Arête de la Convention

Arête de la Convention

Bon on avait dit pas de réveil ce matin puis finalement les collègues qui se lèvent tôt et la météo du jour nous incitent à reporter la grasse matinée au lendemain! Par contre on reste sur l’idée du moins d’approche possible et du pas trop dur… Une course s’impose à l’évidence, l’arête de la Convention, l’occasion de faire une petite incursion en Meije. On s’excite pas trop quand même au petit déjeuner, accordons nous quelques instants de flânerie dans ce monde d’accélérés! Depuis qu’on est partis c’est plus le temps qui nous a regardé passer que l’inverse!

Donc course de moindre envergure aujourd’hui mais sérieuse quand même et vraiment complète! Les brumes qui s’accrochent à la Meije et aux sommets nous plongent dans une ambiance cotonneuse…

Arête de la convention - Longueur clé

Nous partirons dans l’ivresse

Nous partirons dans l’ivresse

Après notre petit trot de chauffe de la veille à la Tête des Fétoules qui a fini à la nuit tombante, il me paraît normal et pas volé de s’accorder une douce journée d’approche tranquille agrémenté d’une petite grimpe divertissante… pour meubler un bout d’après midi…!!! Ah la bonne blague!

J’aime tellement voir Antoine le soir sur les bancs du refuge, l’œil brillant, concéder au détour d’une bière : « là, je suis un peu fatigué », ce mot qui n’apparaît dans son champ lexical qu’au cours de ses séjours en montagne!! En guise de petite approche, nous montons donc au refuge du Promontoire et notre petite grimpette de l’aprem se fera dans la face Sud-Ouest, dans une des perles du secteur « Nous partirons dans l’Ivresse »… La varappe tient ses promesses et malgré nos cuissots et mollets tout raides, nous hissons nos 3 corps au sommet avec beaucoup de plaisir… La journée se passe dans un juste dosage entre relaxitude et rythme, vu qu’on s’est pas levé tôt, pour avoir une chance de finir la voie fallait pas chômer… joli coup d’accélérateur collectif dans les dernières longueurs et dans les rappels où on profite des lueurs embrasantes du soir…

Meije - Nous partirons dans l'ivresse - Frank après le premier toit

Meije - Nous partirons dans l'ivresse - Des longueurs d'anthologieMeije - Nous partirons dans l'ivresse - Des longueurs d'anthologie

Meije - Nous partirons dans l'ivresse - Je suis suivi!

Meije - Nous partirons dans l'ivresse - Dans les dernières longueurs

Meije - Nous partirons dans l'ivresse - Lueurs du soir

Contrairement à la veille, notre bercail est tout proche, point de descente interminable aujourd’hui… une soirée en petit comité avec deux autres collègues guides venus faire de l’entretien en face sud, nous trouvons l’énergie d’honorer les bouteilles de bière et le génépi que nous avons monté avant un repos salvateur!

Pilier Sud Tête des Fétoules

Pilier Sud Tête des Fétoules

Encore une fois, je condamne Frank et Antoine à une longue longue route pour gagner nos contrées reculées de l’Oisans. Nous nous retrouvons à Saint Christophe en début d’après-midi et partons fissa fissa faire un petit galop de mise en route sur une grande voie « de proximité » au paravalanche… Moins d’une minute d’approche c’est appréciable! La voie s’appelle Para facile et permet à tout un chacun de se reconnecter avec l’humain grimpant qui vit en lui… d’autant que mes deux comparses ont quelque peu levé le pied sur l’entraînement ces derniers temps!! De très belles longueurs et un retour quasi bucolique dans une forêt en pleine explosion de couleurs…

Grande voie Bérarde - Paravalanche - Para Facile - Antoine redécouvre l'escalade

Grande voie Bérarde - Paravalanche - Para Facile - Dans le crux

Il est 18h, la journée pourrait s’arrêter là mais ça serait trop facile… on est pas venu là pour acheter du terrain comme dirait l’autre alors on prépare nos sacs et on prend la direction du refuge de la Lavey en vue des projets du lendemain. Frank et Antoine découvre le programme quasi en temps réel, c’est beau la confiance! Soirée pépère au refuge de la Lavey, rien que pour nous… on se raconte les derniers potins devant un bon festin avant de sombrer dans un coma réparateur pour les uns et les autres!

Petite journée de chauffe aujourd’hui au Pilier Sud des Fétoules. A peu près 2000m de dénivelé positif et un peu plus en négatif, des difficultés jusqu’au 6a montagne, le parfait démarrage en douceur!!

Le plus dur c’est la première longueur, froide, austère avec un petit crux en traversée… mais bon, depuis le Pic de Bure l’an dernier, on s’est fait une spécialité des départs ardus.

