Raid ski Vanoise

Raid ski Vanoise

Que de bonheur et de virages poudreux inespérés pour ce trip de 3 jours en Vanoise!

Quand je propose à Antoine, Frank, Josh et Thomas de partir pour la Vanoise, j’espère bien sûr trouver du ski un peu meilleur que dans les Hautes-Alpes… dans tous les cas, la météo parfaite qui nous est promise est une belle invitation au voyage en altitude et en fouinant un peu on trouvera toujours quelques doux virages à se mettre sous la spatule. Jamais je n’aurais parié un kopek sur des runs d’anthologie comme ceux que nous avons eu!!

Déjà notre séjour démarre par un revirement comme on les aime… j’apprends la veille de notre départ juste avant d’aller dormir que le téléphérique d’Orelle vient d’être victime d’une chute de bloc et qu’il est fermé pour 15 jours… oupsss! Branle bas de combat, je sors les cartes et j’imagine une autre logistique… départ comme des vrais depuis la vallée. Même si c’est toujours déstabilisant, je sais d’expérience que ces changements de dernière minute qui nous orientent vers des itinéraires qu’on aurait pas imaginé au début sont parfois une chance et donnent un autre regard sur la montagne… j’aime aussi d’une certaine façon quand les choses se font d’elle même, que tout n’est pas sous contrôle, que nos sens sont en éveil pour capter les signes et composer en direct avec ce qui nous est offert. Un subtil dosage entre préparation et improvisation, entre décision et lâcher prise…

Je connais très bien maintenant Frank et Antoine. Je sais qu’il me font totalement confiance sur ce mode opératoire… et qu’au plus on s’éloigne du tout cuit, au plus notre aventure sera riche et authentique! Antoine ramène pour ces 3 jours 2 potes a lui, Josh et Tom, triés sur le volet après toute une batterie de test physique et mentaux… on est pas là pour faire 2h de ski par jour, le message est clair!! Avant le récit, une belle vidéo concoctée par Tom. Ca se passe de commentaires!

Jour 1 : de Modane à Péclet Polset

C’est donc quelques virages au dessus de Modane qu’on laisse notre voiture… j’ai toujours eu un vilain à priori sur ce coin là que j’ai toujours systématiquement écarté des options de départ possible. J’avoue que sans le revirement de dernière minute, je n’aurais jamais imaginé partir de là… on se gare vers 1400m au terminus hivernal de la route de l’Orgère. Première surprise : on chausse les skis de suite sur la route. Après quelques minutes de montée on s’éloigne de l’ambiance Maurienne/autoroute et on se retrouve dans de belles forêts de mélezes où scintillent une dizaine de mystérieux centimètres de poudreuse… Antoine mort de faim s’imagine déjà skier chaque talus!!

On bifurque dans le vallon de Polset. L’ambiance est bien sauvage. Aucune trace de montée et juste deux traces de descente dans ce vallon géant… il fait bien chaud mais nous montons dans une belle poudreuse…. vers le Grand planay, non loin de la source du Vin, Antoine craque : il enlève ses peaux et pose quelques virages dans la poudreuse… le reste de l’équipe continue prudemment à monter se réservant un peu de marge pour la suite. Qui connaît Antoine sait qu’il n’est pas forcément sain de se caler sur son rythme!

Plus haut dans le vallon, j’ai la spatule qui commence à frétiller en voyant la belle combe ouest qui monte au Col du Ravin Noir. Le projet motive tout le monde. On allège donc nos sacs et on monte les 500m jusqu’au Col. C’est à ce moment que le séjour commence à prendre une tournure sympathique… On voit bien en montant que la neige est très bonne! Est-ce juste un bon coup de flair, une chance, le dernier endroit épargné de toutes les Alpes? Trouverons nous de la neige comme ça à d’autres endroits?

Ne sâchant répondre à toutes ses questions, on préfère bétonner en faisant deux rotations dans ce run d’anthologie dans 20cm de poudre tassée, au soleil. Instants parfaits avec en toile de fond la Meije et les Ecrins…

Il ne nous reste ensuite plus qu’à passer le Col de Chavière pour descendre sur le refuge de Péclet Polset… la descente est en fait une traversée descendante peu skiante mais on quand même le temps de se rendre compte que la poudreuse est aussi un peu là sur ce versant… mais dur de se faire une véritable idée des conditions à cette heure là, la nuit n’est pas loin.

Ce soir nous ne mettons pas les pieds sous la table, c’est le local d’hiver du refuge qui nous attend. En peu de temps nous sommes installés dans notre tanière, le poêle ronronne, la neige fond et les bières sont ouvertes! Après notre platrée de pâtes, je jette un coup d’oeil dehors. La pleine lune éclaire tout notre vallon : un petit tour dehors s’impose! Evidement il ne faut pas longtemps à Antoine pour se motiver et nous voilà reparti sur notre dernier run du jour, 200m, sur un ski pour moi, boulette oblige.

