aujourd’hui on part fureter la moquette vers le Col de la Gardetta. On monte au frais par le tranquille vallon de la Gardetta. La vue du Col sur le roc de la Meija est juste magnifique. Les invitations au ski fusent dans tous les sens. combien de vie faudrait-il pour effleurer chacun de ses sommets? Pour nous aujourd’hui, ça sera déjà la Pointe Eco juste au dessus du col avec un final bien aérien.

La madonna

Vallon de la gardetta

Punta Eco - Vue sympathique

Roc de la Meja

Punta Eco - Final aérien

Punta Eco - Selfie de groupe

Première descente en top moquette sur fond de paysage de rêve. Y a pire!

Punta Eco - Christophe

Punta Eco - Patrick

Punta Eco - Raphael

On remonte au Bric Cassin histoire d’empiler nos 1200 mètres syndicaux et cueillir au passage cette jolie pente Sud ouest en cours de moquettisation qui fait de l’oeil à nos spatules. On attend une petite demi-heure que la cuisson de la pente se termine puis on se jette à toute berzingue dans cette magnifique descente!

Bric Cassin

Bric Cassin - Raphael

Bric Cassin - Le splitboarder

Bric Cassin - Moquette démente

Bric Cassin - Moquette démente

Pour le programme de l’après-midi on se casse pas trop la tête : gnocchis de Fabrizio, sieste, sauna, resieste. De quoi se mettre en forme pour les bons petits plats de notre hôte!

Viviere – Col de la Scaletta – Cime Peyrassin – Col de Larche

L’idée de départ était de rentrer en bouclant par la Pointe Oserot. Mais les infoss su la praticabilité de la route du Col de la Maddelena sont incertaines… la perspective de se retrouver coincés côté italien à 10 km de notre voiture nous motive moyennement! On part donc en direction du Col de la Scaletta et de la cime de Peyrassin. Après 3 ou 4 jours de randonnée, ça tire un peu dans les guiboles. On fait une première courte descente de 350m sous la tête d’Enclause avant de remonter à la Cime Peyrassin. Ca commence à puiser sérieusement, il est temps d’arriver! Le jeu en vaut la chandelle! La descente s’annonce très belle et nous ramène quasi directement à la voiture.

Cime Peyrassin - Christophe

 

Cime Peyrassin - Christophe

Cime Peyrassin - Patrick

Cime Peyrassin - Montée

Cime Peyrassin - Vallon de l'Orrenaye

Cime Peyrassin - Vallon de l'Orrenaye

Cime Peyrassin - Fin de la montéeCime Peyrassin - Au sommet

Cime Peyrassin - C'est parti pour la dernière!

Cime Peyrassin - Jump

Ce beau petit raid s’achève al Rifugio della Pace où on s’échoue bien assoiffés et rassasiés de moquette et de belles images. Merci à tous encore une fois pour la totale confiance!

Petit Davin et no fiesta

Petit Davin et no fiesta

Dèjà pas mal de sorties au compteur avec Mister Roberto et bien que plein de ressources et de nouveautés, je commence à connaître et cerner un peu l’animal! La demande du jour de Lucile est explicite : « fatigues le, y a que toi qui y arrive »!! Pas le choix, si je veux parvenir à ce résultat, ça ne pourra pas se faire sur du terrain classique… je risque de m’effondrer bien avant lui après 3827m de dénivelé l’écume à la bouche, agonisant dans un dernier râle. Il va falloir ruser!

Nous commençons la journée comme des pipelettes, sautant d’un sujet à l’autre et avançant à bon rythme… ça ne fait même pas dix minutes que nous sommes partis et je sens déjà mon cœur qui essaye de sortir de mon corps par les poumons!! Je tire le frein à main. « Antoine si tu veux que ton guide te serves à quelque chose aujourd’hui économises le! »

Nous montons en direction du Petit Davin, par la petite entrée versant sud. Autrement dit l’idée est d’attaquer le couloir à vue, sans l’avoir préalablement remonté. Avantage : pas de brassage fastidieux, une jolie boucle, un intérêt paysager certain. Inconvénient : suspens sur les conditions qu’il faut juger du haut!

Il fait indécemment chaud sur le versant ensoleillé où nous remontons. En plus de notre corps, nous tirons sous nos skis d’infects sabots de 3kg chacun. Heureusement ce rude labeur ne s’étalera que sur 200m de dénivelé… mais 200m c’est long. Bon l’avantage c’est que ça ne fatigue pas que moi!