Pilier Sud Tête des Fétoules - Le crux

Pilier Sud Tête des Fétoules - Au premier relais

Avec l’arrivée du soleil et des longueurs plus roulantes, on passe en rythme de croisière. Les couches tombent les unes après les autres et on se retrouve en tee-shirt à plus de 3000m, au mois d’octobre. Normal.

Pilier Sud Tête des Fétoules - Ca roule

Pilier Sud Tête des Fétoules - Troisème ressaut

Pilier Sud Tête des Fétoules - Ca roule

Les ressauts s’enchaînent avec une mention spéciale au 3ème ressaut de toute beauté, avec une longueur en 6a finalement « presque » plus facile que le départ…

Pilier Sud Tête des Fétoules - Traversée ambiance

Pilier Sud Tête des Fétoules - Facile et aérien

La vue de ce sommet peu couru des Ecrins est juste splendide. On profite joyeusement de ses instants perchés, en essayant de ne pas penser à la longue descente qui nous attend et que nous voyons dans son intégralité…

Quelques heures de désescalade et de marche plus tard, nous voilà attablés à la Cordée devant un bon gueuleton… avant la petite journée du lendemain!

Pilier Candau – Gandolière

Pilier Candau – Gandolière

Petite virée automnale furtive dans les Etançons avec Guillaume. Entre pilier Sud et pilier Nord notre cœur balance. La courte marche d’approche du Pilier Nord (pilier Candau) aura finalement raison de nos hésitations. Un soleil matinal quand même dans cette belle grimpette mais qui s’éclipse après 3 longueurs nous laissant avec nos onglées… Heureusement après les longueurs exigeantes du bas, la suite déroule nettement plus, et nous rattrapons le soleil au sommet, enchantés par la qualité de l’escalade. Comme d’hab’, dans les Ecrins, une deuxième journée commence pour rentrer!

Pilier Candau Gandolière - Bien lunés?

Pilier Candau Gandolière - Guillaume dans L3

Pilier Candau Gandolière - Guillaume dans L2

Meije, directe 3ème dent – La Chapoutot Dibona

Meije, directe 3ème dent – La Chapoutot Dibona

Pour la deuxième année consécutive, nous nous donnons rendez-vous avec Ivan pour une « grande course » dans les Ecrins. L’an dernier faute de créneau assez large, privés de Meije, nous nous étions rabattus sur une course à la journée, le Pilier Sud de Barre Noire. Un très joli lot de consolation. Les sensations étaient bonnes, la cordée efficace et la charcuterie d’Ivan au sommet inoubliable! Bref des débuts prometteurs!

Cette année, le scénario semblait se rejouer comme l’an dernier : une météo pas désastreuse mais de l’activité orageuse les après-midi. Pas de quoi partir sereins sur ce type de projet.

Moyennant quelques grignotages de vacances pour Ivan et un décalage de travail pour moi, on arrive à prolonger nos dates communes jusqu’au week-end où un créneau semble se dessiner… suspens jusqu’au bout et stratégie payante!

C’est donc avec une météo ultra béton qu’on se lance en face sud de la Meije après une nuit au Promontoire au milieu des randonneurs, l’effondrement au Glacier Carré ayant fait à raison fuir la plupart des alpinistes coutumier du secteur… C’est rigolo d’avoir l’impression d’appartenir à une espèce en voie de disparition dans ce type de lieu…

La directe de la 3ème Dent est une combinaison d’itinéraires qui se joue astucieusement des dalles en granit du Bastion par la voie Chapoutot, puis du raide ressaut en gneiss par la voie Dibona. Voisine de la Pierre Alain, elle en a la logique, la classe et l’élégance. Son seul crime et de ne pas au sortir au grand Pic!! Nous voyons ça plutôt comme un avantage, le retour par la traversée n’en sera que moins long!

Nous savourons tous les deux ce beau voyage en Meije presque sans anicroche. Un bloc farceur dans la fissure Stofer qui aurait pu raccourcir la main d’Ivan mais qui finalement ne s’en prendra qu’à une de nos deux cordes! A part ça, l’affaire a roulé avec un retour dans la vallée dans la foulée!

Meije 3ème Dent - Chapoutot Dibona - Le départ, austère!

Meije 3ème Dent - Chapoutot Dibona - Dans les dalles du Bastion

Meije 3ème Dent - Chapoutot Dibona - Vire au dessus du Bastion

Meije 3ème Dent - Chapoutot Dibona - Les dièdres de sortie

Meije 3ème Dent - Chapoutot Dibona - Juste avant la Stofer

Meije 3ème Dent - Chapoutot Dibona - Heureux!

Meije 3ème Dent - Chapoutot Dibona - Sur la traverséee

Pin It on Pinterest