Jour 2 : de Péclet Polset au refuge de la Dent Parrachée

Il est 8h quand nous sortons les skis de notre terrier… le premier projet du jour est d’aller voir la combe qui descend sous le glacier de la Masse. Et pourquoi pas remonter un peu sur le glacier si les conditions de ski y paraissent bonnes. Excellente pioche! On remonte le glacier quasiment jusqu’en haut et on s’envoie un premier run parfait de 600m. De quoi être détendu pour le reste de la journée.

Sans me l’avouer complètement, à ce moment du raid, commence à grandir en moi une sournoise pression de réussite. Quand tu commences à t’apercevoir que t’as plutôt tiré une bonne main mais que tu pourrais aussi tout gâcher en jouant les mauvaises cartes… On se rend tous compte des runs magiques qu’on fait mais on voit bien aussi le haut potentiel de neige de merde!

On poursuit notre route en remettant les peaux pour traverser sous la Pointe de l’Observatoire et la Pointe de Rosoire. La vue est splendide. Le Mont-Blanc nous fait face. La montagne est paisible. Nous descendons 200m jusqu’au chalet de Rosoire. Nous rencontrons pour la première fois la neige prévisible sur ce versant qui a écumé une tempête et un redoux pluvieux : neige croutée, vitrifiée, ondulée… La partie dégueulasse dure une centaine de mètres, largement assez pour moi pour perdre un ski… autour de nous quand on lève les yeux, on devine partout les ondulations dans la neige qui nous font passer presque toute envie de skier dans le secteur. Ca tombe bien, nous avons prévu aujourd’hui de passer le Col d’Aussois pour basculer sur le secteur Dent Parrachée. En remontant au Col, j’imagine le nez sur la carte des variantes de descente pour échapper aux nombreuses traces que j’imagine de l’autre côté.

Arrivé au col, il faut bien se rendre à l’évidence, c’est une nouvelle descente vierge qui nous attend! Après la pause pique nique, on s’offre un run digestif exceptionnel sur la partie haute et encore très bon en dessous… si bon qu’après avoir déposé les sacs, on s’en repaye une tranche!! Cette fois on glisse dans les combes poudreuses jusqu’au Fond d’Aussois… La fin de la journée sera consacrée à remonter jusqu’au Refuge de la Dent Parrachée où nous arrivons à la nuit tombante, juste à l’heure de l’apéro. Franck, le légendaire gardien des lieux est en train de servir l’apéro à une 40 aines de joyeux convives. Nous lâchons nos bâtons pour attraper les verres qui nous sont tendus. Ce soir l’ambiance est festive!

Jour 3 : bouclage de boucle par monts et par vaux

Nous quittons de bonne heure le chaleureux refuge de la Dent Parrachée! L’idée du jour est de rentrer vers la voiture en passant le Col de la Masse… mais pour commencer, on remonte un peu sur le plan de la Gorma pour skier les combes qui ramènent au Fond d’Aussois (plutôt que le petit couloir vitrifié), l’occasion de croiser un ou deux lagopèdes. Descente bien plus agréable qu’imaginée. 

Nous attaquons la montée vers le col de la Masse. Inmanquablement mon regard se porte vers les grand champs de poudreuse vierge à gauche de notre montée auxquels on accèdent par une pente d’une centaine de mètres à 40°… Aucune décision n’est prise pour l’instant, nous montons. Même si nous n’avons skié que des pentes autour des 30°, ces dernières 48h dans la montagne nous ont quand même donné de bons signaux sur la stabilité du manteau neigeux… et sur la solidité de l’ambiance et du physique de l’équipe! Adjugé, on y va!

Un petit verrou rocheux donne accès aux grands champs qui se révèlent à la hauteur de la promesse… Ce qui devait arriver arriva : après un run comme ça, les esprits s’échauffent et l’envie de refaire une rotation fait vite surface… D’abord on remonte, ensuite on voit! Antoine craignant de voir cette deuxième rotation lui échapper part à son rythme devant nous et se paye un petit extra de 150m au cas où!!

Finalement le groupe se scindera en deux : les conditions sont clémentes aujourd’hui en montagne et attendre une heure au soleil en regardant le ciel bleu et les montagnes est parfaitement envisageable… nous voilà reparti de plus belle avec Josh et Antoine pour un deuxième run dans la combe de droite… pour ne pas faire attendre trop Frank et Tom, on enquille la descente d’une traite sans pause. Orgasmique! 1 minute 30 douche comprise.

Nous remontons à bon train au col de la Masse où on termine les dernières victuailles… en dessous de nous encore 1500m de deniv’ jusqu’à la voiture… du sommet du Col on fait des pronostics sur la qualité de la neige. Tout le monde est confiant, il faut dire que la chance nous a plutôt souri jusque là!

Les 10 premiers virages sous le sol un peu changeants laisse la place à une parfaite poudre tassée que nous ne lâcherons plus qu’à quelques dizaines de mètres du fond de la vallée d’Orgère. Là encore pas une seule trace de skieur… je sens bien que l’on commence à s’accoutumer à ces descentes de rêves, non pas qu’on trouve ça banal, mais au minimum normal… c’est le problème quand tu croises pas assez de croûte!