Couloir pente raide - Petit Davin - A la brêche

Les ruses d’Antoine pour me faire croire que c’est peut-être trop dur pour lui, que je le surestime sûrement, qu’il n’est pas sur d’y arriver ne prennent pas… Nous avons déjà skié pas mal de journées ensemble, certes jamais dans du très raide, mais il y a des signes qui ne trompent pas! Une fois sur les skis, le ressort se met en marche et les virages plus ou moins sautés s’enchaînent sans sourciller!

Couloir pente raide - Petit Davin - Le crux

Couloir pente raide - Petit Davin - Et bim

Plus on descend, plus la neige se fait régulière et poudreuse. Immanquablement, les virages s’allongent! Luxe du mois d’avril : le rayon de lumière dans les couloirs même les plus au nord!

Couloir pente raide - Petit Davin - Rayon divin

Couloir pente raide - Petit Davin - Pas mal là

Couloir pente raide - Petit Davin - Dans les boules ça reste excellent

Couloir pente raide - Petit Davin - Yihhah

Couloir pente raide - Petit Davin - Vue d'ensemble

Voilà l’affaire vite pliée. Nous sommes rendus à 1900m au fond du vallon du Casset. Plusieurs couloirs nous tendent les bras. Nous remettons les peaux dans l’idée d’aller vers le couloir Davin où une trace faite par deux skieurs se dirige. Mais en court de route on bifurque vers No fiesta, le couloir évident situé entre les deux… pas tracé celui là! Nous voilà donc partis pour une bonne session ski sur le sac. J’espère que ça va fatiguer un peu Antoine!

Nous traçons devant à tour de rôle puis je prends un grand relais jusqu’à 2900m. La pente se redresse et ça brasse de plus en plus. Antoine se demande encore si je ne le surestime pas. Nous commençons à sentir aussi un peu de fatigue après les 2500m de la matinée. C’est donc là qu’on s’arrête!

Couloir pente raide - No fiesta - En route

Couloir pente raide - No fiesta - C'est long

Comme tout à l’heure, une fois les skis aux pieds, la perception du terrain change et Antoine envoie les virages sans problème… on en profite pour faire un peu de technique… le couloir est plus soutenu que le petit Davin. La neige est une bonne poudre tassée qui pardonne. Les cuisses réclament de plus en souvent des temps de refroidissement!

Couloir pente raide - No fiesta - Lévitation

Couloir pente raide - No fiesta - Repos

Couloir pente raide - No fiesta - Vue d'ensemble

Couloir pente raide - No fiesta - A fond

Couloir pente raide - No fiesta - Belle ambiance

 

 

La encore, ça ne chôme pas et peu de temps après nous voilà dans le bas du vallon du Casset d’où on se laisse glisser jusqu’au Casset non sans avoir profité d’un court petit mélézin poudreux avant la glue du bas du vallon.

Nous arrivons au Casset direct sur la terrasse du bistrot. Nous commandons une limonade et un jus d’ananas. Pas de bière c’est louche! De la fatigue dans l’air peut-être?

En étoile à Fouillouse

En étoile à Fouillouse

Après leurs premiers pas en ski de randonnée l’an dernier, Laurence et Christophe reviennent cette année pour un week-end. Nous partons du côté de la Haute Ubaye au départ du hameau de Fouillouse (et de l’excellent gîte des amis Odilon et Inès!). Un lieu de caractère avec des randonnées très variées allant des paisibles et esthétiques ondulations de Mirandol jusqu’au ski extrême au Brec de Chambeyron. De quoi satisfaire un très large panel de randonneurs!

Poudreuse vers Mirandol

Petite surprise au réveil à Champcella ce matin : 15 cm de poudre bien fraîche devant la maison! Les cloches se seraient-elles reconverties dans la livraison de poudreuse? Dans l’Ubaye, les prévisions laissaient supposer un simple saupoudrage, tout au plus 5cm. Résultat des courses en image!

Week-end ski rando - Fouillouse - 5cm qui disaient!

Nous partons en direction du Col de Mirandol. L’ambiance est une fois de plus hivernale dans les mélézins.

Week-end ski rando - Fouillouse - Dans le bled

Week-end ski rando - Fouillouse - On va part là?

Week-end ski rando - Fouillouse - Forêt

Week-end ski rando - Fouillouse - Entre les arbres

Nous rejoignons le large secteur de Mirandol tout en beauté aujourd’hui avec cette nouvelle couche de neige et le ballet des nuages dans le ciel… Laurence et Christophe viennent en montagne pour ça, s’imprégner d’une ambiance, vibrer à l’unisson d’une nature grandiose, loin des bruyantes et incessantes activités humaines! Le ski n’est qu’un prétexte pour être là. Pas de performance à réaliser, de sommet à tout prix.

Week-end ski rando - Fouillouse - Traces

Nous gagnons un col sans nom, non loin du col de Mirandol. Nous profitons des lieux en attendant une éclaircie pour descendre, non pas qu’il fasse mauvais, mais la lumière change tout pour le skieur! Très belle descente en poudre comme le laissait supposer la montée. Laurence et Christophe, retrouvent leurs marques après quasiment un an d’absence sur les skis!

Week-end ski rando - Fouillouse - Christophe

Week-end ski rando - Fouillouse - Laurence

Un rayon de soleil se faufile de temps autre entre les nuages… Instants de beauté.

Week-end ski rando - Fouillouse - Beauté

Vers la Combe au dessus du Pré de l’A Pic

Ce matin quand nous commençons à sortir de Fouillouse, skis au pieds, je n’ai pas encore défini de programme précis. En ce beau week-end pascal, il y a du monde dans l’Alpe et j’attends de voir vers où se dirige le flux! Sans trop de surprise, la plupart des skieurs se dirigent vers le Chambeyron et le très classique Tour du Chambeyron… Pour nous ça sera donc de l’autre côté!

Les cartographes semblent avoir traité avec dédain les sommets qui ferment le vallon et n’ont pas cru bon de les nommer… ils ont accordé un Col sans Nom quand même au col qui barre la combe que nous remontons. En revanche, leur inspiration était à son paroxysme pour nommer la dite combe : Combe du Pré au dessus de l’A Pic. Quasiment un poème!

Notre montagne sans nom du jour ne connaîtra que notre visite aujourd’hui et c’est avec bonheur que nous entendons s’éloigner de nous les bavardages incessants et d’un intérêt tout relatif de certains de nos congénères!

Le parcours du col au sommet est somptueux sur une crête aérienne sans être difficile.

Une heure au sommet pour manger, contempler, respirer voire même piquer du nez!

Pour la suite, ça devient habituel cette année, de la poudre encore et toujours!

Une très belle journée loin des foules! A bientôt!

Roche Malotte et Petit Fourchon

Roche Malotte et Petit Fourchon

La météo laissait bien supposer une journée moins lumineuse qu’hier, cette journée tellement parfaite! Nous nous levons quand même tôt dans l’espoir de se faufiler dans une hypothétique éclaircie… un bref regard par la fenêtre avant le petit déjeuner : on ne voit pas les chalets à 50 mètres du refuge. Le GPS et la boussole vont chauffer aujourd’hui!!

Nos expériences poudreuses de la veille me conforte dans l’idée qu’il faut viser les versants nord. Le reste sans soleil aujourd’hui ne vaudra pas grand chose à skier… Après un copieux petit déjeuner à base de confitures faites maison et de miel local, nous nous sentons prêts pour affronter la rudesse des éléments!

Nous avons déjà connu ensemble des conditions largement pires comme au col du Chardonnet il y a deux ans où un vent de face nous projetait de la pluie rouge à 60km/heure, ou l’an dernier au col de la Noire où nous avons travaillé le dépeautage en conditions extrêmes… à côté de ça, aujourd’hui c’est une vraie promenade de santé!

J’essaye de rester concentré sur l’itinéraire, de ne pas perdre le fil, de me fier au maximum aux instruments… même si un peu de feeling peut aider en l’absence de visibilité, l’expérience montre qu’on finit toujours par dévier du cap qu’on croit tenir! Nous gagnons la crête au dessus des Rochers Malotte. Visibilité 10m, pour un selfie ça suffit!

Ski rando - Roche Malotte - Petit fourchon - y a de la neige

Ski rando - Roche Malotte - Petit fourchon - photo d'équipe

Nous descendons dans un couloir plein nord. L’avantage d’un couloir étant qu’une fois trouvé l’entrée, l’itinéraire est plutôt simple à suivre! La neige est de qualité habituelle, poudre légère, un régal! Malgré les conditions de visibilité, on en profite bien! Nous profitons même d’une vague éclaircie pour accélérer un peu la cadence des virages dans le bas du couloir et les grandes pentes en dessous… Evidemment, sur les photos c’est moins parlant que la veille mais c’est la même came!

Ski rando - Roche Malotte - Petit fourchon - Ambiance givrée

Ski rando - Roche Malotte - Petit fourchon - L'éclaircie à la sortie du couloir

Ski rando - Roche Malotte - Petit fourchon - Champ de poudre

Une remontée de 250m nous permet de gagner le sommet du Petit Fourchon, premier sommet avec un vrai nom de notre séjour, il était temps!

500m de poudre pour finir en beauté les festivités, ça deviendrait presque lassant!