Du Refuge de l’Orgère après 10 minutes de skating, nous nous laissons paisiblement glisser jusqu’à la voiture…

Fin de ces 3 jours de comme je rêverai d’en guider tous les jours : des conditions joueuses, une météo parfaite et un groupe joyeux, fluide et solide! Merci les gars, merci la montagne!

Grimpe au Ponteil

Grimpe au Ponteil

Après avoir tutoyé la perfection glissante hier à la Tête des Raisins, on avait peur de gâcher tout ça en faisant moins bien, surtout que le redoux œuvre sévèrement aujourd’hui… comme julien est touche à tout dès qu’il s’agit d’aller en montagne, je lui propose de renouer avec le caillou sur notre spot local au Ponteil.

Sous l’oeil des Faucons pélerins qui nichent dans le haut de la falaise, nous enchaînons Nid d’Aigle, la Martine et les deux premières longueurs de Rôle en dalle… Pas mal pour une reprise Ju!

Reviens quand tu veux nous apporter poudre et soleil! A bientôt!

Ski Popow à la maison

Ski Popow à la maison

Une fois tous les 3 ans, julien rend une petite visite à nos montagnes des Hautes-Alpes. Déjà la dernière fois, un scénario bien poudreux s’était mis en place et avait lentement fait dériver notre activité de la glace vers la glisse… Ju n’est pas sectaire, il aime la montagne, sous toutes ses formes et il me laisse carte blanche dans le choix de nos mouvements en montagne. Peu importent les accessoires choisis, piolets, chaussons ou spatules… ce n’est qu’un prétexte pour passer du bon temps dans la montagne!

Jour 1 : avalanche en chemin, reste dans le mélézin!

Il a neigé copieux ces dernières 48h. Après une longue période anticyclonique et un risque d’avalanche quasi inexistant permettant d’oser toutes sortes de fantaisies, il faut changer de logiciel. Regarder avec méfiance chaque talus, choisir judicieusement l’itinéraire… plus l’habitudede tout ça!

Il neige encore aujourd’hui d’ailleurs, l’épisode perturbé n’est pas tout à fait terminé. Nous restons sagement dans les mélézins peu pentus du Freissinièrois. Solitude totale et 1500m de descentes dans une profonde poudreuse, belle reprise pour Julien!

Jour 2 : Tête des Raisins

Après une première journée dans les jupes de la tête des Raisins, on profite aujourd’hui du beau créneau météo pour aller voir là haut! Pas question encore d’aller taquiner des pentes trop raides. Les sourds bruits de tassement à la montée nous rappellent clairement l’instabilité du manteau neigeux… nous skierons uniquement les pentes les moins raides, et ça tombe bien, le secteur s’y prête très bien!

Entre bleu azur, poudreuse et solitude, la montagne nous sort aujourd’hui le grand jeu : nous la remercions par quelques cris de joie et en remontant une deuxième fois! Bref un jour de bonheur dans l’Alpe!

Cascade de glace – Argentera

Cascade de glace – Argentera

Aujourd’hui avec Fred et Sonia on va profiter des belles conditions de glace dans le Val Argentera à côté de Sestrières. Je suis heureux de découvrir cette vallée en leur compagnie d’autant qu’il paraît que deux cascades mythiques sont en conditions : Altro Volto del Pianeta et Very nice… toujours bon à prendre par ces temps de disette!

Les cascades sont en bonnes conditions et les nombreux passages des jours précédents nous permettent de gravir ces édifices tout en douceur, tellement les ancrages sont nombreux! Tant mieux car les bras fument déjà assez comme ça!

Les deux cascades n’opposent guère de résistance à Sonia et Fred qui randonnent malgré le peu de pratique de la glace ces dernières années… Bravo à vous deux!

Cascade de glace Oisans – bis!

Cascade de glace Oisans – bis!

Encore un week-end dans l’Oisans ! Je retrouve Louis, Louise, Pierrot, Anne Laure et Aurélien pour deux jours de glaçon dans le secteur…

Première journée à l’Alpe d’Huez avec toute la troupe. Bon les week-end à l’Alpe, ça se bouscule un peu dans les cascades mais avec un peu d’imagination on s’en sort très bien et loin de la foule ! Premier galop d’essai dans le secteur Petit Ben Nevis avec des longueurs variées et exigeantes… pique nique au soleil sur notre petit perchoir. C’est bon ça ! Bon on s’est pas mis en caleçon comme l’an dernier ! L’aprem nous la passons sur Chacal Bondissant délaissée. Nous nous offrons le luxe de grimper au soleil, jusqu’à son coucher. C’est bon la cascade comme ça ! Retour by night par les pistes avant une soirée Croziflette dans notre chalet à Bourg d’Oisans.

Deuxième jour à la Grave dans la Colère du Ciel. J’emmène aujourd’hui les garçons dans cette belle classique en conditions bien plus clémentes que la semaine dernière ! Je suis encordé avec Aurélien. Pierrot et Louis nous suivent en autonomie partielle : ils grimpent en tête avec la majorité des broches en place, ce qui permet de se concentrer en toute sérénité sur la gestuelle. Mention spéciale aux deux dernières longueurs qui se méritent !

Pin It on Pinterest