Ski rando - Roche Malotte - Petit fourchon - Derniers virages

Ainsi s’achève la cuvée 2018 qui restera un grand cru!! La Savoie a su gagné ses lettres de noblesse!

Journée de rêve, sur le bord de la Pissine!

Journée de rêve, sur le bord de la Pissine!

Hier le bal fut dignement ouvert dans deux descentes en sucre glanées à moindre effort. Aujourd’hui, pas d’artifices mécaniques à notre rescousse. Nous devrons arracher à la sueur de notre front chacun des nos virages! Autour de nous, les skieurs présents au refuge n’ont visiblement pas connu la même euphorie que nous la veille. Et nos récits de poudre en laisse plus d’un sceptique… A tel point que j’hésite presque à tenter la même carte que la veille!!

C’est finalement vers le même type d’orientation qu’on tourne nos spatules aujourd’hui. « Au pire on fera une jolie balade! » Direction donc le passage de la Pissine où l’on accède par une esthétique rampe. La montée est régulière et les organismes souffrent déjà moins qu’hier! Superbe ambiance et solitude parfaite pour nous, sous fond de Thabor.

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - En route

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Sur fond de Thabor

Un bref furetage versant Valloire me permet de dénicher un petit réservoir de pure poudre garantie sans additifs. Je me dis que ces 200m sont toujours bons à prendre et suffiront à nous consoler au cas où les conditions seraient décevantes de l’autre côté… A ce moment là, nous ne savions pas!!

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Première descente

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Traçage en équipe

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Pas mauvais là

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Tricotage

Après ce court mais jouissif intermède, nous remontons en direction du sommet sans nom entre le Mont Touvet et le passage de Pissine. Bonne petite pause au sommet qui nous permet d’observer le passage d’une harde de chamois. Entre ceux qui cherchent de l’herbe et ceux qui cherchent de la poudre, la montagne abrite décidément de drôle d’oiseaux!

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Remontée

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - La crête du Touvet

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Lolo, la classe

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - De notre sommet sans nom du jour

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Chamois

La remontée à ce sommet n’était pas complètement innocente. J’en ai profité pour jeter le nez derrière cette crête qui s’étire entre le Mont Touvet et le sommet. Un bref coup d’oeil et les doutes sur la qualité de la neige s’envole… le sucre semble de qualité totalement poudreuse! A moins que ça ne soit l’inverse… début d’une descente d’anthologie, face au refuge!

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Et c'est parti!

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - François, entre les lignes

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - David

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Lolo à la trace

Pause au premier balcon et on enchaîne sur le deuxième couloir! Escobar aurait payé très cher pour une poudre de telle qualité! Les cuissots chauffent une peu dans l’équipe mais le plaisir est palpable! On ouvre à tour de rôle…

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Lolo ouvre le bal

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Tricotage entre amis

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Au tour de François

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - David honore cette vierge poudreuse

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - David honore cette vierge poudreuse

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine -François juste avant la chute!

Après une telle descente, on peut rentrer au refuge le sentiment du travail bien fait! Pour couronner ces instants parfaits, nous nous installons une table sur la plus belle terrasse du Valminois d’où nous pouvons commenter à loisir nos traces. Lolo signe quelques autographes à ses fans qui le suivent de partout!

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Hé hi, hé ho, on rentre du boulot!
Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Plaisir de la vie

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - Ca vaut toutes les terrasses de Paris ça!

Ski rando terre rouge - Vers la Pissine - C'est pas la lolo!

Une bière, une omelette et une sieste plus tard, une partie de l’équipe se remotive! Et on remet ça derrière le refuge sur une autre bosse sans nom…

Ski rando terre rouge - Vers Roche Noire - Elément minéral

Ski rando terre rouge - Vers Roche Noire - Montée longuette

Le délire continue! Nous montons sur un versant de qualité tout à fait croûteuse mais la descente versant nord se révèle à la hauteur du trip matinal!!

Ski rando terre rouge - Vers Roche Noire - Le délire continue

Ski rando terre rouge - Vers Roche Noire - François

Ski rando terre rouge - Vers Roche Noire - Routine

Dans le bas on retrouve la neige de printemps au dessus du refuge. La poudre a bien volé aujourd’hui, nous nous octroyons un repos bien mérité!

Ski rando terre rouge - Vers Roche Noire - Le refuge

Ski rando terre rouge - Vers Roche Noire - Homme sain

Ski rando terre rouge - Vers Roche Noire - Repos

Soirée intime au refuge complètement désert ce soir! Marie Paule nous concocte un repas aux petits oignons qui ne gâche rien à l’affaire!

La suite…

Pin It on Pinterest